Découvrir nos portefeuilles : Investisseur PEA |  International |  Trader
Accès Membre / Client

Accueil Zonebourse  >  Analyses  >  Briefings quotidiens  >  Morning Meeting

Analyses

Tous les articlesDécryptagesAnalyses IndicesAnalyses ActionsAnalyses Matières PremièresAnalyses DevisesIdées de tradingBriefings quotidiens 
Clôture de TokyoMorning MeetingBriefing de midiPré-ouverture de WallstreetClôture de la Bourse de ParisClôture de Wallstreet 

Sauvé par Wall-Street, le PIB US et la BoJ

31/10/2014 | 08:08 - Analyse du CAC40 à court terme

Après un trou d'air hier matin dans le sillage des valeurs financières, le CAC40 a effectué une remontée spectaculaire dans l'après-midi pour finalement clôturer en hausse de 0.74% à 4141 points.
Les opérateurs ont salué la hausse de 3.5% du PIB américain pour le troisième trimestre alors que le consensus tablait sur 3.1%.
Le DOW JONES a terminé en hausse de 1.3% à 17195 points, le S&P 500 s'est adjugé 0.62% à 1994 points et le NASDAQ COMPOSITE 0.37%.

Le CAC40 est attendu en hausse de près de 1.5% ce matin, dans le sillage de Tokyo qui a bondi de 4.8% après l'assouplissement inattendu annoncé par la Banque du Japon. La masse monétaire passe à 80.000 milliards de yens par an contre 60.000 à 70.000 milliards de yens jusqu'à présent.

Graphiquement, le CAC40 devrait donc ouvrir en gap haussier au-dessus de la borne haute de son trading range 4065/4170 points. La première cible fixée vers 4220 points devrait être atteinte dès les premiers échanges. Au-delà, les 4250 points seraient en ligne de mire voire 4310 points par extension.

 Positive au dessus de 4065
avec comme objectif 4220.

Laurent Polsinelli / Copyright (c) 2014 Zonebourse.com


La clôture à Tokyo

La Bourse de Tokyo salue l'assouplissement de la BoJ

La Bourse de Tokyo a fini en forte hausse vendredi, saluant l'assouplissement inattendu annoncé par la Banque du Japon(BoJ) et l'indice Nikkei a terminé à son niveau le plus haut depuis la fin 2007. L'indice Nikkei a gagné 755,56 points (4,83%) à 16.413,76, son gain en pourcentage le plus élevé en un an et demi. Le Topix, plus large, a pris 54,74 points (4,28%) à 1.333,64.
L'assouplissement monétaire de la BoJ a poussé le yen à un plus bas depuis janvier 2008 contre le dollar, ce qui a également soutenu la Bourse.

La BoJ a pris cette mesure monétaire contre toute attente, craignant que la baisse des prix pétroliers ne pèse sur les prix à la consommation et ne remette en cause son objectif qui est de tirer le Japon de la déflation.

La BoJ a décidé d'accélérer le rythme d'expansion de la masse monétaire à 80.000 milliards de yens (723 milliards de dollars) par an, au lieu de 60.000 à 70.000 milliards de yens jusqu'alors.



La clôture à Wall Street

Nous offre un 'golden swan' pour fêter Halloween

Lorsqu'un scénario de correction totalement inédit pulvérise les cours et déjoue l'intégralité des anticipations, les opérateurs interloqués invoquent un 'black swan'.

Au soir du 16 octobre, ou même du 17 (journée des '4 sorcières'), un rebond de +10% sur le 'S&P' et de +15% sur le 'Dow Transport' en 10 séances n'avait été prévu par strictement aucun stratège, et n'était envisagé par aucun analyste technique.

Revoir le Dow Jones au-dessus des 17.200, le Nasdaq à 4.575, le 'S&P' à 2.000 à la veille d'Halloween était jugé à 100% inconcevable.

C'est pourtant ce qui vient de se produire: cela mérite peut-être l'appellation de 'Golden Swan'.

Les indices US vont en effet terminer le mois d'octobre au plus haut -ou à quelques points des plus hauts-: la décision semble avoir été prise en 'haut lieu'.

L'impulsion est venue de la FED (pas moins de 4 interventions orales le 17 octobre... pour promettre à peu près tout et vraiment n'importe quoi) qui s'est appuyée sur quelques grandes banques d'affaires dotés d'outils algorithmiques surpuissants... et des liquidités adéquates (mises à leur disposition en quantité illimitée).

Le rebond de 10% sur les planchers de la mi-octobre constitue un véritable défi aux lois de la gravité, surtout après que tous les supports haussiers moyen terme aient été nettement cassés du 10 au 16 octobre.

Mais plus encore, une reprise en 'V' de -10% suivi de +10% -et même d'un nouveau record historique sur le 'Dow Transport' après un rebond de +15%- n'a jamais été observée dans les 6 semaines ayant suivi l'établissement d'une déferlante de records historique absolus (et encore moins sur une période de 4 semaines).

Même en octobre 2000, seul exemple sur les 30 dernières années d'un 'V' de 10% d'amplitude sous les sommets, les indices US avaient calé à 5 ou 6% de leurs récents records.
Le 'S&P' vient de tester ce jeudi les 2.000Pts en séance (1.999,40 mais les 'futures' novembre ont coté 2000) et de tutoyer à 0,5% près sa meilleure clôture historique des 2.011 du 18 septembre.

Il faut également remonter très loin en arrière pour observer une différence de performance de 8% entre les places européennes et Wall Street au cours d'un même mois calendaire

A croire que les ventes opérées en Europe -et y compris ce jeudi matin- étaient destinées à dégager suffisamment de liquidités pour soutenir Wall Street.
Cela semble avoir parfaitement fonctionné puisque le Dow Jones grimpé de +1,30% à 17.200, le 'S&P' s'adjuge +0,65% à 1995, au plus haut depuis le 24 septembre dernier.
Il dépasse en clôture son record du 24 juillet établi à 1.991Pts et fut comme 'aspiré' -par des algorithmes savamment programmés- vers les 2.000Pts autour de 19H.
Le Nasdaq se contente de +0,38% à 4.565Pts mais le Russel-2000 fait deux fois mieux avec +0,87% à 1.155Pts.

Côté statistiques, s'il faut chercher une explication rationnelle à des évolutions de cours sans précédent, le PIB américain a décéléré moins que prévu au troisième trimestre (de 4,6% vers 3,5%), d'après l'estimation avancée du Département du Commerce.

Les économistes s'attendaient à ce que la croissance du PIB du troisième trimestre ne ressorte plus qu'aux environs de +3% en rythme annuel: cela devrait alimenter des craintes de hausse de taux plus précoce que mi-2015... mais non, il n'y a plus que des acheteurs, et y compris sur les marchés obligataires; tout monte de concert, c'est le monde merveilleux de 'Goldilocks' (pas assez d'inflation pour monter les taux, mais assez de croissance et de rachats de titres pour gonfler les dividendes).

Sinon, le Département américain du Travail a dénombré 287.000 nouveaux inscrits hebdomadaires au chômage lors de la semaine close le 25 octobre, contre 284.000 au terme de la semaine précédente (chiffre révisé de 283.000 contre 281.000 attendu).

Mercredi soir, le FOMC (réunion de la FED) avait comme prévu annoncé la fin de son programme d'assouplissement quantitatif (QE3) et indiqué continuer de prévoir un maintien des taux directeurs entre 0% et 0,25% pour 'une période considérable' (ce qui ne cadre pas avec le diagnostic d'une croissance plus robuste), une locution qui pourrait disparaitre du prochain communiqué en décembre, (dernier FOMC de l'année) lorsque la Fed dévoilera ses projections pour 2015.

Les trimestriels ont également contribué à doper le Dow Jones: les opérateurs citent volontiers les solides résultats de VISA.
Mais cela justifie t'il une envolée historique de +10%... où l'annonce d'un plan massif de rachat de titres (5Mds$) n'est-il pas jugé encore plus séduisant ?

Les mauvais résultats eux sont balayés d'un revers de la main: il s'agit systématiquement d'accidents isolés qui ne ternissent pas le tableau trimestriel où 70% des résultats ressortent -comme de juste- 'supérieurs aux estimations' (opportunément minorées ces dernières semaines).

Tout a semblé concourir à la hausse de Wall Street ce jeudi 30 octobre, aussi bien des taux longs US qui se détendent inexplicablement à 2,29% que l'or, 'shorté' à fond (-2,2%, soit -25$ à 1.198)... afin de ne laisser aucune alternative et induire le sentiment qu'il y a du risque partout, sauf sur les actions... et tant pis si Weight Watchers -(13,1%), New York Times (-5%), Starbucks (-4,5%) et Citigroup (-2,5% en after hour) ont raté le consensus: ça ne compte pas !



Statistiques économiques du jour

HeurePaysStatistiqueImpact*AttenduPrécédent
11:00EURIndice des prix a la consommationFort0.4%0.3%
11:00EURTaux de chômageMoyen11.5%11.5%
13:30USADépenses des ménagesMoyen0.2%0.5%
13:30USARevenus des ménagesFaible0.3%0.3%
14:45USAIndice PMIMoyen60.260.5
14:55USAIndice MichiganMoyen86.486.4
* Impact attendu sur le marché suite à la publication de la statistique.
Publicité
Valeurs à suivre

Alten a fait état, après la clôture des marchés, d'un chiffre d'affaires en hausse de 12% à 1,01 milliard d'euros pour le compte du troisième trimestre. Les revenus du groupe d'ingénierie et de conseil en technologies se sont appréciés de 1,2% à 568,2 millions d'euros en France mais ont bondi de 29,4% à 447,5 millions d'euros à l'International, grâce aux acquisitions, sept depuis le début de l'année et à la croissance interne. L'international représente désormais 44% de l'activité du groupe. En outre, Alten affiche une croissance organique de 2,35% au troisième trimestre.


Alten a ainsi précisé qu'il devrait réaliser au second semestre une croissance organique comprise entre 2,5% et 3% et faire progresser sensiblement sa marge opérationnelle d'activité par rapport au premier semestre, "en dépit d'un contexte économique morose".

Le groupe avait indiqué en septembre qu'il tablait sur une croissance organique entre 2% et 3% au second semestre 2014.

>> Fiche valeur ALTEN



Ubisoft a réalisé au premier semestre, clos fin septembre, de l'exercice 2014-2015, un bénéfice net de 11,7 millions d'euros, contre une perte de 62,3 millions d'euros, un an plus tôt à la même époque. Le résultat opérationnel, non-IFRS, c'est-à-dire avant rémunérations payées en actions, de l'éditeur de vidéo est, lui, ressorti à 24,2 millions d'euros, à comparer avec une perte de 98 millions d'euros au premier semestre de l'exercice précédent.

Le chiffre d'affaires s'est élevé à 484,2 millions d'euros, en hausse de 65,1% (67,9% à taux de change constants), dont 124,1 millions d'euros, en baisse de 42,9% (45,2% à taux de change constants). Ubisoft visait 85 millions au deuxième trimestre.

Commentant ces résultats, le PDG, Yves Guillemot a déclaré "La performance réalisée au premier semestre renforce notre confiance dans l'atteinte de nos objectifs annuels. Elle témoigne de la pertinence de notre stratégie de création de marques fortes et d'investissement dans le digital. Cette stratégie repose sur une force créative unique par son ampleur et sur une exécution en progression constante. Elle nous positionne au premier plan de ce nouveau cycle de consoles et sera déterminante dans la création de valeur pour nos actionnaires à court, moyen et long termes."

L'éditeur de jeux vidéo a aussi confirmé ses objectifs pour l'exercice en cours et le suivant. Le groupe cible un résultat opérationnel non-IFRS d'au moins 150 millions d'euros pour un chiffre d'affaires d'au moins 1,4 milliard d'euros. Le chiffre d'affaires du troisième trimestre est attendu aux alentours de 730 millions, en hausse de 40%.

>> Fiche valeur UBISOFT ENTERTAIN



Tarkett a annoncé jeudi après la clôture de la Bourse de Paris avoir conclu un accord de principe avec Bencis Capital Partners et les actionnaires minoritaires de Desso en vue de l'acquisition de 100% du capital de cette société. Desso, fabricant de moquettes, sert principalement les segments professionnels (bureaux, éducation, hôtellerie, transport maritime et aérien), et est aussi présente sur le segment résidentiel en Europe, précise le groupe de revêtements de sols et de surfaces sportives.

L'entreprise commercialise également pour le marché des surfaces sportives, du gazon artificiel ainsi qu'un système unique de pelouse semi-naturelle renforcée.

Basé aux Pays-Bas, Desso a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 202 millions d'euros, emploie environ 820 personnes et dispose de trois sites de production en Europe. Grâce au soutien de Bencis, Desso a démontré sa capacité à améliorer avec succès sa performance au cours des dernières années.

La procédure d'information et de consultation des partenaires sociaux de Desso est actuellement en cours. Sous réserve de l'approbation des autorités de la concurrence, la finalisation de cette opération devrait intervenir à la fin de l'année 2014, conclut Tarkett.

>> Fiche valeur TARKETT



Première banque française à dévoiler ses comptes du troisième trimestre, BNP Paribas a dévoilé un résultat net part du groupe de 1,5 milliard d'euros, en hausse de 10,6%. Il était cependant attendu à 1,6 milliard par le consensus Reuters. Hors éléments exceptionnels, il s'est élevé à 1,73 milliard d'euros, en hausse de 12,5%. Le résultat brut d'exploitation a, lui, progressé de 4,2% à 2,914 milliards d'euros, soutenu notamment par le repli de 9,2% à - 752 millions du coût du risque. De son côté, le produit net bancaire est ressorti à 9,537 milliards d'euros, soit un accroissement de 3,9%.

Il était attendu à 9,53 milliards par le marché. Hors éléments exceptionnels et à périmètre et change constants, le produit net bancaire a progressé de 2,8%. BNP Paribas a souligné que les revenus ont progressé dans tous les pôles opérationnels, tirés notamment par les métiers spécialisés, la banque de détail à l'international et ses métiers de taux.

Ayant été condamnée à payer 9 milliards de dollars de pénalités par les autorités américaines, la banque française avait essuyé au deuxième trimestre une perte nette (part du groupe) de 4,317 milliards d'euros.

Sur le plan de la solidité financière, la banque annonce un ratio de fonds propres durs de 10,1% selon l'application intégrale de Bâle et prise en compte des résultats de la revue de qualité des actifs. Le ratio de levier de Bâle 3 plein s'est établi à 3,5%.

>> Fiche valeur BNP PARIBAS



Agenda du jour

HeureValeurType d'événement
Altran Technologies SAQ3 2014 Publication évolution de l'activité
07h00BNP Paribas SAQ3 2014 Publication de résultats
Chevron CorporationQ3 2014 Publication de résultats
Exxon Mobil CorporationQ3 2014 Publication de résultats
HTC CorpQ3 2014 Publication de résultats
JVC KENWOOD CorpPremier semestre 2014 Publication de résultats
KFC LtdPremier semestre 2014 Publication de résultats
Mazda Motor CorpPremier semestre 2015 Publication de résultats

Avertissement : Surperformance attire l'attention de tout investisseur sur les spécificités des warrants et notamment sur le fait que les warrants, eu égard à leur nature optionnelle, peuvent connaître d'amples fluctuations de cours et même perdre l'intégralité de leur valeur. Les analyses réalisées par la société Surperformance, éditrice du site zonebourse.com, n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou autre produit financier. La responsabilité de la société Surperformance ainsi que ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Les informations, graphiques, chiffres, opinons ou commentaires rédigés par les équipes de rédaction de Surperformance éditrice du site zonebourse.com s‘adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations qui y sont développées. Ces dernières sont diffusées à titre purement indicatif, Surperformance ne peut en garantir l’exactitude ou la fiabilité.

Rechercher
Contactez-nous
+33 (0)4 78 30 41 42
Rejoignez
105 737 membres
Cotations dynamiques  
ON
| OFF