Découvrir nos portefeuilles : Investisseur PEA |  International |  Trader
Accès Membre / Client

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeVidéosAgenda 
Toute l'infoDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCommuniqués 

Bourse de Paris : La flambée des cours des céréales met les éleveurs sous pression

10/08/2012 | 00:50

La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) et la Confédération française de l'aviculture (CFA) demandent une revalorisation des prix de vente de la volaille et du porc face à la flambée des cours des céréales qui pèse de plus en plus sur les coûts des éleveurs.

La sécheresse qui frappe la majeure partie des régions agricoles aux Etats-Unis, la plus grave depuis 1956, et les incertitudes pesant sur les récoltes des pays du pourtour de la Mer Noire ont engendré ces derniers mois une augmentation vertigineuse des prix. Depuis début juin, les cours mondiaux du blé et du maïs ont crû de 50%, ceux du soja de 20%.

Cette explosion touche directement les éleveurs français, notamment dans le secteur de l'aviculture.

"(Les volailles) sont des céréales sur pattes, dans le coût de production, l'alimentaire représente près de 65% de la dépense", fait valoir Christiane Lambert, première vice-présidente de la FNSEA.

Dans le cas de l'élevage porcin, ajoute-t-elle, la part de l'alimentation du bétail dans le prix de revient, également très élevée, est passée de 60% à 70% ces derniers mois.

Malgré une hausse de leur prix de vente, les éleveurs de porc restent sous pression. "L'aliment a plus augmenté que le prix du porc, donc cela ne solutionne rien", affirme Christiane Lambert. "Le risque, ce sont des faillites chez un certain nombre de producteurs."

Pour faire face, la première fédération syndicale agricole française réclame un geste de la grande distribution, notamment dans le cadre des accords sur la répercussion de la volatilité du prix des matières premières signés le 3 mai 2011 sous l'égide du ministre de l'Agriculture de l'époque, Bruno Le Maire.

LE GOUVERNEMENT "JUGE DE PAIX"

"La gravité de la situation impose que les négociations commerciales aboutissent au plus vite. Sans cela, la contractualisation entre la production et les usines d'abattage va exploser", prévenait Michel Prugue, président de la CFA, syndicat affilié à la FNSEA, dans un communiqué diffusé fin juillet.

D'après la FNSEA, pour retrouver un niveau de rentabilité suffisant, il faudrait par exemple que le prix du kilo de rôti de porc augmente pour le consommateur de 56 centimes, soit une hausse de près de 9% par rapport au prix actuel. Pour le poulet, il faudrait une hausse de 25 centimes par kilo, soit un peu plus de 6% d'augmentation.

Début juillet, le président de la FNSEA Xavier Beulin a écrit aux acteurs de la grande distribution pour leur demander d'engager des négociations. Sans réponse jusqu'ici, selon Christiane Lambert, qui pense donc que l'Etat doit prendre ses responsabilités pour faire aboutir les négociations.

"A un moment donné, le gouvernement devra jouer le rôle de juge de paix", renchérit Christian Marinov, directeur de la CFA.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, se disant préoccupé par la flambée des cours des céréales, a fait savoir le 28 juillet qu'il saisissait le Système d'information sur les marchés agricoles (AMIS), une instance issue du G20 dont la France assure actuellement la présidence.

L'AMIS n'a pas autorité pour imposer des baisses de prix et il n'existe pas actuellement d'instance internationale en mesure de contrôler directement l'évolution des cours des matières premières agricoles.

Edité par Dominique Rodriguez

par Francois Charlottin

Réagir à cet article

Dernières actualités "Toute l'info"
Date Titre
01:19 Croissance-Hollande satisfait par l'Insee mais veut plus
01:14 Xerox annonce la cession de son activité informatique à Atos
00:43 Pour Tusk, l'UE doit avoir confiance en elle face à la Russie
00:36 INSEE NATIONAL INSTITUTE FOR STATISTICS AND ECON : Le patrimoine économique national en 2013
18/12 Obama signe une loi sur des sanctions visant des responsables vénézuéliens
18/12 Plus de 170 femmes et enfants enlevés au Nigeria-villageois
18/12 Euro et pétrole au secours de l'économie française début 2015
18/12 Les combats à Benghazi ont fait 25 morts en huit jours
18/12 Obama promulgue une loi sur des sanctions contre le Venezuela
18/12 S&P abaisse ses notes sur plusieurs banques italiennes
Dernières actualités "Toute l'info"
IndicesCours indicatifs  
Cours en temps réel.CAC 404249.49 3.35%
Cours en temps réel.S&P 5002061 2.40%
Cours en différé.DOW JONES17778 2.43%
Cours en différé.NASDAQ 1004268 2.47%
Cours en clôture.DAX 309811 2.79%
Cours en clôture.FTSE 1006466 2.04%
Cours en temps réel.BEL 203249 2.49%
Cours en différé.SMI9013 2.70%
Cours en temps réel.AEX416 3.22%
Cours en clôture.IBEX 3510391 3.40%
Cours en temps réel.PSI 204914 3.75%
Cours en clôture.EUROSTOXX3154 3.33%
Cours en clôture.NIKKEI 22517523 1.82%
Cours en clôture.SHANG. CMP3058 -0.10%
Cours en clôture.HANG SENG22832 1.09%
Publicité
Actualités qui impactent 
ATOS : Projet d'acquisition de l'activité d'externalisation informatique du Groupe Xerox par Atos
NEXEYA : Calendrier Communication Financière
Plus d'actualités qui impactent
Actualités les plus lues
01:10 ATOS : Projet d'acquisition de l'activité d'externalisation informatique du Groupe Xerox par Atos
00:06 NEXEYA : Calendrier Communication Financière
18/12 AU PLATA : AUPLATA bondit de 7%
18/12 Carrefour vend 10% de ses actifs brésiliens avant de les coter
18/12 ALCATEL LUCENT : va construire le système de câble sous-marin Tasman Global Access reliant la Nouvelle-Zélande et l’Australie
Plus d'actualités
Actualités les plus recommandées
17/12 VALLOUREC : A suivre aujourd'hui
12/12 CAC40 : tente de ne pas finir la semaine à -6%, baril sous 59$
01:19 Croissance-Hollande satisfait par l'Insee mais veut plus
01:14 Xerox annonce la cession de son activité informatique à Atos
00:43 Pour Tusk, l'UE doit avoir confiance en elle face à la Russie
Plus d'actualités recommandées
Rechercher
Contactez-nous
+33 (0)4 78 30 41 42
Rejoignez
112 062 membres
Cotations dynamiques  
ON
| OFF