Découvrir nos portefeuilles : Investisseur PEA |  International |  Trader
Accès Membre / Client

Accueil Zonebourse  >  Analyses  >  Briefings quotidiens  >  Morning Meeting

Analyses

Tous les articlesDécryptagesAnalyses IndicesAnalyses ActionsAnalyses Matières PremièresAnalyses DevisesIdées de tradingBriefings quotidiens 
Clôture de TokyoMorning MeetingBriefing de midiPré-ouverture de WallstreetClôture de la Bourse de ParisClôture de Wallstreet 

En timide hausse, la Fed rassure

18/09/2014 | 08:01 - Analyse du CAC40 à court terme

La Réserve Fédérale a annoncé hier la fin de ses mesures quantitative en octobre et réitéré son engagement à maintenir les taux très bas pendant une période considérable, compte du fait que les perspectives économiques n'ont pas beaucoup changé.
Elle a toutefois laissé entendre que les taux pourraient remonter à un rythme plus soutenu qu'elle ne le pensait il y a quelques mois.
Wall-Street n'a que très peu réagi à ces annonces, le DOW JONES a terminé en hausse de 0.14% à 17156 points, après avoir inscrit un nouveau record à 17221 points. Le S&P 500 s'est adjugé 0.13% et le NASDAQ COMPOSITE 0.21%.

L'indice CAC40, qui avait terminé en hausse de 0.5% à 4431 points hier, devrait ouvrir en hausse de 0.35% aujourd'hui.
Comme évoqué dernièrement, nous conservons un biais baissier à court terme sous les 4450 points, retracement de 50% du précédent mouvement baissier.
Le ralliement de cette zone de résistance pourrait donc être l'occasion d'ouvrir de nouvelles positions vendeuses sur l'indice avec les 4410/4390 points comme premiers objectifs et un seuil d'invalidation fixé vers 4480 points.

 Négative sous les 4450
avec comme objectif 4390.

Laurent Polsinelli / Copyright (c) 2014 Zonebourse.com


La clôture à Tokyo

La Bourse de Tokyo finit en hausse dans le sillage de la Fed

La Bourse de Tokyo a terminé jeudi nettement dans le vert, les investisseurs saluant après Wall Street le message rassurant délivré la veille par la Réserve fédérale américaine.
L'indice Nikkei a gagné 178,90 points (1,13%) à 16.067,57 points. Le Topix, plus large, a pris 12,95 points (0,99%) à 1.317,91 points.

La banque centrale américaine a renouvelé mercredi l'engagement de poursuivre une politique ultra-accommodante pour une "durée considérable".

La promesse de voir les taux d'intérêt aux Etats-Unis se maintenir à leurs bas niveaux actuels pendant encore au moins quelques mois a également eu pour effet de faire grimper le dollar à un plus haut de six ans face au yen.

Contre la tendance, Sony a perdu 8,64% après avoir abaissé mercredi ses prévisions de résultats, pour la sixième fois en deux ans, en raison principalement de la chute de ses ventes de smartphones. Le géant japonais de l'électronique grand public a décidé de ne pas distribuer de dividende au titre de l'exercice en cours, du jamais vu depuis qu'il est entré en Bourse en 1958.



La clôture à Wall Street

WALL STREET: LA FED, UN NON-ÉVÈNEMENT SOIGNEUSEMENT PRÉPARÉ

Le contenu du communiqué final de la FED avait "fuité" hier, provoquant une soudaine envolée des indices US après 90 minutes de cotations.


La principale information concernant des taux zéro prolongés sans horizon de temps (véhiculé une fois de plus par le Wall Street Journal) est validé par le communiqué "officiel".

Janet Yellen essaye bien de créer un petit espace d'incertitude en expliquant que la formule "période de temps considérable" ne corresponds pas à un délai de 9 mois minimum: cela "ne fixe pas un calendrier" et ne constitue pas une "promesse" (la FED se réserve la possibilité d'ajuster sa stratégie).

Mais personne n'est dupe: seuls 2 membres de la FED (sur 11, Charles Plosser et Richard Fisher) ont voté pour un durcissement du discours. Les "taux zéro" rassemblent encore un large consensus.

La FED justifie la poursuite d'une politique monétaire "très accommodante" par un marché du travail qui a encore besoin de s'améliorer, une inflation et une progression des salaires qui restent largement contenus.

Enfin, la FED ne redoute pas de se retrouver prise de vitesse par les évènements (PIB et inflation) au vu des éléments dont elle dispose: elle abaisse même son objectif de croissance 2015 à 2,6%/3,0%, contre une fourchette de 3,0% à 3,2%.

Les opérateurs auraient pu saluer ce verre à moitié vide qui justifie des taux éternellement bas, mais le terrain avait été trop bien préparé et la faiblesse des scores de clôture traduit un phénomène de "fait accompli". Le Dow Jones s'est adjugé +0,15% (tout comme le "S&P" mais cela suffit à inscrire un nouveau record historique de clôture à 17.157Pts après un nouveau "plus haut absolu" à 17.221,1).

Le Nasdaq s'est apprécié de +0,2% à 4.562, dans le sillage Paychex +1,6%, Micron +1,7%, E-Trade +2,2%, Whole Foods +3%, Fedex +3,3%.

Au sein du "S&P", la poursuite de la politique de taux zéro a soutenu les constructeurs de maisons individuelles qui ont grimpé de 2% en moyenne.

Parmi les plus lourds replis, on notait Adobe -4,9%, Gamestop -1,9%, Tyson Foods -1,7%.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.



Statistiques économiques du jour

HeurePaysStatistiqueImpact*AttenduPrécédent
-UKVote d'indépendance ecossaisFort--
14:30USAPermis de construireFort1.04M1.06M
14:30USAInscriptions au chômage (hebdo)Fort312K315K
14:30USAMises en chantierMoyen1.04M1.09M
14:45USADiscours Yellen (Fed)Fort--
16:00USAIndice Philly FedFort22.828.0
* Impact attendu sur le marché suite à la publication de la statistique.
Publicité
Valeurs à suivre

La compagnie aérienne à bas coûts easyJet a annoncé jeudi un relèvement de son ratio de dividende à 40% l'an prochain et une commande de nouveaux avions Airbus, témoignant ainsi de sa confiance dans ses perspectives.

La distribution du dividende réprésentera 40% du bénéfice net à partir du nouvel exercice débutant le 30 septembre, alors que ce ratio était jusqu'ici d'un tiers.

La compagnie britannique a par ailleurs fait savoir qu'elle allait exercer des options sur 27 Airbus A320, pour livraison comprise entre 2015 et 2018.

>> Fiche valeur EASYJET PLC



Air France, confronté depuis lundi à une grève suivie par 60 % de ses pilotes (75 % selon le SNPL AF Alpa, le syndicat majoritaire), a proposé, mercredi 17 septembre, de conclure avec les syndicats un accord sur le partage des activités de Transavia France, Hollande et Europe, ont révélé les agences de presse. Un mouvement d'une semaine serait le plus long conflit mené par des pilotes d'Air France (groupe Air France-KLM) depuis 1998. La direction évalue son coût de 10 millions à 15 millions d'euros par jour hors mesures de dédommagement.


« Il ne s'agit pas d'un projet de délocalisation ni de transfert d'activité [...]. Nous avons proposé à vos représentants de conclure un accord de périmètre indiquant précisément le partage d'activité entre Transavia France, Transavia Pays-Bas et Transavia Europe », ont écrit les PDG du groupe Air-France-KLM et d'Air France dans une lettre envoyée mercredi aux 3 900 pilotes, rapporte l'AFP.

>> Fiche valeur AIR FRANCE-KLM



Akka Technologies a réalisé au premier semestre un résultat net part du groupe de 11,5 millions d'euros, à comparer avec 14,7 millions d'euros, un an plus tôt à la même époque. Le groupe d'ingénierie et de conseil en technologies a par ailleurs dévoilé un résultat opérationnel d'activité de 22,8 millions d'euros contre 23,7 millions d'euros au premier semestre 2013. Le taux de marge opérationnelle d'activité s'est établi à 5,2% contre 5,4% au premier semestre 2013.

Akka Technologies a enregistré une croissance de 0,6% de son chiffre d'affaires à 438,4 millions d'euros (+1,0% à périmètre et taux de change constants).

Les résultats du premier semestre 2014 ont montré une nette amélioration des performances opérationnelles de MBtech, a souligné le groupe. Après avoir connu son point bas au premier trimestre, cette société a affiché une croissance organique de ses ventes de 9% au deuxième trimestre, associée à une progression de ses marges opérationnelles courantes. MBtech a enregistré une marge opérationnelle globale de 4,1% au premier semestre 2014 vs 0,6% un an plus tôt à la même époque.

>> Fiche valeur AKKA TECHNOLOGIES



Pernod Ricard a procédé hier à une émission obligataire libellée en euro. Cette émission porte sur un montant de 650 millions d'euros à un taux fixe de 2,125% à échéance le 27 septembre 2024.

Cette opération a rassemblé un carnet d'ordres de 2,5 milliards d'euros. Elle a permis au Groupe de profiter de conditions d'émission jugées très favorables.

Le produit net de l'émission sera affecté notamment au remboursement de la dette obligataire, permettant d'allonger la maturité de la dette.

Les obligations ont été placées principalement auprès d'une base d'investisseurs qualifiés, notamment en Allemagne, en France, en Suisse et au Royaume-Uni.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

>> Fiche valeur PERNOD RICARD



Agenda du jour

Avertissement : Surperformance attire l'attention de tout investisseur sur les spécificités des warrants et notamment sur le fait que les warrants, eu égard à leur nature optionnelle, peuvent connaître d'amples fluctuations de cours et même perdre l'intégralité de leur valeur. Les analyses réalisées par la société Surperformance, éditrice du site zonebourse.com, n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou autre produit financier. La responsabilité de la société Surperformance ainsi que ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun. Les informations, graphiques, chiffres, opinons ou commentaires rédigés par les équipes de rédaction de Surperformance éditrice du site zonebourse.com s‘adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations qui y sont développées. Ces dernières sont diffusées à titre purement indicatif, Surperformance ne peut en garantir l’exactitude ou la fiabilité.

Rechercher
Contactez-nous
+33 (0)4 78 30 41 42
Rejoignez
102 005 membres
Cotations dynamiques  
ON
| OFF