Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCommuniqués

Chine: rebond inattendu de l'activité manufacturière en mars

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
01/04/2016 | 06:48

Pékin (awp/afp) - L'activité manufacturière en Chine a rebondi de façon inattendue en mars, pour la première fois en neuf mois, après s'être violemment contractée depuis mi-2015, selon un indice gouvernemental, bénéficiant d'un sursaut des commandes et des mesures de relance de Pékin.

L'indice officiel des directeurs d'achat (PMI), calculé par le Bureau national des statistiques (BNS) et publié vendredi, s'est établi pour le mois dernier à 50,2 contre 49 en février.

Or un chiffre supérieur à 50 marque une expansion de l'activité manufacturière, tandis qu'un indice inférieur à ce seuil signale une contraction.

Depuis juillet 2015, mois où l'activité était restée parfaitement stable, le secteur manufacturier n'avait cessé de s'enfoncer, enregistrant même en février sa plus forte contraction depuis plus de quatre ans.

Les experts sondés par l'agence Bloomberg anticipaient pour mars un nouveau repli, avec la prévision médiane d'un PMI à 49,4.

Pour Zhao Qinghe, expert du BNS, le net rebond de ce baromètre de référence, fondé entre autres sur les carnets de commandes des entreprises, "montre que des signaux positifs émergent".

Certes, des "facteurs saisonniers" ont partiellement joué, tempère-t-il: ainsi, "les entreprises redémarrent pleinement leur activité après les congés du Nouvel an lunaire" qui avaient paralysé le secteur début février.

Mais les réformes engagées par Pékin pour trancher les surcapacités industrielles et stimuler la demande ont également "pris leur essor", a-t-il insisté.

Au-delà de la fin des perturbations du Nouvel an, "les bonds du mois dernier sont trop importants pour être entièrement dus à des facteurs saisonniers, et suggèrent que les récentes mesures de relance produisent désormais leurs fruits", confirme Julian Evans-Pritchard, du cabinet Capital Economics.

En effet, pour les experts d'ANZ, l'embellie témoigne d'une "stabilisation de la demande manufacturière", avec un rebond des nouvelles commandes à l'export pour la première fois depuis septembre 2014.

Le secteur a par ailleurs bénéficié d'une accélération des dépenses d'infrastructures, soulignait Raymond Yeung, d'ANZ. Pékin s'est en effet engagé à muscler nettement ses dépenses dans de grands chantiers.

Et l'accélération des investissements dans le secteur immobilier, en plus des dépenses publiques d'infrastructures, "se traduit par un renforcement des commandes des entreprises", renchérissaient les experts de Bank of America Merrill-Lynch.

La Chine, dont la croissance est tombée en 2015 au plus bas depuis un quart de siècle, s'efforce de rééquilibrer son modèle économique vers les services et la consommation intérieure.

Mais la transition s'avère douloureuse, sur fond d'effondrement de ses exportations et de ralentissement persistant de la production industrielle dans son ensemble.

Face à l'assombrissement économique, Pékin a renforcé ses mesures de soutien à l'activité, en ayant depuis plus d'un an multiplié les baisses de taux d'intérêt et en musclant ses efforts de relance budgétaire, notamment via d'importants rabais fiscaux.

A regarder le détail des indices PMI, "les assouplissements de politique économique, en particulier sur le front budgétaire, s'avèrent plus énergiques que ce que l'on prévoyait", confiait Zhao Yang, analyste de Nomura.

"Cela signifie que le sursaut (de l'activité) pourrait s'avérer plus durable qu'initialement attendu", a-t-il poursuivi. Nomura anticipe toujours une croissance du PIB de seulement 5,8% en 2016 --bien en-deçà des 6,9% enregistrés l'an dernier.

L'environnement reste effectivement compliqué et le BNS lui-même reconnaît "les difficultés persistantes des entreprises", confrontées à des financements insuffisants et au renchérissement des coûts du travail.

Le cabinet Caixin-Markit, qui calcule de façon indépendante son propre indice, a de son côté publié vendredi un PMI bien moins élevé que celui du gouvernement, à 49,7.

C'est mieux que son estimation de février (48,6), et un sommet en 13 mois, mais cela signale toujours une contraction.

"Un rebond des nouvelles commandes a conduit à un léger sursaut de la production, mais les firmes continuent de sabrer dans leurs effectifs (...) et maintiennent des politiques de stockage prudentes", commentaient les analystes du cabinet.

afp/jh

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Dernières actualités "Economie / Forex"
09:30 Les Romands sont moins zélés en matière de troisième pilier, selon Credit Suisse
09:17 Orange : Richard a vocation à être reconduit à la tête d'Orange, dit Le Maire
08:42 Wanda prépare une éventuelle IPO de sa division sport
08:42 Inquiétude aux Philippines autour de l'activité du volcan Mayon
08:38 Groupe guillin - midcap partners relève sa recommandation à acheter contre neutre, objectif €41
08:28 Airbus helicopters annonce avoir livré 409 helicoptères en 2017
08:28 Airbus helicopters-carnet de commandes de 692 hélicoptères fin 2017
08:28 Airbus helicopters-350 commandes brutes et 335 commandes nettes en 2017
08:27 Stéphane richard a vocation a être reconduit a la tete d'orange-le maire
08:27 L'euro baisse face au dollar malgré l'accord en Allemagne
Dernières actualités "Economie / Forex"
Publicité