Découvrir nos portefeuilles : Investisseur PEA |  International |  Trader
Accès Membre / Client

Accueil Zonebourse  >  Analyses  >  Briefings quotidiens  >  Morning Meeting

Analyses

Tous les articlesDécryptagesAnalyses IndicesAnalyses ActionsAnalyses Matières PremièresAnalyses DevisesIdées de tradingBriefings quotidiens 
Clôture de TokyoMorning MeetingBriefing de midiPré-ouverture de WallstreetClôture de la Bourse de ParisClôture de Wallstreet 

0,4% de hausse à l'ouverture

29/08/2014 | 08:09 - Analyse du CAC40 à court terme

L'indice parisien a clôturé la séance de jeudi en repli de 0,66% à 4366 points à la faveur de nouvelles tensions en Ukraine mais également de prises de bénéfices légitimes après une hausse importante.
Les marchés américains ont, quant à eux, terminé plus proche de l'équilibre, surperformant une nouvelle fois les places européennes.

Aujourd'hui, de nombreuses publications macroéconomiques viendront animer la séance à l'image de l'IPC et du taux de chômage en Europe dans la matinée. Dans l'après-midi, l'indice PMI de Chicago ainsi que l'indice de confiance du Michigan seront publiés.

Techniquement, la consolidation sous 4400 points s'est mise en place permettant de rallier notre premier objectif dans la zone des 4370 points. Les cours ont cassé la moyenne à 20 heures mais la tendance baissière ne reprendra le dessus qu'une fois les récents points bas (4355 points) enfoncés.
L'ouverture en hausse de 0,4% devrait permettre de franchir la résistance des 4380 points, mais pour retrouver une dynamique positive, il faudra dépasser les récents plus hauts à 4400 points.

 En surveillance. Surveiller la sortie du range 4355 / 4400.

Etienne Veber / Copyright (c) 2014 Zonebourse.com


La clôture à Tokyo

La Bourse de Tokyo finit en baisse de 0,23%

La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,23% vendredi, préoccupée par le nouveau regain de tensions en Ukraine, mais le recul a été limité par les anticipations d'achats de titres à forte capitalisation par les investisseurs locaux.

L'indice Nikkei a cédé 35,27 points à 14.524,59 et le Topix, plus large, a perdu 0,22%, soit 2,77 points, à 1.277,97.

Sur la semaine, le Nikkei a abandonné 0,7% et sur le mois, 1,3%.

Le nouvel indice JPX-Nikkei Index 400 a reculé de 0,3% à 11,594.65.



La clôture à Wall Street

Wall Street : affecté - mais marginalement - par l'Ukraine

Plombé -le terme est un peu fort- par le climat géopolitiques (les 'bruits de botte' en Ukraine n'ont vraiment pesé que sur les places européennes), Wall Street en termine sur une consolidation marginale (-0,25% pour le 'Dow' et le Nasdaq'), à l'issue d'une période de stagnation de 4 heures (le 'S&P' qui s'effrite de -0,16% est resté enfermé au sein d'une fourchette 1.996 et 1998Pts entre 18H et 22H01).

Après la traditionnelle période de digestion de l'actualité des 2 premières heures (à la baisse ce jeudi alors que cela avait été à la hausse lundi, mardi et mercredi), le marché US s'est mis en mode 'électroencéphalogramme plat' pour la 4ème séance consécutive.

Phénomène plus troublant, les volumes ne cessent de se contracter régulièrement depuis 10 jours (de hausse consécutive, excepté la consolidation de ce jeudi), et cela s'est confirmé ce soir avec seulement 315 millions de titres échangés sur le 'S&P' contre 422 millions le 18 août.
La 1ère séquence de rebond entre 1.905 et 1.950Pts du 7 au 14 août avait donné lieu à la même décrue de l'activité au fil de la remontée des cours.

Plus les indices montent, moins il y a d'acheteurs alors qu'historiquement -et classiquement- c'est l'inverse qui se produit.
C'est tout le paradoxe d'un marché qui croule sous les liquidités: dès que la tendance redevient positive, les vendeurs se mettent 'off', tant les opérateurs ont pris l'habitude de s'écarter de la route du bulldozer haussier.

Les statistiques du jour (toutes positives et supérieures aux anticipations) n'ont eu que peu d'impact sur la tenue des indices US: l'économie américaine a rebondi de 4,2% en rythme annualisé au deuxième trimestre 2014 selon le Département du Commerce, qui avait annoncé cette croissance à +4% en première estimation.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont légèrement diminué aux Etats-Unis lors de la semaine du 23 août, à 298.000 contre 299.000 (révisé) selon le Département du Travail (contre 300.000 attendu).

Enfin, les promesses d'achat de logements neufs ont bondi de +3,3% en juillet (un zénith de 11 mois), alors que les taux hypothécaires à '30 ans' demeurent au plancher, vers 4,10% (niveau d'emprunt très incitatif).

Ce soir, les T-Bonds à '10 ans' ont fini en hausse à 2,34% (après avoir égalé le record annuel établi à 2,32% début août, contre 3,05% début janvier).

En ce qui concerne les titres du S&P500, volatilité quasi nulle avec une absence inhabituelle d'écarts supérieurs à 2%, à la hausse comme à la baisse.

Les deux exceptions les plus notables ont concerné Abercrombie & Fitch (-5,3%) dont le volume des ventes au deuxième trimestre a lourdement chute (les profits ont en revanche été maintenus) puis Guess qui a plongé de -8,8% avec des craintes sur la dégradation des résultats d'ici fin 2014.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.



Statistiques économiques du jour

HeurePaysStatistiqueImpact*AttenduPrécédent
11:00EURIndice des prix à la consommationFort0.3%0.4%
11:00EURTaux de chômageFort11.5%11.5%
14:30USADépenses des ménagesMoyen0.2%0.4%
14:30USARevenus des ménagesMoyen0.3%0.4%
15:45USAIndice PMI ChicagoFort56.852.6
15:55USAIndice de confiance du MichiganMoyen80.279.2
* Impact attendu sur le marché suite à la publication de la statistique.
Publicité
Valeurs à suivre

Au premier semestre, Hermès a affiché des résultats en hausse marqués par la progression de son chiffre d'affaires dans chacune des zones géographiques du groupe. Son résultat net consolidé a ainsi progressé de 8% sur un an, à 413 millions d'euros. Dans le même temps, le résultat opérationnel du fabricant d'accessoires de luxe a grimpé de 6,3% à 621 millions d'euros et représente désormais 32,6% des ventes, contre 33% un an plus tôt. Enfin, le chiffre d'affaires a progressé de 8% (+12% à données comparables) et s'établit à 1,91 milliard d'euros.


En termes géographiques, l'Europe a affiché une hausse de 7% de son chiffre d'affaires malgré la conjoncture adverse. Au Japon, il a bondi de 11%, la marque au cheval bénéficiant d'un premier trimestre en très forte hausse grâce aux achats anticipés avant le relèvement, début avril, du taux de la TVA dans le pays. Enfin, l'Amérique (+13%) et l'Asie hors Japon (+17%) ont enregistré des hausses notables.

Par métier, la maroquinerie-sellerie (+13% de chiffre d'affaires) a bénéficié de l'ouverture de deux nouveaux sites de production, et deux autres sont en cours de construction. Les vêtements et accessoires (+16%), le métier de soie & textiles (+11%) et les parfums (+8%) ont progressé nettement. L'horlogerie (-7%) a pour sa part souffert du ralentissement du marché en Chine. Les autres métiers (+18%) s'inscrivent en "relais de croissance", indique le groupe.

En guise de perspectives, Hermès table toujours sur une hausse de près de 10% de son chiffre d'affaires à moyen terme, hors effets de change. En raison de ces derniers, la rentabilité opérationnelle est attendue en dessous du record historique de 2013 (32,4% du chiffre d'affaires).

>> Fiche valeur HERMES INTERNATIONAL



Bongrain a réalisé au premier semestre un résultat net part du groupe de 20,8 millions d'euros, en retrait de 14,8% et un résultat opérationnel courant de 57,3 millions d'euros, en repli de 30,7%. Le fabricant de spécialités fromagères explique que ce dernier a été impacté par la hausse du prix du lait qui n'a pu être totalement répercutée dans les tarifs et par la reprise des activités de Terra Lacta. Il a en revanche bénéficié de la bonne résistance des Produits Fromagers et d'une valorisation renforcée des Autres Produits Laitiers.

Le chiffre d'affaires a atteint 2,23 milliards d'euros, en progression de 13,9% dont 8,0% de croissance organique. L'effet de change de -4,0% provient essentiellement des devises sud-américaines. L'effet de structure de 9,9% provient majoritairement de la reprise des activités de Terra Lacta.

La croissance organique des Produits Fromagers est de 6,3% avec un effet volume-mix positif mais contrasté en fonction de l'évolution des marchés locaux. La croissance des Autres Produits Laitiers reste soutenue à 11,2%. Cette évolution reflète le bon niveau des volumes et des cotations mondiales des produits industriels.

A propos de ses perspectives pour le second semestre, Bongrain a averti que ses résultats resteront influencés par la pression sur les marges et le contexte économique européen. « L'impact de l'embargo Russe qui commence à se faire sentir au niveau européen pourrait influencer défavorablement l'équilibre de l'économie laitière en recherche de marchés de substitution », ajoute-t-il.

>> Fiche valeur BONGRAIN



Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe a atteint 638,7 millions d'euros au 1er semestre 2014, en hausse de 3,6%. Les ventes de produits de médecine de spécialité ressortent à 472,5 millions d'euros, en croissance de 7,8%. Les produits de médecine de spécialité ont représenté 74,0% des ventes consolidées du Groupe (contre 70,9% un an plus tôt).

Les ventes de produits de médecine générale se sont élevées à 158,8 millions d'euros, en baisse de 0,1% par rapport au 1er semestre 2013.

Le Résultat Opérationnel Courant 2014 s'est élevé à 162,0 millions d'euros au premier semestre 2014 contre 144,0 millions d'euros (+12,5%). Le Résultat Opérationnel a atteint 146,3 millions d'euros au 30 juin 2014 (+9,9%).

Le résultat consolidé a progressé de 8,3% à 104,5 millions d'euros au premier semestre 2014 par rapport aux 96,5 millions d'euros enregistrés l'an passé.

' Cette solide croissance des ventes de médicaments, associée aux efforts continus sur les coûts, se traduit par une nette amélioration de la profitabilité du Groupe, avec une hausse à deux chiffres du résultat opérationnel courant et du résultat courant dilué par action.' a indiqué Marc de Garidel, Président-Directeur général du groupe Ipsen

Marc de Garidel a ajouté : ' Ces bons résultats nous permettent de revoir à la hausse nos objectifs de ventes et de profitabilité pour l'année 2014 et de préparer sereinement l'avenir avec le lancement de Somatuline dans le traitement des tumeurs neuroendocrines.'

Le groupe vise une croissance d'une année sur l'autre de ses ventes de médecine de spécialité comprise entre 6,0% et 8,0%, tirée par une croissance forte de Somatuline.

La direction s'attend à une croissance d'une année sur l'autre de ses ventes de médecine générale comprise entre -1,0% et 1,0%, hors remboursement du générique de Smecta en France et une marge opérationnelle courante comprise entre 19,0% et 20,0% de son chiffre d'affaires.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

>> Fiche valeur IPSEN



Bastide a dévoilé, après la clôture de la Bourse, un chiffre d'affaires en hausse de 12,5% à 39,1 millions d'euros au titre du quatrième trimestre. Fort de cette performance, le chiffre d'affaires annuel du spécialiste du dispositif médical s'établit au-dessus de l'objectif initial de 150 millions d'euros fixé par Bastide, atteignant un «nouveau record» à 152,1 millions d'euros, soit une croissance de près de 14%, dont 11,6% en organique. Dans le détail, les revenus de l'activité «Maintien à domicile» s'apprécient de 18,8% à 97,5 millions d'euros.

De son côté, le pôle «Respiratoire» voit son activité progresser de 9,4% à 25,5 millions d'euros sur la période. Enfin, le département «Nutrition-Perfusion» voit ses revenus croître de 3,2% à 29,2 millions d'euros.

Sur l'exercice 2014-2015 et en guise de perspectives, Bastide Le Confort Médical annonce vouloir poursuivre son développement en continuant notamment d'investir, dans l'implantation de pôles spécialisés (Collectivités d'une part, Respiratoire/Nutrition-Perfusion d'autre part) qui alimenteront la croissance future et compléteront le maillage du territoire. En outre, entre 4 et 6 nouvelles implantations sont en préparation.

>> Fiche valeur BASTIDE LE CONFORT



Agenda du jour

Avertissement : Surperformance attire l'attention de tout investisseur sur les spécificités des warrants et notamment sur le fait que les warrants, eu égard à leur nature optionnelle, peuvent connaître d'amples fluctuations de cours et même perdre l'intégralité de leur valeur. Les analyses réalisées par la société Surperformance, éditrice du site zonebourse.com, n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou autre produit financier. La responsabilité de la société Surperformance ainsi que ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Les informations, graphiques, chiffres, opinons ou commentaires rédigés par les équipes de rédaction de Surperformance éditrice du site zonebourse.com s‘adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations qui y sont développées. Ces dernières sont diffusées à titre purement indicatif, Surperformance ne peut en garantir l’exactitude ou la fiabilité.

Rechercher
Contactez-nous
+33 (0)4 78 30 41 42
Rejoignez
101 198 membres
Cotations dynamiques  
ON
| OFF