Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgenda 
Toute l'infoDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCommuniqués 

Le "mur budgétaire" américain sera franchi au pied du sapin

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
03/12/2012 | 14:21

Les négociations pour éviter aux Etats-Unis de se fracasser sur le "mur budgétaire" à la nouvelle année semblent dans l'impasse, mais les habitués des joutes verbales à Washington jugent que les déclarations actuelles tiennent du "théâtre politicien" et qu'il n'y a pas -encore- matière à s'inquiéter.

Barack Obama a scandalisé les républicains la semaine dernière en proposant une augmentation de 1.600 milliards de dollars (1.200 milliards d'euros) de recettes fiscales et des baisses limitées des dépenses publiques.

Son principal interlocuteur républicain, le président de la Chambre des représentants John Boehner, a déclaré dans la foulée à qui voulait l'entendre que les négociations entre les deux camps en étaient au point mort, carrément dans "l'impasse".

Et pourtant, les observateurs à Washington prédisent que, d'ici une semaine, une fois les gesticulations d'usage terminées, démocrates et républicains se mettront sérieusement au travail pour pouvoir présenter à leurs troupes une solution acceptable en matière de réduction du déficit budgétaire.

Démocrates et républicains ont jusqu'au 31 décembre pour se mettre d'accord sur les moyens de réduire le déficit des finances publiques.

Faute d'accord entre la Maison blanche et le Congrès, dès le 2 janvier, l'ensemble des allègements fiscaux décidés sous George Bush et reconduits sous Barack Obama disparaîtront tandis que les dépenses publiques seront automatiquement réduites conformément à l'accord sur le relèvement du plafond de la dette négocié à l'été 2011.

Ce "mur budgétaire", que les Américains appellent aussi "falaise" et qui recouvre la coïncidence de ces deux événements distincts, risque de coûter cher à l'économie américaine en terme de croissance.

TRADITION

Le compromis tant attendu aura-t-il lieu pour Noël, une semaine avant la date fatidique d'entrée en vigueur des mesures automatiques de réduction du déficit? Ce n'est pas impossible. Sur la colline du Capitole, on est coutumier de ces périodes ou rien ne se passe et où un accord arrive finalement juste avant les vacances parlementaires.

Ces trois dernières années ont apporté leur lot d'accords de la dernière heure juste avant la pause de Noël, sur la santé en 2009, sur les prorogations d'allègements fiscaux en 2010 et sur la taxe sur les salaires en 2011.

Cette tradition est si ancrée que de nombreux élus ont l'habitude, parfois à tort, de rejeter toute annonce -dans un sens ou l'autre- qui serait faite plus d'une semaine avant une période de congé.

"Le Congrès ne joue pas la montre, il travaille en fonction du calendrier", résume le sénateur républicain du Missouri Roy Blunt, depuis 15 ans au Congrès. "Il y a seulement ce moment qui arrive où quelque chose doit se produire parce que le temps est écoulé."

Et dans l'intervalle, souligne-t-il, "il y a le désir de maximiser ses positions de négociation jusqu'à ce qu'on n'ait plus aucune marge de négociation. C'est pratiquement toujours comme ça que ça marche".

Donc, compte tenu de la tradition qui prévaut à Capitol Hill où il faut une date limite précise pour débloquer les situations les plus inextricables, le rythme des négociations entre démocrates et républicains sur le "mur budgétaire" va s'accélérer à partir de cette semaine.

TROP TÔT

Pour ne pas avoir à travailler pendant Noël, les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, vont sans doute trouver un accord ou au moins un accord pour parvenir à un accord.

Il n'y a pas de séance de négociations officiellement prévue, mais toute une série d'interventions publiques, à la télévision ou ailleurs, permettront d'affiner les positions.

Le président démocrate pourrait ouvrir le bal dès ce lundi. Il doit faire une apparition publique, bien que non liée au thème économique. Sinon, il pourrait se lancer mardi, devant l'Association nationale des gouverneurs nationaux, ou mercredi, lors d'une réunion de la Business Roundtable, le groupe de lobbying du patronat à Washington.

Si Barack Obama saisit l'occasion, John Boehner ne manquera pas de répondre.

Il ne faut toutefois pas s'attendre à des déclarations de part et d'autre qui représentent des concessions spectaculaires. C'est beaucoup trop tôt.

"A mon avis, on en est au début", a déclaré le sénateur démocrate Max Baucus vendredi soir sur CNN. "Il reste encore 30 jours avant d'entrer dans le mur, comme ont dit. Je pense que dans une semaine environ, nous entrerons dans la phase sérieuse des négociations", a poursuivi ce spécialiste des questions fiscales.

De fait, dimanche, dans leurs diverses interviews dominicales, ni le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner, tête de pont de Barack Obama dans les négociations, ni John Boehner, n'ont rien dit de nouveau.

Tim Geithner s'en est tenu à sa demande d'une hausse d'impôt immédiate pour les foyers dont le revenu net est supérieur à 250.000 dollars par an. Et John Boehner a maintenu son souhait de voir le gouvernement présenter un plan "sérieux" concernant la réduction du déficit budgétaire avant toute concession sur les recettes fiscales.

Danielle Rouquié pour le service français, édité par Henri-Pierre André

par Richard Cowan

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Dernières actualités "Toute l'info"
Date Titre
19/01 Mnuchin, secrétaire au Trésor désigné, en difficulté au Sénat
19/01 L'intervention en Gambie suspendue pour une dernière médiation
19/01 BOURSE DE PARIS : FRANCE 2017-Les candidats à la primaire considèrent les menaces de Trump
19/01 L'euro monte un peu face au dollar, hésitant après la BCE
19/01 BOURSE DE PARIS : FRANCE 2017-Fillon affiche son "libéralisme social"
19/01 Une avalanche ensevelit un hôtel italien, lourd bilan redouté
19/01 Le Sénégal envoie des troupes en Gambie
19/01 Assad souhaite qu'Astana serve la "réconciliation" en Syrie
19/01 Obama commue les peines de 330 détenus
19/01 ARTICLE - MARIA JOÃO RODRIGUES : adapter la législation du travail aux nouveaux emplois
Dernières actualités "Toute l'info"
IndicesCours indicatifs  
Cours en temps réel.CAC 404841.14 -0.25%
Cours en temps réel.S&P 5002264 -0.36%
Cours en différé.DOW JONES19732 -0.37%
Cours en différé.NASDAQ 1005051 -0.09%
Cours en différé.DAX 3011597 -0.02%
Cours en clôture.FTSE 1007203 -0.54%
Cours en temps réel.BEL 203594 0.27%
Cours en différé.SMI8273 -0.47%
Cours en temps réel.AEX485 -0.02%
Cours en clôture.IBEX 359379 -0.08%
Cours en temps réel.PSI 204581 -0.55%
Cours en clôture.EUROSTOXX3290 -0.11%
Cours en clôture.NIKKEI 22519072 0.94%
Cours en clôture.SHANG. CMP3102 -0.36%
Cours en clôture.HANG SENG23018 -0.36%
Publicité
Actualités qui impactent 
Plus d'actualités qui impactent
Actualités les plus lues
00:20 JPMORGAN CHASE : Jamie Damon, le PDG de JPMorgan, a touché $28 mlns en 2016
19/01 ZODIAC AEROSPACE : Safran et Zodiac Aerospace, un nouveau leader mondial de l'aéronautique
19/01 RPT-Safran parvient enfin à mettre la main sur Zodiac
19/01 SAFRAN : et Zodiac Aerospace, un nouveau leader mondial de l’aéronautique
19/01 NETFLIX : une fin d'année en trombe.
Plus d'actualités
Actualités les plus recommandées
18/01 Safran lance une OPA amicale sur Zodiac
19/01 ADOCIA : LCM reste à l'Achat
17/01 KAUFMAN & BROAD : une récompense d'Euronext.
16/01 COFACE : partenariat de distribution avec la succursale française de la Bank of China
00:20 JPMORGAN CHASE : Jamie Damon, le PDG de JPMorgan, a touché $28 mlns en 2016
Plus d'actualités recommandées