Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCommuniqués

Bourse de Paris : FRANCE 2017-Les principales déclarations du premier débat

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
20/03/2017 | 21:26

Voici les principales déclarations marquantes du premier débat télévisé en vue de la présidentielle, auquel ont participé lundi soir les cinq principaux candidats.

FRANÇOIS FILLON, candidat de la droite et du centre "On est onze candidats à l'élection présidentielle, il y en cinq ici. Ça pose une question démocratique. Avec cette règle là, je n'aurais pas pu participer à la primaire de la droite et du centre."

"Je serai le président qui placera la France sur un chemin qui la conduira à être en moins dix ans la première puissance européenne."

"J'ai un projet, (...), un projet que mettrai en oeuvre avec une majorité cohérente et stable, (que) je suis sans doute le seul à pouvoir avoir à l'occasion des élections législatives."

BENOÎT HAMON, candidat du PS et d'EELV

"Quel peuple voulons-nous être le 7 mai au soir ? Belliqueux ou fraternel ? Soucieux du monde que nous laisserons à nos enfants ou obsédé par les profits de court terme ?"

"Quelle République voulons-nous ? Bienveillante à l'égard de ses aînés, solidaire à l'égard des plus modestes ou autoritaire ?"

"Quel message voulons-nous adresser au monde ? La paix et la coopération ou la concurrence et la nationalisme".

"Selon la réponse que vous donnerez à cette question vous dresserez le portrait de la ou du président de la République qui sera élu le 7 mai"

"Je serai un président honnête et juste", "libre et indépendant par rapport à l'argent et aux lobbies".

"Je tournerai la page et je vous proposerai futur désirable".

MARINE LE PEN, candidate du Front national

"Je pense que TF1 pourrait (...) s'honorer à organiser un débat dans les mêmes conditions que celui qui est organisé ce soir, avec les six candidats qui ne sont pas précisément présents ce soir."

"Je veux être la présidente de la République française, mais vraiment. Je n'aspire pas à administrer ce qui serait devenue une région, une vague région de l'Union européenne. Je ne souhaite pas être la vice-chancelière de Mme Merkel. Je ne souhaite pas non être la VRP de telle ou telle multinationale."

EMMANUEL MACRON, candidat du mouvement En Marche !

"Nous sommes aujourd'hui, notre pays est aujourd'hui face à une menace inédite, face à une menace, le risque djihadiste totalitaire, face des transformations radicales, le numérique, la transformation climatique, environnementale, face à des doutes qui le minent."

"Le clivage classique, les partis classiques celles et ceux qui depuis des décennies n'ont pas réussi à résoudre les problèmes d'hier, n'y arriveront pas pour demain."

"Le projet que je porte c'est d'abord un projet d'alternance profonde, avec de nouveaux visages, de nouveaux usages, c'est un projet qui a confiance dans le pays, dans son énergie. C'est un projet juste, un projet efficace, un projet porteur d'espoir."

JEAN-LUC MÉLENCHON, candidat de La France insoumise

"Je serai le dernier président de la Ve république car sitôt élu je convoquerai une assemblée constituante, ça sera la fin de la monarchie présidentielle"

"J'irai au plus urgent, je serai le président écologiste dont on a besoin pour relever les défis de notre époque, le défi climatique et le danger qui pèse sur l'écosystème, donc nous sortirons du nucléaire, donc nous passerons à 100% d'énergie renouvelable, donc nous en finirons avec l'agriculture chimique"

"Je serai le président social qui se donne pour but d'éradiquer la misère inacceptable dans un pays aussi riche que le nôtre et le chômage. La richesse est trop mal partagée dans ce pays, le peuple doit reprendre sa part sur la finance"

"Je serai le président d'une France insoumise, en France, en Europe, dans le monde. Et enfin je serai le président de la paix car je m'alarme de la montée des guerres (...) si bien que nous sortirons de l'Otan"

"Au total, l'histoire du France en tête, la force du peuple au coeur, je servirai avec honneur, le sens de ma candidature c'est un programme le voici"

(Myriam Rivet)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Dernières actualités "Economie / Forex"
18:47 Macron va fixer mercredi le cap en matière de sécurité
18:35 BOURSE DE PARIS : France-Les syndicats d'accord sur les travailleurs détachés
18:33DJCours de clôture des valeurs du CAC 40
18:31 Les actions varient peu, l'euro recule, Airbus s'envole
18:28 BOURSE DE PARIS : France-Le gouvernement défend l'équité du projet de budget 2018
18:27 Trump nommerait le patron de la Fed d'ici début novembre-source
18:25 Le référendum kurde "relève du passé", dit Abadi, qui prône le dialogue
18:22 Savencia fromage & dairy annonce le projet de prise de contrôle majoritaire d'oao belebey, un des leaders des fromages à pâtes pressées en russie
18:21 Trump nommerait le patron de la Fed d'ici début novembre-source
18:14 BOURSE DE PARIS : "Diéséliste de France" n'exclut pas de changer de nom
Dernières actualités "Economie / Forex"
Publicité