Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Euronext Paris  >  Peugeot    UG   FR0000121501

PEUGEOT (UG)
Mes dernières consult.
Top consult.
Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésAnalysesAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
Synthèse actualitéToute l'actualitéInterviewsCommuniqués sociétéPublications officiellesActualités du secteur

Incertitudes mais signes d'espoir pour l'économie iranienne

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
1
13/01/2018 | 14:47

TÉHÉRAN (awp/afp) - Les nouvelles menaces de sanctions de Donald Trump ouvrent une période d'incertitude pour l'économie iranienne déjà mise à mal par d'autres restrictions américaines, mais celle-ci pourrait rebondir à l'avenir, estimaient samedi diplomates et experts.

Vendredi, le président américain a annoncé qu'il acceptait une "dernière fois" de maintenir la suspension des sanctions contre l'Iran liées au nucléaire, à moins que les Européens n'acceptent d'oeuvrer avec Washington pour "remédier aux terribles lacunes" de l'accord nucléaire.

Cet accord conclu en 2015 avec les pays du groupe 5+1 (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) dont la précédente administration américaine de Barack Obama, prévoit une levée progressive et conditionnelle des sanctions internationales imposées à l'Iran en échange de la garantie que Téhéran ne se dotera pas de l'arme atomique.

C'est la suspension des sanctions économiques levées dans le cadre de cet accord qui a été maintenue par M. Trump, dont le pays impose d'autres sanctions à l'Iran liées à la situation des droits de l'Homme et à son programme balistique.

"Personne ne sait clairement ce qui se passe. Trump a introduit tellement d'incertitudes", a déclaré à l'AFP un diplomate européen en charge des affaires commerciales basé à Téhéran.

"Ce n'est pas forcément négatif. Les choses pourraient en fait s'améliorer si Trump se retire de l'accord. Les Européens pourraient alors rester dans l'accord et apporter les protections nécessaires aux industriels contre les sanctions américaines", affirme-t-il sous couvert de l'anonymat.

"Ou au contraire, les choses pourraient empirer. Nous n'en savons rien au juste".

Les Européens ont eux réitéré vendredi leur attachement à cet accord.

- 'Silence complet' -

A première vue, la position au vitriol de M. Trump semble désastreuse pour l'accord nucléaire, et les sanctions américaines en place rendent frileuses plusieurs sociétés occidentales.

Les grandes banques internationales sont particulièrement prudentes, craignant d'être victimes d'amendes américaines. La banque française BNP Paribas a dû payer 8,9 milliards de dollars (7,3 milliards d'euros) pour avoir enfreint les sanctions contre l'Iran et d'autres pays.

Dans ces conditions, il y a peu d'espoir pour que le président iranien Hassan Rohani atteigne son objectif d'attirer 50 milliards de dollars d'investissements étrangers pour relancer l'économie.

Selon les derniers chiffres publiés par les médias, l'Iran n'a attiré en 2016 que 3,4 milliards de dollars d'investissements étrangers.

Malgré l'incertitude, diplomates et experts gardent espoir.

Des accords ont été patiemment conclu notamment dans les industries d'équipement, les parcs solaires ou les fermes laitières ces deux dernières années en Iran.

"Je reste prudemment optimiste", affirme un autre diplomate européen. "Beaucoup de sociétés se sont tellement investies qu'elles ne peuvent faire machine arrière. Elles trouveront un moyen de continuer à travailler en Iran quoi que fasse Trump".

Et le secret est de mise. "Les accords se passent dans un complet silence. Il n'y a aucun avantage à en parler. Beaucoup ont des intérêts aux Etats-Unis et ne veulent pas se transformer en cible", ajoute le premier diplomate chargé des affaires commerciales.

De grandes sociétés, particulièrement françaises, préfèrent elles ne rien cacher.

Le groupe français Total, à la tête d'un consortium avec la société chinoise CNPC, a signé un accord de 5 milliards de dollars pour le développement d'un champ gazier en Iran. Les groupes automobiles français Peugeot et Renault ont eux conclu des accords pour relancer leur production en Iran.

L'Italie a annoncé un accord avec des banques iraniennes pour l'ouverture d'une ligne de crédit de cinq milliards d'euros pour des projets de développement juste avant la décision de Donald Trump.

- Fossé grandissant -

"Le fossé entre l'Europe et les Etats-Unis ne cesse de grandir. Cela fait plus d'un an que Trump essaie de saper l'accord nucléaire mais il n'a pas réussi", dit Farid Dehdilani, conseiller pour les affaires internationales à l'Organisation iranienne de la privatisation.

Quoiqu'il en soit, l'enthousiasme initial créé par l'accord nucléaire s'est évaporé.

"Je travaillais à la Bourse de Téhéran lorsque l'accord a été conclu. Nous étions tellement excités, mais lorsque je vérifie avec mes amis qui y travaillent encore, rien ne s'est passé", affirme Navid Kalhor, un analyste économique basé à Téhéran.

"Les seuls secteurs qui attirent l'intérêt des étrangers, c'est le pétrole, la pétrochimie et les mines. Mais les pétrodollars ne peuvent régler tous les problèmes", en particulier le chômage qui atteint les 12%, selon lui.

Le retour de l'Iran sur le marché pétrolier avec un doublement de ses exportations a permis d'atteindre une croissance de 12% en 2017.

"Regardez les récentes protestations, les gens ordinaires ne sont pas optimistes", ajoute M. Kalhor, en allusion au violent et meurtrier mouvement de contestation qui a touché le pays fin décembre.

Pour beaucoup d'Iraniens, le problème n'est pas juste Trump, mais aussi la mauvaise gestion et la corruption dans le pays, qui freinent les investissements étrangers. "En fin de compte, le succès de l'accord nucléaire dépend des Iraniens eux-mêmes", juge M. Dehdilani.

er/sgh/tp/eb

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
1
Réagir à cet article
Toute l'actualité sur PEUGEOT
16:42 PEUGEOT : La grève dans l'industrie allemande se poursuit, Opel affecté
09:24 AUTOMOBILES : le marché européen s'est contracté de 4,9% en décembre
16/01 General Motors s'attend à ses plus gros bénéfices annuels
16/01 GM s'attend aux plus gros bénéfices de son histoire pour 2017
16/01 AUTOMOBILE : les constructeurs français battent des records de ventes en 2017
16/01 VW : nouveau record de ventes du tchèque Skoda Auto en 2017
16/01 PSA : Les SUV Peugeot et le renfort d'Opel font oublier la Chine
16/01 PSA : une publication bien accueillie par les investisseurs
16/01 FORTE ACCÉLÉRATION EN 2017 : hausse des ventes du Groupe PSA de 15,4%
16/01 PEUGEOT : hausse de 15,4% des ventes en 2017
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur PEUGEOT
Plus de recommandations
Données financières (€)
CA 2017 61 417 M
EBIT 2017 3 366 M
Résultat net 2017 1 940 M
Trésorerie 2017 5 282 M
Rendement 2017 3,05%
PER 2017 8,61
PER 2018 7,89
VE / CA 2017 0,18x
VE / CA 2018 0,15x
Capitalisation 16 441 M
Graphique PEUGEOT
Durée : Période :
Peugeot : Graphique analyse technique Peugeot | UG | FR0000121501 | Zone bourse
Tendances analyse technique PEUGEOT
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreBaissièreBaissière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 26
Objectif de cours Moyen 20,0 €
Ecart / Objectif Moyen 9,9%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Carlos Tavares Chairman-Management Board
Louis René Fernand-Gallois Chairman-Supervisory Board
Jean-Baptiste Chasseloup de Chatillon Chief Financial Officer & EVP-Information Systems
Robert Peugeot Member-Supervisory Board
Henri Philippe Reichstul Member-Supervisory Board
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
PEUGEOT7.17%20 130
TOYOTA MOTOR CORP5.93%227 675
VOLKSWAGEN10.54%113 694
DAIMLER5.01%97 391
BAYERISCHE MOTOREN WERKE6.69%73 604
HONDA MOTOR CO LTD1.63%65 198
Dernières Opérations