Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCommuniqués

Resume de l'actualite a 10H00 GMT (12/08)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
12/08/2017 | 12:00

PEKIN - Une résolution pacifique du problème nucléaire nord-coréen est nécessaire, a déclaré le président chinois Xi Jinping lors d'un entretien téléphonique cette nuit avec Donald Trump, appelant la "partie concernée" à la retenue, selon la télévision publique chinoise.

"La partie concernée doit maintenant faire preuve de retenue, et éviter les mots et les actions qui exacerbent les tensions sur la péninsule coréenne", a-t-il dit à son interlocuteur.

Rendant compte de cet entretien, la Maison blanche a souligné que les deux chefs d'Etat avaient réaffirmé leur engagement mutuel en faveur d'une dénucléarisation de la péninsule coréenne. "Le président Trump et le président Xi, poursuit la Maison blanche, sont convenus que la Corée du Nord doit cesser son comportement provocateur et induisant une escalade."

Trump a lancé hier une nouvelle mise en garde à la Corée du Nord, la prévenant que les armes américaines étaient prêtes à l'emploi, "verrouillées et chargées". Le régime nord-coréen a de son côté accusé le président des Etats-Unis de conduire la péninsule au bord d'une guerre nucléaire.

Le régime nord-coréen a de son côté accusé le président des Etats-Unis de conduire la péninsule coréenne "au seuil d'une guerre nucléaire".

Alors que l'escalade verbale de ces derniers jours entre Trump et la Corée du Nord inquiète le monde, la Russie a fait état d'un plan sino-russe qui impliquerait un gel des essais de missiles de la Corée du Nord et un arrêt des manoeuvres militaires conjointes des Etats-Unis et de la Corée du Sud. Le Pentagone a cependant dit que ces manœuvres conjointes débuteraient comme prévu le 21 août.

---

BEDMINSTER, New Jersey - Donald Trump a menacé hier le Venezuela d'une intervention militaire, une surenchère inattendue dans la réponse de Washington à la crise politique vénézuélienne.

La vague de contestation politique au Venezuela est entrée dans une nouvelle phase il y a une semaine, avec l'entrée en fonction d'une Assemblée constituante aux pouvoirs illimités composée d'alliés du parti socialiste au pouvoir.

"Le peuple souffre et des gens meurent. Nous avons de nombreuses options pour le Venezuela, notamment une possible option militaire si nécessaire", a déclaré Donald Trump à des journalistes.

Plus de 120 personnes ont été tuées au Venezuela dans des heurts entre forces de l'ordre et manifestants depuis le début du mouvement de contestation, en avril.

Les commentaires ont déclenché la stupeur à Caracas, où le ministère de la Défense Vladimir Padrino a dénoncé un "acte de folie". "

Interrogé sur cette annonce, le Pentagone s'est dit prêt à soutenir les efforts de protection des citoyens américains et des intérêts des Etats-Unis, mais a ajouté que les insinuations de Caracas quant à un projet d'invasion du Venezuela étaient "sans fondement".

---

NAIROBI - Une jeune Kényane a été tuée ce matin à Mathare, un bidonville proche de Nairobi, victime d'une balle perdue tirée par la police qui intervenait contre des manifestants dénonçant la proclamation de la réélection du président Uhuru Kenyatta, rapporte un témoin.

"La fille a été touchée par une balle perdue alors qu'elle était à son balcon et que la police tirait des coups de feu sporadiques", a dit ce témoin.

Dès la proclamation de la réélection de Kenyatta, des incidents violents ont éclaté au Kenya.

D'après la commission électorale, le président sortant a été réélu avec 54,27% des suffrages exprimés mardi, contre 44,74% au chef de l'opposition, Raila Odinga, qui conteste la validité du scrutin.

Kenyatta a appelé le peuple kényan à l'unité nationale et à la paix pour la période post-électorale tandis que l'opposition dénonçait une "farce" électorale.

---

PARIS - Deux incendies sont toujours actifs ce matin en Haute-Corse après avoir parcouru près de 2.000 hectares et entraîné l'évacuation de plusieurs centaines de personnes depuis vendredi soir, a déclaré à Reuters le préfet de Haute-Corse, Gérard Gavory.

L'incendie du Cap Corse, dans le nord de l'île, a parcouru 1.800 hectares et reste actif sur les hauteurs de Sisco, sans présenter de menace pour les habitations. Celui qui touche la commune de Manso (nord-ouest de la Corse), un feu de maquis et de forêt difficilement accessible, a parcouru 150 hectares.

"Ce qu'on peut constater ce matin c'est qu'il n'y a aucune habitation détruite ni heureusement aucune victime", a noté le préfet.

Un homme a par ailleurs été interpellé et placé en garde à vue dans la nuit à Bastia, où il est soupçonné d'avoir provoqué cinq départs de feu entre minuit et 01h00 du matin, a-t-il indiqué en précisant qu'il s'agissait d'un dossier distinct des deux incendies en cours dans l'île.

---

PARIS - Deux tiers des Français (64%) sont mécontents de l'action d'Emmanuel Macron près de 100 jours après son élection, soit dix points de plus que son prédécesseur François Hollande au même stade de son quinquennat, selon un sondage Ifop publié par Le Figaro.

L'institut a interrogé les Français sur une quinzaine de mesures prises ou annoncées par le chef de l'Etat depuis sa prise de fonction.

Une des mesures les plus populaires est la réduction du budget de certains ministères pour ramener le déficit public sous la limite européenne de 3% du produit intérieur brut. Le vote de la loi de moralisation de la vie publique est salué par 55% des sondés et la suppression progressive de la taxe d'habitation pour 80% des foyers par 52% d'entre eux.

A l'inverse, la baisse des allocations logement de cinq euros par mois recueille 60% d'opinions défavorables, la hausse de la CSG pour financer une baisse des cotisations salariales en recueille 53% et le projet de réforme du droit du travail 51%.

---

PARIS - Près de 250.000 d'oeufs contaminés au fipronil, un insecticide, pourraient avoir été consommés par les Français dans les derniers jours et pourraient encore se trouver dans leur réfrigérateur, déclare le ministre de l'Agriculture, précisant toutefois qu'il n'y a aucun risque pour la santé.

"Nous avons deux centres d'emballage d'oeufs dans le Nord et dans la Somme qui ont reçu des oeufs de consommation contaminés en provenance des Pays-Bas et en provenance de la Belgique", a déclaré Stéphane Travert sur RMC.

La police néerlandaise a interpellé deux suspects dans le cadre de l'enquête sur les oeufs contaminés par l'usage d'un insecticide potentiellement toxique dans l'industrie des poules pondeuses aux Pays-Bas.

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Dernières actualités "Economie / Forex"
03:48 Xi Jinping ouvre le 19e Congrès du PCC sur Taïwan, la lutte contre la corruption
01:39 La Corée du Nord salue l'ouverture du 19e Congrès du PCC
17/10 Les négociations sur l'Aléna au point mort, continueront en 2018
17/10 Le bras de fer se poursuit entre Madrid et Barcelone
17/10 Cgg annonce que ses actionnaires de référence voteront en faveur de son plan de restructuration financière lors de son assemblée générale le 31 octobre
17/10 Un juge fédéral bloque le nouveau décret de Trump sur l'immigration
17/10 USA : la balance des flux de capitaux revient dans le vert en août
17/10 Un juge fédéral bloque le nouveau décret de Trump sur l'immigration
17/10 USA-Le Dow Jones gagne 0,17%, le Nasdaq cède 0,01%
17/10 USA-Accord bipartisan pour prolonger le financement de l'Obamacare
Dernières actualités "Economie / Forex"
Publicité