Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCommuniqués

Iran-Obama menace les entreprises qui violeraient les sanctions

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
11/02/2014 | 23:41

Barack Obama a fermement mis en garde mardi les entreprises qui seraient tentées de faire des affaires avec l'Iran alors que les sanctions internationales contre Téhéran sont toujours en vigueur.

En vertu de l'accord préliminaire conclu en novembre entre entre l'Iran et six grandes puissances dont les Etats-Unis, la République islamique, soupçonnée de mener un programme nucléaire militaire, s'est engagée à suspendre certaines de ses activités en échange d'un allègement des sanctions.

Depuis lors, Washington a répété à plusieurs reprises que cet accord n'autorisait pas les entreprises à contourner les sanctions toujours en vigueur.

C'est ce que Barack Obama a tenu à souligner avec vigueur mardi lors d'une conférence de presse commune à la Maison blanche avec le président français François Hollande, en visite d'Etat aux Etats-Unis.

"Les sociétés peuvent bien chercher à savoir comment ne pas être prises de vitesse si un accord définitif est trouvé un jour (avec l'Iran)", a dit le président américain.

Mais si elles font maintenant des affaires avec l'Iran alors que les sanctions sont encore en vigueur, "elles le font à leurs risques et périls, parce que nous tomberons sur elles avec le poids d'une tonne de briques...", a-t-il ajouté.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a critiqué la visite en début de semaine dernière à Téhéran d'une centaine d'hommes affaires français.

Il a appelé son homologue français Laurent Fabius pour lui dire qu'il jugeait malvenue cette initiative car elle pourrait laisser croire à une normalisation entre la communauté internationale et la République islamique, ce qui n'est pas le cas.

Mardi à la Maison blanche, François Hollande a tenu à dire qu'il avait rappelé à cette délégation d'entrepreneurs français, qui sont libres d'organiser les visites qu'ils veulent, que les sanctions contre la République islamique étaient toujours en vigueur. (Jeff Mason et Steve Holland, avec Bill Trott, Roberta Rampton, Mark Felsenthal; Guy Kerivel pour le service français)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Dernières actualités "Economie / Forex"
03:48 Xi Jinping ouvre le 19e Congrès du PCC sur Taïwan, la lutte contre la corruption
01:39 La Corée du Nord salue l'ouverture du 19e Congrès du PCC
17/10 Les négociations sur l'Aléna au point mort, continueront en 2018
17/10 Le bras de fer se poursuit entre Madrid et Barcelone
17/10 Cgg annonce que ses actionnaires de référence voteront en faveur de son plan de restructuration financière lors de son assemblée générale le 31 octobre
17/10 Un juge fédéral bloque le nouveau décret de Trump sur l'immigration
17/10 USA : la balance des flux de capitaux revient dans le vert en août
17/10 Un juge fédéral bloque le nouveau décret de Trump sur l'immigration
17/10 USA-Le Dow Jones gagne 0,17%, le Nasdaq cède 0,01%
17/10 USA-Accord bipartisan pour prolonger le financement de l'Obamacare
Dernières actualités "Economie / Forex"
Publicité