Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCommuniqués

Bourse de Paris : France-Le préfet d'IDF met en garde contre la "clause Molière"

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
20/03/2017 | 20:53

PARIS, 20 mars (Reuters) - Le préfet d'Île-de-France met en garde le conseil régional contre le recours à la "clause Molière" imposant l'usage du français sur les chantiers publics, dans un courrier daté de lundi que Reuters a pu consulter.

Saisi par les groupes d'opposition de gauche, Michel Delpuech fait état d'un risque d'"illégalité manifeste" après l'adoption, la semaine dernière, de cette disposition que la présidente de région, Valérie Pécresse (Les Républicains), dit "assumer".

"La délibération du conseil régional se limitant à des engagements de principe, sans traduction juridique effective à ce jour, le juge administratif pourrait considérer qu'elle n'est pas de nature à donner lieu à contentieux", répond-il aux groupes d'opposition.

"C'est donc dossier par dossier, marché par marché, que mes services, et j'y serai particulièrement attentif, veilleront au respect par la collectivité régionale du cadre juridique qui s'impose à elle", ajoute Michel Delpuech, nommé le mois dernier.

La clause dite Molière, adoptée par d'autres collectivités territoriales comme les régions Normandie, Pays-de-Loire, Hauts-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes, a soulevé ces dernières semaines l'indignation à gauche et dans le monde syndical.

Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a par exemple dénoncé "une clause Tartuffe" et le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a parlé de xénophobie.

La commissaire européenne à l'Emploi, Marianne Rhyssen, a quant à elle qualifié la disposition controversée de "discrimination contraire à la législation européenne" dans une interview publiée dimanche par Le Parisien. (Simon Carraud, édité par Elizabeth Pineau)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
14:14Alibaba et Tencent se livrent bataille dans la distribution
RE
14:11L'UE attribue son 1er contrat de recherche sur la défense
RE
13:14LETTONIE : Gouverneur de la banque centrale détenu pour corruption
RE
13:11Irak-L'EI tend une embuscade vers Kirkouk et tue 25 miliciens
RE
12:34Plus de 1.000 milliards d'euros de dividendes distribués en 2017
RE
12:14FORMATION ET CHÔMAGE : semaine décisive pour deux négociations enchevêtrées
DJ
11:34L'euro se stabilise face au dollar dans un marché attentiste
AW
10:44Syrie-Les forces pro-régime bientôt dans la zone d'Afrin-médias
RE
10:07Les M&A font bondir les prix dans la santé où l'inertie n'est pas une option -Plus USA
DJ
09:55BOURSE DE PARIS : France-Gérald Darmanin exclut de démissionner
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"
Publicité