Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Analyses  >  Briefings quotidiens  >  Morning Meeting

Analyses

Tous les articlesDécryptagesAnalyses IndicesAnalyses ActionsAnalyses Matières PremièresAnalyses DevisesIdées de tradingBriefings quotidiens 
Clôture de TokyoMorning MeetingBriefing de midiPré-ouverture de WallstreetClôture de la Bourse de ParisClôture de Wallstreet 

Le CAC40 devrait reprendre des couleurs

20/02/2017 | 08:01 - Analyse du CAC40 à court terme

La bourse de Paris a terminé en baisse de 0.65% à 4867 points vendredi dernier, pour la séance des trois sorcières, pénalisée par les valeurs financières et le repli du secteur automobile.

Surfant sur l'optimisme lié aux promesses fiscales de Donald Trump, les indices américains ont une fois de plus terminé dans le vert, le DOW JONES a gagné 0.02% à 20624 points, le S&P500 s'est adjugé 0.17% à 2351 points et le NASDAQ COMPOSITE 0.41% à 5838 points.

L'indice parisien devrait débuter la semaine en hausse de 0.5%.
Graphiquement, le CAC40 devrait amorcer une reprise technique après avoir testé vendredi le seuil des 4850 points. Celui-ci devra toutefois renouer avec les 4900 points pour confirmer ses bonnes dispositions.
En cas de retour sous les 4850 points, on pourra au contraire s'attendre à une poursuite de la consolidation en direction des 4830 points puis 4800 points.

 En surveillance. Surveiller la sortie du range 4850 / 4900.

Laurent Polsinelli / Copyright (c) 2017 Zonebourse.com


La clôture à Tokyo

La Bourse de Tokyo finit quasiment inchangée

La Bourse de Tokyo a fini lundi quasiment inchangée après son recul de fin de semaine dernière, la dépréciation du yen face au dollar en deuxième partie de séance lui ayant permis d'effacer ses pertes de la matinée.

L'indice Nikkei a gagné 16,46 points, soit 0,09%, à 19.251,08 et le Topix, plus large, a pris 2,47 points (0,16%) à 1.547,01.
Le Nikkei a reflué depuis un pic de six semaines touché en début de semaine dernière dans l'attente de précisions en provenance des Etats-Unis sur la politique commerciale de Donald Trump.
"Nous avons assisté à quelques améliorations au cours de cette saison des résultats (d'entreprise). Mais même en tenant compte de cela, le marché n'est pas vraiment abordable pour le moment", dit Shingo Ide, responsable de la stratégie sur les marchés actions au NLI Research Institute.
"A moins que le yen ne s'affaiblisse davantage, il y a peu de raisons d'acheter des actions japonaises de manière énergique", ajoute-t-il.
Dans ce climat d'attente, d'autant plus fort que Wall Street est fermée ce lundi, Softbank s'est distingué avec une progression de plus de 3%. Des sources ont rapporté à Reuters que l'opérateur télécoms japonais était disposé à céder le contrôle de sa filiale américaine Sprint à T-Mobile US, émanation de Deutsche Telekom aux Etats-Unis, en vue d'arriver à une fusion entre les deux opérateurs mobiles.



La clôture à Wall Street

Une séance record de records.

Cette séance des 'trois sorcières' a finalement tenu toutes ses promesses : nouveau 'carton plein' de records historiques sur les trois principaux indices simultanément ('Dow', 'S&P', Nasdaq) qui ont tous fini au plus haut du jour.

Quelle meilleure façon d'aborder un weekend de trois jours, puisque Wall Street sera fermée lundi en raison de la journée fériée du 'Presidents Day' ?

Le Dow Jones a aligné pour la première fois depuis 1896 un septième record de clôture (+0,02% à 20.624) grâce un 'gros coup d'algos' au cours des cinq dernières minutes de la séance.
Le Russel-2000 (+0,5%) s'est hissé vers 1.399, égalant sa seconde meilleure performance du 26 janvier, le Dow Transport a grappillé +0,22% vers 9.495.

Le 'S&P' a engrangé +0,17% à 2.351... un record absolu en séance et en clôture.

Le Nasdaq s'est arraché de +0,41% à 5.738,6... là encore, un record absolu en séance (le neuvième consécutif, du jamais vu !) et en clôture, ce qui a porté son gain hebdomadaire à +1,8% (soit 0,1% de mieux que le Dow Jones et +0,3% de plus que le S&P500).

Mais il est un autre record qui donne le vertige et qui permet de prendre la pleine mesure de ce qui se joue d'un point de vue technique : le 'S&P des technologiques' a aligné un record absolu de 13 séances de record consécutives.

Un record de records !

Et pas un analyste technique pour mettre en doute que cette évolution somnambulique n'ait d'autre origine qu'une 'psychologie haussière' solidement établie... alors que n'importe quel gérant est incapable de décrire ce qui va mieux qu'il y a 10 jours, en dehors du fol espoir que le projet de réforme fiscale de Donald Trump donne des résultats 'sensationnels' (et à condition d'oublier qu'un creusement symétrique des déficits n'alourdisse une dette fédérale absolument colossale, sur fond d'anticipations inflationnistes).

Les analystes techniques ne semblent guère préoccupés par un processus de prédictions auto-réalisatrices où l'intervention humaine devient inexistante mais où la 'psychologie du marché' serait à la base de tout.

Tous ces records du jour n'auraient probablement pas vu le jour sans l'offre de rachat d'Unilever (+14%) par Kraft (+10,7%) à 50 dollars (soit un montant théorique de 140 à 145 milliards)... mais la plupart des commentateurs s'accordaient à considérer que la logique de l'opération réside essentiellement dans les réductions de coûts et sera destructrice d'emplois.

Le Nasdaq doit sa surperformance à la vigueur de Micron +1,6%, Applied Materials +1,7%, Celgene +2,1%... et T-Mobile +5,4%. A noter le nouveau record de clôture d'Apple à 135,7 dollars, soit +0,4% et +2,7% sur la semaine.

Parmi les rares 'ratés' du jour, UnitedHealth déçoit et perd -3,7%, Akamai -3%.



Statistiques économiques du jour

HeurePaysStatistiqueImpact*AttenduPrécédent
16H00EURConfiance des consommateursMoyen-5-5
* Impact attendu sur le marché suite à la publication de la statistique.
Publicité
Valeurs à suivre

DBV Technologies a annoncé que sa situation nette de trésorerie s'établissait à 256,5 millions d'euros au 31 décembre 2016, comparée à 323,4 millions d'euros au 31 décembre 2015. Au 31 décembre 2016, le nombre d'actions composant le capital social s'élevait de la biotech française à 24 648 828 actions ordinaires. Sur une base totalement diluée, le nombre d'actions s'élevait à 27 255 263.

>> Fiche valeur DBV TECHNOLOGIES



Cerenis a essuyé en 2016 une perte nette de 24,9 millions d’euros, aggravée par rapport à 2016 : 16,6 millions d’euros. Le résultat opérationnel de la société biopharmaceutique spécialisée dans la découverte et le développement de thérapies HDL («bon cholestérol») innovantes pour traiter les maladies cardiovasculaires et métaboliques a suivi la même tendance, passant de 15,5 millions d’euros à 24 millions d’euros. Ses revenus sont nuls, les produits de la société étant en phase de recherche et développement.

Cyrille Tupin, Directeur financier de Cerenis, a déclaré : " Le niveau de consommation de trésorerie, conforme à nos attentes, est directement lié aux avancées cliniques de nos deux principaux produits, CER-001 et CER-209, potentielles percées thérapeutiques innovantes adressant des indications qui comptent parmi les enjeux majeurs de santé publique au plan mondial que sont les maladies cardiovasculaires et les stéatoses hépatiques. Les solides ressources financières dont dispose actuellement la Société nous autorisent à envisager sereinement les développements cliniques prévus en 2017, relatifs à la phase I de CER-209 et Tango, la phase III de CER-001 ".

La trésorerie et les équivalents de trésorerie s'élèvent à 24,7 millions d'euros au 31 décembre 2016, comme annoncé à l'occasion de la publication du chiffre d'affaires 2016, contre 43 millions d'euros au 31 décembre 2015.

>> Fiche valeur CERENIS THERAPEUTICS HLDG



Capgemini (+ 6% à 82,02 euros) a enregistré la semaine dernière l'une des plus fortes hausses du CAC 40, les investisseurs appréciant une génération de free cash flow supérieure aux attentes en 2016. Le reste de la publication est conforme aux prévisions. L’année dernière, le résultat net part du groupe a reculé de 18% à 921 millions d'euros tandis que sa marge opérationnelle a augmenté de 14% à 1,44 milliard. Elle a représenté 11,5% du chiffre d’affaires du groupe de conseil et de services informatiques, en amélioration de 90 points de base.

La rentabilité opérationnelle est en ligne avec les attentes et s'inscrit dans le haut de la fourchette d'objectifs de la société.

Le chiffre d'affaires a atteint pour sa part 12,539 milliards d'euros, en progression de 5,2%. Cela représente une croissance de 7,9% à taux de change constants alors que Capgemini visait une progression comprise entre 7,5% et 9,5%.

Les deux bonnes surprises de cette publication proviennent du free cash-flow organique et du dividende 2016. Le premier a progressé de 31% à 1,071 milliard d'euros, surpassant nettement l'objectif de la société de plus de 850 millions d'euros et le consensus s'élevant à seulement 873 millions d'euros. Le second a été fixé à 1,55 euro, à comparer avec 1,35 euro pour 2015 et un consensus de 1,37 euro.

Pour l'année 2017, Capgemini prévoit d'enregistrer une croissance de son chiffre d'affaires à taux de change constants de 3%, d'atteindre une marge opérationnelle se situant entre 11,7% et 11,9% et de générer un free cash-flow organique supérieur à 950 millions d'euros.

>> Fiche valeur CAP GEMINI



Schneider Electric (-3,59% à 65,06 euros) a signé la semaine dernière la plus forte baisse du CAC 40, après la publication de perspectives inchangées et jugées trop prudentes. Ces dernières semaines, plusieurs observateurs se montraient optimistes sur la capacité du groupe à gérer le rebond des coûts des matières premières et à améliorer ses résultats cette année. Kepler n'excluait pas un relèvement des objectifs 2017 et le lancement d'un nouveau programme de rachat d'actions d'un milliard d'euros.

Soutenu par cet environnement positif, Schneider Electric avait atteint hier son plus haut niveau depuis début juin.

Mais ce matin, le retour à la réalité est difficile. Schneider Electric a en effet indiqué qu'il visait pour 2017 une croissance organique de ses revenus, hors Infrastructure, comprise entre 1% et 3% et une amélioration de sa marge d'Ebita ajusté de 20 à 50 points de base. Ces objectifs sont en ligne avec ceux qui avaient été donnés lors de la journée investisseurs d'octobre dernier : une croissance d'environ 3% entre 2016 et 2019 et une hausse de la marge ajustée de 20 à 50 points de base.

L'une des raisons de la prudence de Schneider Electric réside dans l'impact attendu de la hausse des coûts des matières premières, estimé à 200 millions d'euros. Goldman Sachs et JPMorgan prévoyaient 50 millions d'euros et Barclays 350 millions.

Le groupe s'est également montré frileux en termes de rémunération de ses actionnaires. Non seulement Schneider Electric n'a pas annoncé de nouveaux rachats d'actions - il a racheté pour 1,5 milliard d'euros de titres en 2015 et 2016 - mais en plus il propose un dividende inférieur aux attentes. Ce dernier devrait s'élever à 2,04 euros, en hausse de 2%, alors que les analystes espéraient 2,06 euros.

Les résultats annuels de Schneider Electric, en ligne avec les attentes, n'ont pas plus suscité d'enthousiasme sur les marchés. En 2016, le groupe français a vu son bénéfice net part du groupe bondir de 24% à 1,75 milliard d'euros et son Ebita ajusté augmenter de 4% en organique à 3,48 milliards. Son chiffre d'affaires a reculé organique de 0,9% à 24,7 milliards. Le consensus donnait un Ebita ajusté de 3,47 milliards d'euros et un chiffre d'affaires de 24,65 milliards.

>> Fiche valeur SCHNEIDER ELECTRIC



Agenda du jour

HeureValeurType d'événement
Covestro AGAnnée 2016 Publication de résultats
Brambles LimitedPremier semestre 2017 Publication de résultats
Vipshop Holdings Ltd - ADRAnnée 2016 Publication de résultats
Ambuja Cements LtdAnnée 2016 Publication de résultats
Nordson CorporationQ1 2017 Publication de résultats
IOI Corporation BhdPremier semestre 2017 Publication de résultats
Grandvision NVAnnée 2016 Publication de résultats
Hammerson plcAnnée 2016 Publication de résultats
BlueScope Steel LimitedPremier semestre 2017 Publication de résultats
Grupo Lala SAB De CVAnnée 2016 Publication de résultats
Turkiye Vakiflar Bankasi T.A.O.Année 2016 Publication de résultats
08h00Vedanta Resources plcQ3 2017 Publication évolution de l'activité - Production Report
Yokohama Rubber Co LtdAnnée 2017 Publication de résultats
Northern Star Resources LtdPremier semestre 2017 Publication de résultats
DBV Technologies SAAnnée 2016 Publication évolution de l'activité
Ecorodovias Infraestrutura e Logistic SAAnnée 2016 Publication de résultats
NIB Holdings LimitedPremier semestre 2017 Publication de résultats
Hub Power Company LtdPremier semestre 2017 Publication de résultats
Rogers CorporationAnnée 2016 Publication de résultats
Bovis Homes Group plcAnnée 2016 Publication de résultats

Avertissement : Les analyses réalisées par SURPERFORMANCE SAS, société éditrice du site Zonebourse.com, n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de produits ou services financiers. Elles ne constituent notamment pas un conseil en investissement. Les informations, graphiques, chiffres, opinons ou commentaires rédigés par les équipes de rédaction de SURPERFORMANCE SAS ou mis à disposition par cette dernière s’adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations qui y sont développées. Ces informations sont diffusées à titre purement indicatif, SURPERFORMANCE SAS ne peut en garantir l’exactitude, l’exhaustivité ou la fiabilité. SURPERFORMANCE SAS décline toute responsabilité dans l'utilisation qui pourrait être faite des informations diffusées et des conséquences de toute nature qui pourraient en découler, notamment de toute décision prise sur la base de ces informations, y compris en cas d’erreur ou d’omission.
Les informations fournies ici proviennent de différents fournisseurs de flux (Bloomberg, Thomson Reuters, ABCBourse, Cercle Finance, Boursier ou AOF).