Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Swiss Exchange  >  Bank J Safra Sarasin AG       CH0038389307

BANK J SAFRA SARASIN AG
Mes dernières consult.
Top consult.
  Rapport  
SynthèseActualitésAnalysesSociétéFondsCommunauté 
Synthèse actualitéToute l'actualitéInterviewsCommuniqués sociétéPublications officiellesActualités du secteur

Bank Sarasin & Cie AG : Perspectives du groupe Sarasin: le nouvel ordre mondial exige des stratégies d’investissement durables

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
07/02/2012 | 09:48

Un nouvel ordre mondial se met en place. Les profondes mutations en cours nous réservent leur lot de surprises - bonnes et mauvaises. Dans ses dernières perspectives de placement, Burkhard P. Varnholt, directeur des investissements de la Banque Sarasin & Cie SA analyse les forces non linéaires interconnectées, notamment économiques, politiques, démographiques et scientifiques qui marquent de notre époque. Le développement durable et l'investissement durable constituent l'un des thèmes majeurs du nouvel ordre mondial qui émerge: saisir les chances offertes par cette tendance sera l'une des décisions de placement les plus judicieuses à prendre en 2012.

Cinq dynamiques au moins sont à l'origine du nouvel ordre mondial qui se profile: l'explosion démographique, l'évolution des profils démographiques et de la santé publique aussi bien dans les nations industrialisées (vieillissement de la population et faible croissance démographique) que dans les pays émergents (populations jeunes en pleine santé et croissance démographique modérée), l'accélération du rythme des innovations technologiques et scientifiques, l'épuisement ou la dégradation des ressources et, enfin, une connectivité sans précédent. Un changement d'une telle ampleur ne peut se faire sans frictions. La raréfaction des ressources, l'arrivée de nouveaux concurrents et la quête d'influence politique seront source de conflits. L'émergence d'un nouvel ordre mondial posera un défi aux investisseurs désireux de préserver leur pouvoir d'achat, car cette transformation affectera toutes les classes d'actifs, des liquidités aux actions, en passant par l'immobilier et les matières premières.

La pénurie de ressources stimulera l'innovation, mais la hausse du prix des matières premières se poursuivra

L'inéluctable pénurie d'eau, de pétrole et de ressources énergétiques encouragera la recherche et l'innovation, mettant au bout du compte un terme à notre dépendance des énergies fossiles. Il s'agira d'apporter des solutions durables aux défis planétaires. Les investisseurs devraient par conséquent se méfier des entreprises qui rognent sur leur budget ou sous-estiment les risques environnementaux de leurs activités. Celles qui sauront saisir les opportunités d'affaires durables créées par la pénurie de ressources seront au contraire largement récompensées. D'ici là, les investisseurs devront compter avec une hausse du prix des matières premières peu abondantes. Sur un horizon de cinq ans, la valeur nominale d'un panier diversifié de ressources rares devrait ainsi doubler dans la plupart des monnaies.

Burkhard P. Varnholt, directeur des investissements de la Banque Sarasin & Cie SA

"Les investisseurs me demandent souvent si cette décennie sera celle de la Chine, de l'Inde ou du Brésil. Je leur réponds que les prochaines années seront marquées par la prééminence du pouvoir des idées sur le pouvoir des nations. La planète entière est concernée par le concept du développement durable. L'essor ou le déclin d'une entreprise, d'un pays ou d'une région dépendra de la capacité de ses collaborateurs ou de ses citoyens à comprendre et mettre en œuvre l'idée de la durabilité, que ce soit sur le plan politique, social ou commercial."

Le modèle démocratique a perdu son lustre - montée du pluralisme libéral

La communauté internationale des investisseurs tend à simplifier à l'excès le thème du changement de l'ordre mondial en utilisant des slogans comme "l'émergence des pays du BRIC" ou "l'essor de l'Orient et le déclin de l'Occident". Ces formules qui plaisent à certains peuvent induire en erreur. Il est évident que le modèle occidental de la démocratie parlementaire a perdu une grande partie de son lustre en raison de politiques à courte vue, du pouvoir de certains groupes d'intérêts et du manque très répandu de discipline budgétaire. Divers pays émergents sont en quête d'un nouveau modèle politique, comme en témoignent les mouvements de protestations populaires et les revendications de libertés individuelles ou d'entreprise. Ces Etats s'attacheront à éviter les faiblesses de l'Occident. Il semble que nous assistions à la montée d'un pluralisme libéral qui pourrait se propager à l'Asie, à l'Afrique et peut-être même à la Russie, car ce système est réputé faciliter l'intégration du développement durable dans les politiques gouvernementales. En attendant, les démocraties occidentales devront lutter pour parvenir à rétablir la soutenabilité budgétaire.

L'analyse de durabilité est cruciale avec le nouvel ordre mondial

Dans sa forme la plus simple, un comportement durable se caractérise par trois dimensions, à savoir la viabilité économique, l'équité sociale et l'équilibre environnemental. De nombreux pays et entreprises ont atteint le seuil structurel critique dans une ou plusieurs de ces dimensions. Aucune entreprise, aucun gouvernement n'est suffisamment riche pour ignorer les risques liés à une activité ou à un modèle politique non durable. Les entreprises et les nations ne peuvent vivre indéfiniment au-dessus de leurs moyens, ni continuer de fermer les yeux sur l'impact social de leur activité, car le monde est trop peuplé et la société trop interconnectée. Aucune entreprise ou nation ne peut ignorer l'importance des risques environnementaux. En matière d'investissements, il en découle que l'analyse financière durable est plus importante que jamais et doit être placée dans un cadre plus global.

Conséquences à long terme pour les investisseurs

Premièrement, l'analyse financière durable est le seul moyen d'identifier les titres dont la valorisation est attrayante. L'émergence d'un nouvel ordre mondial a contraint les investisseurs à être plus critiques à l'égard des pratiques de gouvernance non durables. L'augmentation de la population mondiale, l'intégration croissante des marchés financiers, la dépendance accrue de ressources limitées et la connectivité plus élevée réduisent la tolérance au risque, ce qui se reflète directement dans des valorisations plus faibles. Ces dix dernières années, la valeur d'un portefeuille d'actions d'entreprises internationales durables a doublé, alors que l'indice mondial MSCI a stagné. Comme la valorisation des entreprises ayant adopté un modèle d'affaires durable est généralement plus élevée, leur coût du capital est inférieur.

Deuxièmement, les doutes actuels concernant la santé de l'économie mondiale semblent exagérés et irrationnels. Les investisseurs devraient avoir davantage confiance dans la flexibilité et la capacité d'adaptation d'un nombre croissant d'économies libres aspirant à la prospérité. Même la raréfaction des ressources nous inspirera des façons de penser différentes, de nouvelles technologies et de nouveaux processus. Les investisseurs devraient tenter de comprendre les changements engendrés par l'émergence d'un nouvel ordre mondial et tirer parti des thèmes en relation avec cette mégatendance.

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur BANK J SAFRA SARASIN AG
2017J. Safra Sarasin a acheté un immeuble de BNP Paribas à Genève
AW
2017Ouverture du procès contre la banque J. Safra Sarasin en Allemagne
AW
2017Ouverture du procès contre la banque J. Safra Sarasin en Allemagne
AW
2017Les autorités allemandes enquêtent sur Jacob Safra
AW
2017J. Safra Sarasin revoit sa stratégie en Allemagne
AW
2017J. SAFRA SARASIN 2016 : bénéfice net en hausse de 9,4% à 252,1 mio CHF
AW
2017ASPS : J. Safra Sarasin rejoint l'association des produits structurés
AW
2016J. Safra Sarasin finalise la reprise de CS Private Banking à Gibraltar
AW
2016J. SAFRA SARASIN : S&P confirme "A/A-1", remonte la perspective à "stable"
AW
2016AFFAIRE HILDEBRAND : procès de l'ancien informaticien de la banque Sarasin
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur BANK J SAFRA SARASIN AG
Plus de recommandations
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
BANK J SAFRA SARASIN AG0
JP MORGAN CHASE & COMPANY3.92%384 604
INDUSTRIAL AND COMMERCIAL BANK OF CHINA-2.42%330 291
BANK OF AMERICA4.37%312 394
CHINA CONSTRUCTION BANK CORPORATION0.65%276 508
WELLS FARGO-10.63%264 207