Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Conseil d'investissement
Injustement Sous-Valorisée ?
Cours en différé. Temps Différé Xetra - 17/11 17:35:26
Cours
84.93 €
 
Variation
-0.47%
 
Capitalisation
55.37 Mrd€
 
PER 2017
7.7x
Découvrez les meilleures opportunités sur tous les marchés dans la rubrique Conseils.

A la pointe de l’innovation et du design, BMW bénéficie d’une image de marque exceptionnelle sur tous les continents. Celle-ci explique sans doute que le constructeur ait pu traverser les deux dernières grandes crises (Etats-Unis en 2009, Europe en 2011) sans casse.

Mieux que ça : le chiffre d’affaires progresse imperturbablement depuis 2007, et s’établit désormais à 95 milliards d’euros (+60% en dix ans). La moitié de celui-ci est réalisé en Europe, tandis que le reste se partage équitablement entre l’Amérique (30%) et l’Asie (20%).
 
 
 
Les marges opérationnelles sont remarquablement stables (grosso modo 10% sur chaque exercice depuis 2010), de même que la rentabilité des capitaux propres (aux alentours de 15%). Le management préserve un bilan noté par Moody’s comme le plus sûr parmi ses pairs européens. 
 
Une telle constance (d’aucuns diraient : typiquement germanique) suscite à la fois scepticisme et admiration. En effet, la division financement est à l’origine d’un quart du chiffre d’affaires — ce que certains investisseurs prudents pointeront comme un risque, puisqu’il est impossible d’évaluer précisément la qualité du portefeuille d’emprunteurs — et pourrait tout à fait servir au management pour lisser ses résultats, et donner au marché les performances qu’il attend. 
 
La rentabilité de la division a de quoi faire pâlir d’envie les autres banques et institutions de crédit. Mais, soulignons-le à nouveau, le niveau de risque consenti pour y parvenir est inconnu, et donc sujet à interrogation. Sans donner dans le procès d’intention, il s’agit donc de rester sur ses gardes. 
 
Les capitaux propres du groupe BMW ont doublé entre 2010 et 2016 (de 35€ à 70€ par action) et le dividende a spectaculairement augmenté sur la même période (de 0,30€ à 3,20€ par action). Le constructeur affiche sur l'exercice 2016 un résultat net de 7 milliards d’euros, mais ce chiffre est naturellement à prendre avec des pincettes.
 
 
 
 
Comme discuté dans la présentation de General Motors (un autre grand constructeur potentiellement décoté), le profit cash (« free cash-flow ») est une mesure plus pertinente de la capacité bénéficiaire que le résultat net puisque, généralement, les dépenses d’investissement (« capex ») des constructeurs dépassent leurs dépréciations et amortissements (BMW ne fait pas exception). 
 
Or il est ici difficile (sinon impossible) d’évaluer précisément la capacité bénéficiaire réelle. Non seulement l’entretien des immobilisations (les capacités de production) est soumis à des aléas en fonction du cycle, mais surtout l’importante part des ventes réalisée via la division financement brouille les cartes. 
 
Il faut donc prendre les chiffres communiqués par le management à « face value » ou — si adepte des efforts d’analyse plus poussés — retraiter les résultats de la division financement. On observe ainsi que le profit pré-taxes pré-intérêts généré par les activités auto et moto en 2016 s’établit à 7,5 milliards d’euros, tandis que celui généré par la division financement atteint 2 milliards d’euros. 
 
En comptant ce dernier pour zéro (une mesure en théorie extrême, mais les récentes années n’ont pas manqué d’exemples de prêteurs enchaînant les pertes après une longue série de bénéfices records), et en assignant un très conservateur multiple de huit aux profits opérationnels des activités manufacturières (possiblement en haut de cycle), on valorise au gros doigt mouillé BMW à 60 milliards d’euros.
 
Libre à chacun d’ajuster ensuite le multiple en fonction de son appétence au risque !
 
D’une manière plus prosaïque (c’est-à-dire sans rien retraiter), le constructeur allemand est depuis quelques semaines valorisé à seulement sept fois ses profits après-taxes attendus en 2017 — un multiple historiquement bas.
 
Si bien sûr les risques ne manquent pas — incertaine rentabilité des investissements de croissance, opacité de la division financement, potentielle fraude aux tests anti-pollution, hauts de cycle sur les marchés adressés (notamment en Amérique du Nord et en Asie) — cette valorisation attractive pour une entreprise aussi remarquable que BMW ne devrait pas manquer de séduire les investisseurs friands de grandes capitalisations décotées.
 
 
Article publié le 10/07/2017 | 11:39

Carl Cantor
© Zonebourse.com 2017

Avertissement : Les informations, graphiques, chiffres, opinions ou commentaires mis à disposition par SURPERFORMANCE SAS s'adressent à des investisseurs disposant des connaissances et expériences nécessaires pour comprendre et apprécier les informations développées. Ces informations sont données à titre informatif et ne représentent en aucun cas une obligation d'investissement ni une offre ou sollicitation d'acquérir ou de vendre des produits ou services financiers. Elles ne constituent par ailleurs pas un conseil en investissement.
L'investisseur est seul responsable de l'utilisation de l'information fournie, sans recours contre SURPERFORMANCE SAS, qui n'est pas responsable en cas d'erreur, d'omission, d'investissement inopportun ou d'évolution du marché défavorable aux opérations réalisées.

Réactions à cet article
Types de chance
Tu n'as pas compris, quand je disais "chances", c'était dans le sens des probabilités du terme. T
la chance
je ne pratique pas ce genre de science. je vois ,je constate, je m'adapte.
Oui, t'as 50% des chances de la voir baisser et moi 50% de la voir monter, lol,
Par contre, avec Trump et les Norcoreens, je dirais que t'as 80%
Echec sur les 81 !
Comme prévu l'impulsion baissière reprend ses droits ! Si le support des 77 lache , on part sur les 72 !
graphique clairement baissier !
Même si ce dossier solide est intéressant, je pense que techniquement , on pourra trouver un meilleur point d'entrée vers les 72 euros. En témoigne encore l’avalement baissier de ce jour ( situation à 13h45)
On attend selon moi...
Autres conseils d'investissement
Étonnamment Décoté ?
Trois vents porteurs
42% de Décote sur le Net Cash
Mise à jour
Tous les conseils