Connexion
Identifiant
Mot de passe
Retenir
Codes oubliés ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeVidéosAgenda 
Toute l'infoDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCommuniqués 

Le spectre d'une guerre des devises plane sur 2013

24/12/2012 | 13:34

La "guerre des monnaies" qui, jusqu'ici, n'avait provoqué guère davantage que des éclats de voix, pourrait-elle en 2013 se transformer en guerre ouverte entre les Etats?

La décision de la Banque du Japon (BoJ), de donner un coup d'accélérateur à son programme d'assouplissement quantitatif pour la troisième fois en quatre mois, est la dernière tentative en date des pays développés pour soutenir leur croissance en recourant à des outils non-conventionnels.

Mais les Etats émergents pourraient avoir à payer le prix de cette politique monétaire ultra-accommodante.

Avec un afflux de liquidités toujours plus important dans leurs économies du fait des rachats d'actifs initiés par les banques centrales des pays développés, ceux en voie de développement risquent de subir une appréciation de leur devise susceptible d'avoir pour effet de nuire à la compétitivité de leurs exportations.

De ce fait, ces Etats pourraient ne pas avoir d'autre choix que d'abaisser les taux d'intérêt et/ou d'intervenir pour maintenir leur devise à un niveau raisonnable.

Au risque d'alimenter l'explosion des prix du crédit et des actifs, terreau de l'inflation.

"Certains signes montrent que nous assistons actuellement à une course à la dévaluation", a commenté une source d'un pays membre des pays du G7.

S'exprimant avant la décision de politique monétaire de la BoJ, cette source avait ajouté: "Si tout le monde essaie de dévaluer sa monnaie, cela aura au final des effets néfastes sur l'économie mondiale".

La Réserve fédérale americaine, la Banque d'Angleterre et la Banque centrale européenne (BCE) ont toutes trois abaissé leurs principaux taux d'intérêt à un niveau proche de zéro et ont massivement injecté des liquidités dans leur système bancaire afin de restaurer la confiance des investisseurs et les encourager à se tourner vers des actifs plus risqués.

TENSIONS GÉRABLES

Le ministre des Finances chilien Felipe Larrain avait estimé la semaine dernière que la décision de la Fed, de prendre des mesures d'assouplissement monétaire encore plus agressives, pouvait légitimement inquiéter les Etats émergents dotés d'une croissance solide et d'un taux de change flottant.

Lors de la réunion la semaine dernière des représentants des membres du G20, actuellement présidé par la Russie, une source au fait du dossier avait rapporté que les conséquences d'une modification des taux de changes avaient été évoquées.

Toutefois, le vice-ministre des Finances russe Sergei Storchak a assuré de son côté que les ministres du G20 n'avaient pas abordé la question de la dévaluation compétitive en tant que telle au cours des deux dernières années.

"Les ministres et les banquiers centraux ne pensent pas qu'un pays du G20, quel qu'il soit, manipule volontairement son taux de change afin de stimuler ses exportations", avait déclaré Sergei Storchak début décembre.

Selon Simon Evenett, professeur d'économie à l'université St Gallen en Suisse, depuis novembre 2008 seuls cinq Etats - le Vietnam, l'Ethiopie, le Venezuela, le Nigeria et le Kazakhstan - ont déclaré dévaluer leur monnaie afin d'améliorer la compétitivité de leurs entreprises.

Même si la politique monétaire du Japon fait baisser le cours du yen et fait réagir ses voisins et partenaires commerciaux comme la Chine et la Corée du Sud, ces tensions devraient être parfaitement gérables, estime par ailleurs le professeur.

"La dépréciation d'une monnaie est davantage un effet dérivé d'une politique d'assouplissement monétaire mise en place pour soutenir la demande intérieure, qu'une politique volontariste. C'est pourquoi je ne crois pas au déclenchement d'une guerre des monnaies", ajoute-t-il.

LA MONNAIE NE FAIT PAS TOUT

En effet, cette année, les devises des pays émergents n'ont, semble-t-il, pas enregistré de mouvements réellement préoccupants.

En Asie, les cours du won coréen et du peso philippin ont jusqu'ici progressé de 7% contre le dollar en 2012. La roupie indonésienne a en revanche abandonné 6% et la roupie indienne plus de 3%.

En Amérique latine, les pesos chilien et mexicain ont grimpé de près de 10%, mais simultanément, le real brésilien a cédé 10%.

Simon Evenett souligne en outre que si les banques centrales multiplient en 2013 les mesures visant à déprécier leurs devises, les pays émergents peuvent toujours riposter en utilisant l'arme des contrôles de capitaux.

"Il est moins controversé de recourir au contrôle des capitaux depuis que le Fonds monétaire international (FMI) a donné sa bénédiction à ce genre d'outil", note-t-il, faisant référence à une note du FMI tolérant l'usage de ces contrôles dans certaines circonstances.

Quoi qu'il en soit, l'exemple britannique montre qu'une importante dépréciation ne garantit pas l'envolée des exportations.

La livre sterling a en effet perdu environ 25% de sa valeur depuis que la Banque d'Angleterre a entamé une politique d'assouplissement monétaire et pourtant le déficit commercial du pays n'a cessé de se creuser depuis, à 8,9 milliards de livres par mois, contre 8,4 milliards de livres en 2011.

En effet, le taux de change n'est que l'un des nombreux facteurs déterminant la compétitivité des exportations d'un Etat.

A l'inverse, certains membres de la zone euro, comme l'Espagne, l'Irlande ou encore le Portugal, qui n'ont pas la possibilité de déprécier leur devise, ont malgré tout réussi à enregistrer rapidement une hausse de leurs exportations en réduisant les coûts et en conquérant de nouveaux marchés.

Lidia Kelly, Leika Kihara, Catherine Monin pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

par Alan Wheatley

Réagir à cet article

Dernières actualités "Toute l'info"
Date Titre
13:20 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG : Enquête de conjoncture auprès des consommateurs
13:20 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG : Evolution de l’emploi dans les établissements de crédit
13:20 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG : Publication du Cahier d’études n°98: The interest rate sensitivity of Luxembourg bond funds: Results from a time-varying model
13:20 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG : Publication du Cahier d’études n°97: Is the financial sector Luxembourg’s engine of growth?
13:16 DEVISES : les devises à l'ancre, la Fed en vue.
13:15 AUD/NZD : Double sommet en données journalières
12:36 La plupart des Bourses européennes dans le vert à la mi-séance
10:25 DETEC DÉPARTEMENT FÉDÉRAL D : Gabriela Seiz, nouvelle vice-directrice de l'Office fédéral de la communication
10:10 SPF FINANCES : Déclaration à l'impôt des non-résidents 2015 - Enregistrez-vous avant / Income tax declaration for non-residents 2015 - Register before
10:10 SPF FINANCES : La Douane lance une application pour informer les voyageurs
Dernières actualités "Toute l'info"
IndicesCours indicatifs  
Cours en temps réel.CAC 404993.70 0.33%
Cours en temps réel.S&P 5002093 1.24%
Cours en temps réel.DOW JONES17630 1.09%
Cours en temps réel.NASDAQ 1004560 0.91%
Cours en temps réel.DAX 3011204 0.27%
Cours en temps réel.FTSE 1006619 0.97%
Cours en temps réel.BEL 203723 0.09%
Cours en temps réel.SMI9365 0.96%
Cours en temps réel.AEX488 0.39%
Cours en temps réel.IBEX 3511238 -0.13%
Cours en temps réel.PSI 205648 -0.21%
Cours en temps réel.EUROSTOXX3564 0.27%
Cours en clôture.NIKKEI 22520303 -0.13%
Cours en clôture.SHANG. CMP3663 -1.68%
Cours en clôture.HANG SENG24619 0.47%
Cours indicatifs de pré-ouverture
+0.31%
+0.28%
+0.42%
Publicité
Actualités qui impactent 
ATEME : recul des revenus au deuxième trimestre.
AKKA TECHNOLOGIES : Portzamparc abaisse à 'conserver'.
CAPELLI : augmente de 10% son CA au 1er trimestre.
CAST : augmente de 21% son CA semestriel.
NEXITY : le groupe BPCE a cédé 6,9% du capital.
Plus d'actualités qui impactent
Actualités les plus lues
09:17 Les valeurs à suivre aujourd'hui à la Bourse de Paris - Mercredi 29 juillet 2015
07:31 TXCELL : confie à MaSTherCell la fabrication d’Ovasave®, son produit le plus avancé
10:05 upc cablecom augmente son efficacité énergétique
07:02 SOLVAY : franchit une étape décisive dans sa transformation avec l'acquisition de Cytec
06:23 WESTERN UNION : célèbre son 20e anniversaire en Afrique
Plus d'actualités
Actualités les plus recommandées
09:21 PEUGEOT : retrouve un résultat net positif au 1er semestre.
28/07 Brésil-La dette risque de passer en catégorie spéculative-S&P
28/07 Guerre des nerfs entre Athènes et Bruxelles
27/07 DEVISES : euro-dollar en hausse avec l'indice Ifo.
26/07 Discussions sur le plan de sauvetage en Grèce repoussées à mardi
Plus d'actualités recommandées