Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCommuniqués

La Grèce a dégagé en 2016 un excédent budgétaire primaire de 3,9% du PIB

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
21/04/2017 | 13:35

Athènes (awp/afp) - La Grèce a annoncé vendredi avoir dégagé en 2016 un excédent budgétaire primaire de 3,9% du PIB après un déficit de 2,3% en 2015, une performance qui selon Athènes dépasse de loin l'objectif assigné par ses créanciers UE et FMI.

L'annonce de cet excédent primaire (hors service de la dette) a été faite par l'Agence statistique grecque Elstat alors que s'ouvre à Washington la réunion annuelle du Fonds monétaire international (FMI) dont Athènes attend une avancée pour un allègement de sa dette et sa sortie de crise, en se prévalant du succès de ses efforts pour redresser le pays.

La feuille de route dictée au pays par ses créanciers en juillet 2015 en échange d'un troisième programme de prêts, d'un montant de 86 milliards d'euros, prévoit qu'il dégage en 2016 un excédent de 0,5% du PIB pour arriver à 3,5% en 2018.

Elstat a toutefois précisé que le résultat annoncé vendredi n'est pas directement comparable au chiffre fixé par le plan UE-FMI, les modes de calcul différant, avec "une série de dépenses et recettes prises en compte différemment".

L'Agence n'a pas indiqué quel serait l'excédent primaire calculé en fonction des critères du plan UE-FMI.

"Nous avons rempli nos obligations en dépit de l'énorme coût social et économique", il est temps de "mettre fin à l'approche punitive du passé", a commenté le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, dans un article publié vendredi par le Wall Street Journal.

Anticipant l'annonce d'Elstat, il s'était prévalu début avril d'une performance budgétaire dépassant de loin l'objectif fixé par les créanciers du pays.

Le dirigeant de gauche a réitéré l'appel de son gouvernement à une entente entre le FMI et l'UE pour un allègement de la dette grecque, chiffrée fin 2016 à 179% du PIB par l'Elstat.

Au vu de ses retombées sur la trajectoire de la dette, la performance budgétaire grecque est au centre du débat qui oppose le FMI et l'Allemagne sur les moyens de sortir le pays de la crise.

ATHÈNES ESPÈRE UN 'COMPROMIS'

Cette dispute retarde depuis des mois le feu vert de la zone euro au versement à la Grèce d'une nouvelle tranche de prêts, alors qu'elle doit faire face à des échéances de plus de 7 milliards d'euros en juillet.

Le Fonds réclame aux Européens un geste significatif pour alléger la dette grecque, arguant des effets récessifs de la rigueur budgétaire prônée par Berlin. Il plaide pour que la Grèce se voit fixer pour ces prochaines années un objectif d'excédent budgétaire primaire de 1,5%. A défaut jusque-là de convaincre la zone euro, il a réclamé et obtenu d'Athènes un engagement à prendre de nouvelles mesures d'économies en 2019 et 2020.

L'Allemagne elle insiste sur la maintien d'excédents de 3,5% du PIB, mais renvoie tout règlement sur la dette à après ses élections législatives de fin 2017, tout en exigeant que le FMI participe financièrement aux prêts à la Grèce.

Le gouvernement grec les avait appelés jeudi à trouver un "compromis" à l'occasion de la réunion de Washington, pour dégager la voie à un accord de la zone euro le 22 mai sur son maintien sous perfusion, et la préparation de son retour sur les marchés en août 2018.

Le FMI a toutefois mis en garde mercredi sur la capacité du pays à maintenir sa performance budgétaire, obtenue au prix d'une gestion très serrée à court terme.

Régulièrement critiqué par Athènes pour l'approximation de ses prévisions, le Fonds avait d'abord prédit pour 2016 un excédent budgétaire de 0,1% du PIB, avant de réviser ce chiffre mercredi à 3,3%.

Mais s'il peut se targuer d'avoir tenu ses comptes, le pays a échoué en 2016 à retrouver la croissance, contrairement aux attentes européennes, avec une stagnation de son PIB. La Commission européenne a du coup prévenu jeudi qu'elle réviserait à la baisse ses prévisions de croissance, tablant jusque-là sur 2,7% en 2017 et 3,1% en 2018.

afp/jh

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Dernières actualités "Economie / Forex"
06:28 Les voitures électriques plus fiables que les autres (étude)
06:21 Vendredi 20 octobre 2017 - Service Basic d'AWP
19/10 De retour en Allemagne, un écrivain dénonce le despotisme turc
19/10 L'UE n'a aucune intention d'intervenir dans la crise catalane
19/10 Les banques grecques préparent des cessions record de créances douteuses
19/10 MICHELIN : CA trimestriel en hausse, impact négatif des changes revu en hausse
19/10 POLITIQUE MONÉTAIRE : la BNS avait vu les signes d'un krach boursier en 1987
19/10 Les Saoudiens intéressés par la reconstruction de Rakka
19/10 UNION EUROPÉENNE : La fiscalité de l’économie collaborative nécessite une véritable coopération européenne
19/10 La blogueuse maltaise tuée par une bombe actionnée à distance
Dernières actualités "Economie / Forex"
Publicité