Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Informations  >  Barons de la Bourse  >   L'actualité des Barons de la bourse

Les Barons de la Bourse

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
AccueilToute l'infoLes news les plus luesBiographies des Barons
Nationalité : Américaine
Date de naissance : 12/08/1930
Biographie : George Soros, né György Schwartz, a connu l'occupation nazie en Hongrie. D'origine juive, il est con...

Le Conseil de l’Europe critique la loi hongroise "anti-Soros"

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
1
0
15/02/2018 | 00:00

STRASBOURG, 15 février (Reuters) - Le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Nils Muiznieks, a critiqué jeudi le projet de loi par lequel la Hongrie veut pénaliser, voire interdire, les organisations non gouvernementales (ONG) qui reçoivent des financements de l’étranger et viennent en aide aux migrants.

Le texte a été soumis mardi au Parlement. Il est qualifié d’"anti-Soros" par le gouvernement, du nom de George Soros, milliardaire américain d’origine hongroise qui finance des organisations de défense des droits de l’homme en Europe centrale, et qui est devenu la bête noire du Premier ministre conservateur hongrois, Viktor Orban.

"Les mesures envisagées sont particulièrement préoccupantes dans la mesure où elles concerneront des organisations ou des personnes qui agissent pour protéger les droits des migrants, des demandeurs d’asile et des réfugiés, ce qui est parfaitement légitime dans une société démocratique", affirme Nils Muiznieks, dans une déclaration publiée à Strasbourg.

Le commissaire aux droits de l’homme s’était déjà inquiété, en mai dernier, de l’instauration d’une obligation d’enregistrement administratif pour les organisations de défense des droits de l’homme recevant des fonds de l’étranger.

Le nouveau projet de loi prévoit que les ONG qui aident les migrants reversent 25% de ces fonds sous forme de taxe à l’Etat.

Elles devraient en outre obtenir une autorisation de mener leurs activités auprès du ministère de l’Intérieur qui pourrait la leur refuser pour des raisons de "sécurité nationale". Celles qui outrepassent ce refus pourraient être dissoutes.

Nils Muiznieks, ancien ministre letton, qui a lui-même exercé des responsabilités, au début de sa carrière, au sein de la fondation Soros, apporte son soutien à l’homme d’affaires.

"Ce projet législatif vient après une série de mesures et de déclaration gouvernementales qui visent des entités fondées ou liées au philanthrope américano-hongrois George Soros qui effectuent un travail important en Hongrie, y compris dans le domaine des droits de l’homme", écrit-il. (Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
1
0
Réactions à cet article
Réagir
Publier
loader
MayKuro
Le 15/02/2018 à 11:46
arrow option
Si on acceillait correctement les migrants on aurait pas à se scandaliser qu'un représentant d'intérêt étranger le fasse à notre place. Quand est-ce que les tétats se réinvestissent de leur rôle !?
  
  
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10Suiv.

Publicité