Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Analyses  >  Briefings quotidiens  >  Morning Meeting

Analyses

Tous les articlesDécryptagesAnalyses IndicesAnalyses ActionsAnalyses Matières PremièresAnalyses DevisesIdées de tradingBriefings quotidiens 
Clôture de TokyoMorning MeetingBriefing de midiPré-ouverture de WallstreetClôture de la Bourse de ParisClôture de Wallstreet 

Dans le vert après Wall-Street

23/03/2017 | 08:00 - Analyse du CAC40 à court terme

Les places européennes ont terminé en territoire négatif mercredi, les opérateurs doutant que Donald Trump puisse tenir ses promesses de baisse d'impôts et de relance budgétaire. Le CAC40 a toutefois bénéficié de la bonne tenue initiale de Wall-Street pour limiter son repli et clôturer en légère baisse de 0.15% à 4994 points. Les attentats de Londres n'ont pas eu d'impact.

Les indices américains ont quant à eux terminé en ordre dispersé, le secteur de l'énergie ayant pesé sur la tendance.
Le DOW JONES a terminé en repli de 0.03% 20661 points, le S&P500 a gagné 0.19% à 2348 points et le NASDAQ COMPOSTE s'est adjugé 0.48%.

Le marché parisien devrait ouvrir en hausse de 0.2%, à proximité de ses plus hauts d'hier.
En données horaires, le test des 5005/5010 points devrait être déterminant. Le débordement de cette zone militerait pour une reprise technique en direction des 5055 points. En cas d'échec, on pourra au contraire s'attendre à une probable rechute avec les 4955 points comme premier objectif.

 En surveillance. Surveiller la sortie du range 4940 / 5010.

Laurent Polsinelli / Copyright (c) 2017 Zonebourse.com


La clôture à Tokyo

Tokyo finit en hausse de 0,23% malgré un scandale politique

La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 0,23% jeudi, reprenant une partie du terrain cédé la veille en dépit des inquiétudes suscitées par un scandale politique impliquant l'épouse du Premier ministre, Shinzo Abe.

L'indice Nikkei a gagné 43,93 points à 19.085,31 après avoir passé une partie de la séance dans le rouge et touché son plus bas niveau depuis le 9 février à 18.973,75; le Topix, plus large, a grignoté 0,21 points (+0,01%) à 1.530,41.

Le directeur d'un établissement scolaire japonais a déclaré sous serment jeudi devant une commission parlementaire avoir reçu un don d'un million de yens (8.300 euros) de l'épouse de Shinzo Abe. Or l'association éducative qu'il dirige a acquis très bon marché des terrains publics pour y construire une école élémentaire.

L'affaire favorise l'aversion au risque des investisseurs japonais, a expliqué Yutaka Miura, analyste technique de Mizuho Securities.
Par ailleurs, le repli du yen face au dollar a soutenu certaines valeurs exportatrices comme Honda (+0,62%) .
A la baisse, Nintendo a abandonné 2,1% après cinq séances de hausse à la faveur du bon démarrage commercial de sa console Switch.



La clôture à Wall Street

Wall Street peut vaciller si Trump échoue sur la santé

Le "Trump Trade" qui porte Wall Street depuis la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle du 8 novembre pourrait bientôt se muer en une "Panique Trump" si la nouvelle administration échoue à faire voter par le Congrès son projet de réforme de l'assurance maladie.

Un tel échec pourrait en effet amener les investisseurs à penser que l'homme d'affaires devenu président ne tiendra pas toutes les promesses qui ont dopé la Bourse new-yorkaise ces derniers mois, à savoir les baisses d'impôts, la dérégulation et la relance économique via des travaux d'infrastructure.
Le projet de loi anti-Obamacare, la réforme de l'assurance maladie mise en place par son prédécesseur, est le premier grand test législatif du mandat de Donald Trump.
Or le président américain ainsi que les responsables du parti républicain semblaient mercredi avoir perdu leur pari de réunir suffisamment de voix pour faire passer le texte, qui sera soumis jeudi au vote de la Chambre des représentants.
Il est contesté à la fois par des membres de l'aile dure du parti, qui trouvent qu'il ne se distingue pas assez de l'Obamacare, et par des modérés redoutant les effets des nouvelles dispositions sur les électeurs.
"Si le vote ne passe pas ou s'il est reporté cela mettra grandement en doute le "Trump Trade", a estimé Jeffrey Gundlach, directeur général chez DoubleLine Capital, un investisseur obligataire très écouté sur les marchés financiers.
Le S&P 500, qui a terminé en légère hausse mercredi, est encore en progression de près de 10% par rapport au cours de clôture du 8 novembre.
Mais l'indice de référence des gérants des fonds ainsi que les deux autres indices phares de Wall Street a connu mardi leur repli le plus marqué depuis la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle du 8 novembre, en raison des doutes sur l'application de son programme.
Et, à ce stade du mois de mars, les trois indices sont partis pour subir leur premier recul mensuel en cinq mois, signe que l'effet "Trump", qui a propulsé la place new-yorkaise vers de nouveaux sommets, touche peut-être à sa fin.

UNE CORRECTION DE 5% ?
Selon Michael Arone, chargé de la stratégie investissements chez State Street Global Advisors, si jamais l'administration Trump essuie un échec sur la réforme de l'assurance maladie, "une correction de 5% ne paraît pas déraisonnable étant donné le niveau atteint (par Wall Street) en si peu de temps".
Cela fait plusieurs semaines que nombre d'experts en stratégie boursière mettent en garde contre le fait de parier sur un scénario où rien ne vient contrarier l'agenda de Donald Trump.
"Le marché actions américain a pris en compte un scénario parfait en ce début de 2017 et (la forte baisse de mardi) a été un brutal rappel à l'ordre : le processus législatif est imparfait même quand il fonctionne au mieux", a noté Nicholas Colas, chargé de la stratégie de marché chez Convergex.

Les acteurs de marché estiment néanmoins que le vote sur l'assurance santé est un "test de la capacité de Donald Trump à unifier le parti", note Brian Daingerfield (NatWest Markets).
"Il a une signification symboligue."
Après le vote sur l'assurance santé, les intervenants de Wall Street suivront ce qui passe dans le domaine des impôts et des infrastructures.
Donald Trump a dit qu'il souhaitait l'adoption de la réforme de l'Obamacare d'ici les vacances de Pâques de la mi-avril. L'administration semble viser un texte législatif sur la réforme des impôts d'ici le mois d'août. Les dépenses d'infrastructures viendront après ces deux points.



Statistiques économiques du jour

HeurePaysStatistiqueImpact*AttenduPrécédent
13H30USAInscriptions au chômageMoyen240K241K
13H45USADiscours présidente de la FEDFort--
15H00USAVentes de maisons neuvesMoyen566K555K
* Impact attendu sur le marché suite à la publication de la statistique.
Publicité
Valeurs à suivre

Valneva a publié les meilleurs résultats financiers de son histoire avec un Ebitda positif pour la première fois en 2016. L'an dernier, le fabricant de vaccins a accusé une perte nette de 49,2 millions, subissant l'impact d'une dépréciation d'actifs sans effet sur la trésorerie suite à l'arrêt du programme Pseudomonas. Hors impact de cette dépréciation et hors gain exceptionnel lié à l'acquisition de Dukoral en 2015, la perte nette a été plus que divisée par deux comparée à la perte de 15,1 millions enregistrée en 2015.

>> Fiche valeur VALNEVA SE



Pour l'exercice 2016, Cegedim a accusé une perte des activités poursuivies de 25,6 millions d'euros contre un bénéfice de 19,5 millions en 2015. La société de technologies et de service a été notamment pénalisée par des éléments exceptionnels (coûts de restructuration, provision pour dépréciation liée au litige Tessi et au coût de déménagement du siège social). L'Ebit courant a par ailleurs reculé de 43,7% à 27,1 millions d'euros. La marge recule à 6,1% pour l'exercice 2016 contre 11,3% pour l'exercice 2015.

>> Fiche valeur CEGEDIM



Edenred a réalisé une émission obligataire pour un montant de 500 millions d'euros, d'une durée de 10 ans, assortie d'un coupon de 1,875%. L'émission, sursouscrite plus de trois fois, a été placée auprès d'une base diversifiée de plus d'une centaine d'investisseurs institutionnels internationaux. Ce nouvel emprunt obligataire participera au financement des besoins généraux de l'entreprise et notamment de ses projets de croissance.

>> Fiche valeur EDENRED



Amoeba a accusé une perte nette de 5,768 millions en 2016 après une perte de 4,019 millions en 2015. De même, la perte opérationnelle s'est creusée à 5,753 millions contre une perte de 3,988 millions un an plus tôt en raison du déploiement industriel et d'une hausse des frais de R&D. Au 31 décembre 2016, les capitaux propres de la société s'élevaient à 18,6 millions contre 10,6 millions au 31 décembre 2015.

>> Fiche valeur AMOEBA



Agenda du jour

HeureValeurType d'événement
Bollore SAAnnée 2016 Publication de résultats
United Internet AGAnnée 2016 Publication de résultats
CPFL Energia S.A.Année 2016 Publication de résultats
Federal Hydro-Generating Co RusHydro PAOAnnée 2016 Publication de résultats
Wendel SEAnnée 2016 Publication de résultats
freenet AGAnnée 2016 Publication de résultats
STADA Arzneimittel AGAnnée 2016 Publication de résultats
CTS Eventim AG & Co KGaAAnnée 2016 Publication de résultats
Rheinmetall AGAnnée 2016 Publication de résultats
Krones AGAnnée 2016 Publication de résultats
Bank Handlowy w Warszawie SAAnnée 2016 Publication de résultats
Drillisch AGAnnée 2016 Publication de résultats
GVC Holdings PLCAnnée 2016 Publication de résultats
Cosmo Pharmaceuticals NVAnnée 2016 Publication de résultats
Titan Cement Company S.A.Année 2016 Publication de résultats
Cyrela Brazil Realty SA Emprdts e PrtpcsAnnée 2016 Publication de résultats
Ion Beam Applications SAAnnée 2016 Publication de résultats
Brickworks LimitedPremier semestre 2017 Publication de résultats
Ted Baker plcAnnée 2017 Publication de résultats
LEONI AGAnnée 2016 Publication de résultats

Avertissement : Les analyses réalisées par SURPERFORMANCE SAS, société éditrice du site Zonebourse.com, n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de produits ou services financiers. Elles ne constituent notamment pas un conseil en investissement. Les informations, graphiques, chiffres, opinons ou commentaires rédigés par les équipes de rédaction de SURPERFORMANCE SAS ou mis à disposition par cette dernière s’adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations qui y sont développées. Ces informations sont diffusées à titre purement indicatif, SURPERFORMANCE SAS ne peut en garantir l’exactitude, l’exhaustivité ou la fiabilité. SURPERFORMANCE SAS décline toute responsabilité dans l'utilisation qui pourrait être faite des informations diffusées et des conséquences de toute nature qui pourraient en découler, notamment de toute décision prise sur la base de ces informations, y compris en cas d’erreur ou d’omission.
Les informations fournies ici proviennent de différents fournisseurs de flux (Bloomberg, Thomson Reuters, ABCBourse, Cercle Finance, Boursier ou AOF).