Découvrir nos portefeuilles : Investisseur PEA |  International |  Trader
Accès Membre / Client

Accueil Zonebourse  >  Analyses  >  Briefings quotidiens  >  Morning Meeting

Analyses

Tous les articlesDécryptagesAnalyses IndicesAnalyses ActionsAnalyses Matières PremièresAnalyses DevisesIdées de tradingBriefings quotidiens 
Clôture de TokyoMorning MeetingBriefing de midiPré-ouverture de WallstreetClôture de la Bourse de ParisClôture de Wallstreet 

Dans le rouge pour terminer la semaine

25/07/2014 | 08:03 - Analyse du CAC40 à court terme

Dans le sillage des valeurs financières, des indices PMI meilleurs que prévu en zone euro et des inscriptions hebdomadaires au chômage américaines inférieures aux attentes, le CAC40 a accentué ses gains tout au long de la séance et a clôturé en hausse de 0.78% à 4410 points.

Wall-Street a en revanche terminé en ordre dispersé, les opérateurs ayant sanctionné quelques publications de sociétés et les mauvais chiffres dévoilés vers 16h. L'indice PMI est ressorti à 56.3 contre 57.5 attendu et les ventes de logements neufs sont tombées à 406K alors que le consensus tablait sur 485K. Le DOW JONES a terminé en baisse de 0.02% à 17083 points et le S&P 500 a gagné 0.05% à 1987 points (après un nouveau record à 1991 points).

Aujourd'hui, la baisse devrait donc l'emporter à Paris, avec un repli initial de 0.3%.
Graphiquement, le CAC40 est en phase de rebond et conserve ainsi un biais haussier en données horaires au-dessus des 4390 points et la moyenne mobile à 20 heures. A court terme, on suivra de près la sortie des 4390/4415 points pour agir et ainsi mettre à profit une poursuite de la reprise technique en direction des 4440 points puis 4470 points ou au contraire de nouveaux dégagements qui pourraient ramener l'indice vers les 4350 points.

 En surveillance. Surveiller la sortie du range 4390 / 4415.

Laurent Polsinelli / Copyright (c) 2014 Zonebourse.com


La clôture à Tokyo

La Bourse de Tokyo finit en hausse de 1,13%

La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 1,13% vendredi, à un plus haut de six mois, dans le sillage du record de clôture du Standard & Poor's la veille à Wall Street et grâce aux résultats solides de Fanuc, poids lourd de la cote.

L'indice Nikkei a progressé de 173,45 points à 15.457,87 et le Topix, plus large, a pris 0,9% (11,49 points) à 1.281,35.

Sur la semaine, l'indice vedette de la Bourse de Tokyo enregistre un gain de 1,6%.

Le fabricant de robots industriels Fanuc a bondi de 5,3% après avoir publié un bénéfice net quasiment doublé pour la période avril-juin, à 45,1 milliards de yens. La progression du titre a contribué à un quart de la hausse du Nikkei, ou 36,88 points.

Par ailleurs, l'inflation japonaise a légèrement fléchi en juin. Les prix à la consommation ont augmenté de 3,3% en juin en variation annuelle, un rythme conforme aux attentes des économistes interrogés par Reuters.



La clôture à Wall Street

Wall Street : complètement figé après stats US, le S&P à 1991

Wall Street finit inchangé, parfaitement stable... et ne confirme pas les promesses de préouverture, lesquelles ont permis aux places européennes de gagner 0,85% en moyennes, dans l'espoir de voir le 'S&P' s'attaquer à la barre des '2.000'.

Le hausse des indices US est restée au mieux poussive (+0,2% au maximum) et les acheteurs n'ont jamais été présents tout au long de la séance, ce qui peut se comprendre vu les signaux contradictoires véhiculés par les statistiques du jour.

Le Nasdaq finit à -0,04%, le Dow Jones tandis à -0,02% tandis que le 'S&P' (+0,05%) bat bien un 30ème record historique cette année (à 1.988 en clôture) ainsi qu'en 'intraday' (à 1.991,4 contre 1.989,2 la veille).

Si l'on retire Facebook qui s'envole de +5,2%, le 'S&P' aurait fini lui aussi dans le rouge.

Le Dow Jones a été plombé par la chute de Caterpillar qui lâche -3,1% à 105$, malgré un bénéfice en forte hausse, mais les perspectives sont jugées peu enthousiasmantes.

Le S&P500 n'accède pas aux 2.000 mais comme les 5 mois calendaires précédents se sont achevés au plus haut, l'objectif reste accessible d'ici le 31 juillet (il reste 5 séances).

Il ne faudrait cependant pas que des déceptions comme Amazon se multiplient : le titre plongeait de -10% en transaction 'after hour' après avoir annoncé une perte de 126Mds$ soit 27Cts par titre contre -7 millions il y a 1 an (soit 2 cents par action).

Le chiffre d'affaire fait comme prévu un bond de +23% à 19,34Mds$... mais les analystes commencent à redouter qu'à force de vouloir courir 10 lièvres à la fois, Amazon ne disperse sa capacité à dégager un jour des bénéfices.

Les derniers chiffres parus aux Etats Unis à 15H45 et 16H ont un peu refroidi les acheteurs: les ventes de maisons individuelles connaissent une chute surprise de -8,1% en juin pour un rythme annuel de 406.00 contre 475.000 attendu et le PMI manufacturier américain recule de -1 point à 56,3 alors qu'il était attendu autour de 57 et se situe au plus bas depuis 3 mois.

Le chômage en données hebdomadaires continue en revanche de reculer aux Etats Unis, à 284.000 (-6,3%, soit -19.000) et les inscriptions hebdomadaires sont au plus bas depuis février 2006.

Si les chiffres du chômage attendus le 1er août confirmaient une sorte de retour au plein emploi, avec des salaires en hausse, la FED pourrait devoir changer de discours et montrer qu'elle ne veut pas prendre le risque de prendre un coup de retard sur l'inflation.

Le Nasdaq a été plombé par Qualcomm qui a plongé de -6,65% alors que sa croissance en Chine affronte des vents contraires.

Le 'S&P' a subi la pression de General Motors (-4,5%) dont les profits ont chuté de -85% suite au coût du rappel de dizaines de millions de véhicules afin de restaurer la confiance des acheteurs.

De toutes façons, Chrysler et Ford sont confrontés aux mêmes menace d'actions en nom collectif pour cause de défauts affectant la sécurité des véhicules et de leurs passagers (Chrysler annonçait mercredi soir un spectaculaire rappel de 792.000 SUV).

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.



Statistiques économiques du jour

HeurePaysStatistiqueImpact*AttenduPrécédent
10:00ALLIndice IFOFort109.6109.7
10:30UKPIB (première estimation)Fort0.8%0.8%
14:30USACommandes de biens durablesFort0.6%0.0%
* Impact attendu sur le marché suite à la publication de la statistique.
Publicité
Valeurs à suivre

Le chiffre d'affaires du deuxième trimestre 2014 s'établit à 6 451 millions d'euros, contre 6 541 millions d'euros en 2013, en baisse de 1,4% (1,7% à périmètre et taux de change constants). L'évolution des taux de change a un impact négatif de 168 millions d'euros sur le chiffre d'affaires du deuxième trimestre.

L'EBITDA s'établit à 641 millions d'euros, en progression de 131 millions d'euros. La marge d'EBITDA est de 9,9%, en hausse de 2,1 points par rapport à 2013. Le résultat net part du groupe est de -6 millions d'euros contre -158 millions d'euros un an plus tôt. Il intègre 106 millions d'euros de provision pour perte de valeur dans l'activité Cargo. Sur une base retraitée, le résultat net part du groupe s'établit à 143 millions d'euros contre -34 millions d'euros au deuxième trimestre 2013.

Au premier semestre 2014, le chiffre d'affaires ressort à 12 005 millions d'euros, contre 12 222 millions d'euros en 2013, en baisse de 1,8% (1,0% à périmètre et taux de change constants).

L'EBITDA s'établit à 591 millions d'euros, en amélioration de 197 millions d'euros. La marge d'EBITDA est de 4,9%, en hausse de 1,7 point par rapport à 2013. Le résultat net part du groupe est de -614 millions d'euros contre -799 millions d'euros un an plus tôt. Sur une base retraitée, le résultat net part du groupe s'établit à -342 millions d'euros contre -686 millions d'euros au premier semestre 2013.

Au premier semestre 2014, le chiffre d'affaires de l'activité passage s'élève à 9 477 millions d'euros, en baisse de 1,0% (1,4% à données comparables). Le chiffre d'affaires de l'activité cargo s'élève à 1 344 millions d'euros, en baisse de 4,3% (-1,6% à change constant).

>> Fiche valeur AIR FRANCE-KLM



TF1 a enregistré un recul limité de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre en dépit d'un contexte publicitaire toujours morose grâce à la diffusion de la Coupe du monde de football au Brésil dont le coût a cependant pesé sur sa rentabilité.

Dans un communiqué publié vendredi avant l'ouverture de la Bourse, le groupe de télévision indique que la visibilité sur l'évolution des recettes publicitaires dans les mois à venir demeure faible en raison de l'attentisme persistant des annonceurs.

Sur le deuxième trimestre, TF1 a enregistré un chiffre d'affaires de 556 millions d'euros, en ligne avec les attentes du marché selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, à la faveur d'une baisse limitée à 2,2% des recettes publicitaires de ses chaînes gratuites.

La diffusion des rencontres de la Coupe du monde au Brésil qui a dopé ses audiences au mois de juin a en revanche pesé sur la rentabilité.

Sur l'ensemble du premier semestre, le groupe affiche un résultat opérationnel courant de 24,2 millions d'euros, en repli de 43,2% en raison notamment d'une hausse de 21 millions d'euros du coût des programmes sur la période.

>> Fiche valeur TF1



* Bénéfice net de E25 mlns au S1

* Gain net de E48 mlns grâce à une reprise de provision dans la procédure pour cartel

* Marge opérationnelle en progression au S1, objectif confirmé (Actualisé avec précisions)

Nexans a profité au premier semestre d'une reprise de provision pour revenir dans le vert et dégager un bénéfice de 25 millions d'euros, alors qu'il accusait une perte de 145 millions un an plus tôt.

Le fabricant français de câbles indique que ses comptes du premier semestre intègrent un gain net de 48 millions d'euros lié à une reprise de provision en rapport à l'enquête de la Commission européenne pour entente dans le câble.

Le groupe, dont la gouvernance a été vivement critiquée en début d'année par le fonds Amber Capital, a ajouté qu'il s'attendait toujours à une progression de sa marge opérationnelle pour l'année.

"L'ampleur dépendra des conditions de marché du deuxième semestre", précise toutefois, Frédéric Vincent, le PDG de Nexans, cité dans un communiqué.

Le groupe avait provisionné initialement 200 millions d'euros dans le cadre de la procédure européenne pour cartel. Suite à l'amende de 70,6 millions d'euros infligée par la Commission, Nexans a conservé dans ses comptes une provision de 80 millions d'euros pour couvrir d'éventuels risques juridiques à venir en liaison avec l'enquête de Bruxelles.

>> Fiche valeur NEXANS



Le Chiffre d'affaires est en baisse de 5 % à 3 367 millions d'euros au 2ème trimestre (+3 % sur base comparable). L'EBITDA ressort en repli de 2 % à 812 ME (+9 % sur base comparable). Le résultat net part du Groupe pour le trimestre s'élève à 205 millions d'euros, en hausse de 2 %.

Le Chiffre d'affaires au 1er semestre s'inscrit en baisse de 4 % à 6 000 millions d'euros (+6 % sur base comparable). L'EBITDA est en baisse de 1 % à 1 155 ME (+13 % sur base comparable). Le résultat d'exploitation courant s'inscrit en hausse de 2 % à 755 ME (+20 % sur base comparable). Le résultat net part du Groupe ressort à 70 ME (0,24 E par action), contre 84 ME au 1er semestre 2013 (0,29 E par action).

' Nous confirmons nos perspectives de progression de la demande de ciment sur nos marchés comprise entre 2 et 5 % en 2014 : la situation en Amérique du Nord s'améliore, la croissance continue sur les marchés émergents et nous constatons les premiers signes de reprise en Europe ' a déclaré Bruno Lafont, PDG de Lafarge.

>> Fiche valeur LAFARGE



Danone a dévoilé un résultat net courant part du groupe de 683 millions d'euros, en repli de 11,5% et un résultat opérationnel courant de 1,18 milliards d'euros, en retrait de 10% à 1,18 milliard d'euros. Le groupe d'agroalimentaire affiche ainsi une marge opérationnelle courante de 11,27%, en repli de 159 points de base. Le consensus Reuters était de 11,4%. Danone a souligné que le premier semestre 2014 a été pénalisé par les fortes bases de comparaison liées à la fausse alerte Fonterra, par l'inflation record du prix du lait et par la faiblesse des devises émergentes.

Le chiffre d'affaires consolidé a enregistré une baisse de 5,3% à 10,467 milliards d'euros au premier semestre 2014. Hors effets de variation de la base de comparaison, dont la variation des aux de change et du périmètre de consolidation, le chiffre d'affaires a progressé de +2,2%. Cette croissance organique se décompose en une baisse des volumes de 3,0% et un effet prix/mix de +5,2%.

>> Fiche valeur DANONE



TF1 a enregistré un recul limité de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre en dépit d'un contexte publicitaire toujours morose grâce à la diffusion de la Coupe du monde de football au Brésil dont le coût a cependant pesé sur sa rentabilité.

Dans un communiqué publié vendredi avant l'ouverture de la Bourse, le groupe de télévision indique que la visibilité sur l'évolution des recettes publicitaires dans les mois à venir demeure faible en raison de l'attentisme persistant des annonceurs.

Sur le deuxième trimestre, TF1 a enregistré un chiffre d'affaires de 556 millions d'euros, conforme aux attentes du marché selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, à la faveur d'une baisse limitée à 2,2% des recettes publicitaires de ses chaînes gratuites.

La diffusion des rencontres de la Coupe du monde qui a dopé ses audiences au mois de juin a en revanche pesé sur la rentabilité.

>> Fiche valeur TF1



LVMH a connu au premier semestre une baisse de 4% de son résultat net part du groupe à 1,51 milliard d'euros et de 5% de son résultat opérationnel courant à 2,576 milliards d'euros. Il ressort ainsi en dessous du consensus Reuters de 2,81 milliards. La marge opérationnelle courante du numéro un mondial du luxe est ressortie à 18%, en nette baisse par rapport au premier semestre 2013 où elle s'était élevée à 19,8%. L'impact négatif de change est élevé sur le semestre, a souligné LVMH. Les ventes ont atteint 14 milliards d'euros, en progression de 3 %.

La croissance organique des ventes est, elle, ressortie à 5 %.

« Avec une croissance organique des ventes de 3 %, le second trimestre affiche des tendances comparables à celles du premier trimestre dans les différentes régions du monde à l'exception du Japon qui avait connu une avancée particulièrement rapide sur les trois premiers mois de l'année », a précisé le numéro un mondial du luxe. Le consensus était de 3% pour la croissance organique du deuxième trimestre. Elle est également inférieure à celle du premier trimestre : +6%.

>> Fiche valeur LVMH



Valeo enregistre un bénéfice net en hausse de 38% à 268 millions d'euros au premier semestre. L'équipementier automobile annonce également une marge opérationnelle en progression de 15 % à 442 millions d'euros et des prises de commande en hausse de 25% à 9,1 milliards d'euros. En outre, le groupe enregistre un chiffre d'affaires en hausse de 10%, à périmètre et taux de change constants, à 6,3 milliards d'euros et une génération de cash flow libre en hausse de 15% sur la période à 153 millions d'euros.


Dans le détail, l'équipementier automobile enregistre une croissance de 36% de son chiffre d'affaires première monte en Chine, supérieure de plus de 25 points à la production automobile.

Dans ce même segment, la croissance en Europe et en Amérique du Nord s'apprécie respectivement de 10% et de 6%. Seule l'Amérique du sud échappe à la tendance haussière avec un chiffre d'affaires en baisse de 13% au premier semestre.

S'agissant des perspectives pour l'exercice en cours et fort de ces résultats, Jacques Aschenbroich, Directeur Général de Valeo confirme que le groupe « dispose d'une capacité à afficher une marge opérationnelle supérieure à 7 % et une croissance supérieure à celle du marché dans les principales régions de production »

>> Fiche valeur VALEO



Thales enregistre un bénéfice net ajusté en hausse de 13% à 257 millions d'euros au premier semestre ainsi qu'un Ebit également en croissance, de 15% à 422 millions d'euros. Le groupe électronique pour la défense et le transport affiche, en revanche, un chiffre d'affaires en repli à 0,6% à 5,70 milliards d'euros et des prises de commandes qui marquent également le pas, en baisse de 0,8% à 5,22 milliards. Elles sont cependant en croissance de 13% dans les marchés émergents à 1,65 milliard d'euros ce qui représente 32% des prises de commandes du groupe contre 28% l'an passé sur la même période.

Des résultats qui demeurent toutefois en dessous des prévisions du marché qui tablait en moyenne sur un chiffre d'affaires de 5,77 milliards d'euros et un bénéfice net de 273 millions, selon le consensus Thomson Reuters

Dans le détail, les prises de commandes du secteur Aérospatial affichent une progression de 20% à 2,07 milliards d'euros. Les commandes d'Avionique progressent, soutenues par une croissance continue en avionique civile et militaire, tant en première monte qu'en support, et ce malgré de moindres performances en simulation. Les activités Espace affichent une croissance encore plus marquée, grâce notamment aux contrats de satellites civils de télécommunications.

Les prises de commandes dans le secteur Défense & Sécurité fléchissent de 11%, à 2,485 milliards d'euros contre 2,783 milliards d'euros à la même période de l'an dernier. Cette évolution était attendue compte tenu de l'enregistrement au premier semestre 2013 de l'exceptionnel contrat pluriannuel SSOP pour le soutien en service des systèmes de capteurs de la marine britannique.

>> Fiche valeur THALES



Agenda du jour

Avertissement : Surperformance attire l'attention de tout investisseur sur les spécificités des warrants et notamment sur le fait que les warrants, eu égard à leur nature optionnelle, peuvent connaître d'amples fluctuations de cours et même perdre l'intégralité de leur valeur. Les analyses réalisées par la société Surperformance, éditrice du site zonebourse.com, n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou autre produit financier. La responsabilité de la société Surperformance ainsi que ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Les informations, graphiques, chiffres, opinons ou commentaires rédigés par les équipes de rédaction de Surperformance éditrice du site zonebourse.com s‘adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations qui y sont développées. Ces dernières sont diffusées à titre purement indicatif, Surperformance ne peut en garantir l’exactitude ou la fiabilité.

Rechercher
Contactez-nous
+33 (0)4 78 30 41 42
Rejoignez
98 978 membres
Cotations dynamiques  
ON
| OFF