Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  ZB Campus  >  Espace pédagogique

ZB Campus

SAVOIR INVESTIR
3.6 - La terminologie et les ratios boursiers

Au terme de l’analyse économique, sectorielle puis financière, on est en mesure de porter un jugement sur l’intérêt ou non d’une prise de participation. Mais à quelles conditions ?

C’est l’objet de la dernière étape, celle qui porte sur l’analyse « boursière » et qui met en relation les performances de l’entreprise avec son cours de bourse. Les conditions de marchés sont-elles acceptables ou au contraire, l’action a-t-elle atteint ses limites ?
De nombreux ratios se sont ainsi développés, dont certains sont devenus incontournables.

Nous vous présentons ici les principaux ratios à maîtriser pour des décisions d'investissement en toute conscience.

SOMMAIRE
1- Bénéfice net par action (BNA)

Anglais : Earning Per Share

Le BNA permet de connaitre la part de bénéfice attribué à chaque action. 

Il convient d’examiner l'évolution du BNA d'une année sur l'autre pour déterminer si une société peut améliorer ses bénéfices. Ce ratio permet en effet une comparaison sur plusieurs années et ce, alors même que le nombre d'actions a pu évoluer. En revanche, il ne permet pas de comparer deux sociétés différentes, car il tient compte du nombre d'actions de chaque société.
 
Le BNA représente aussi l’enrichissement théorique d’un actionnaire possédant une action durant un exercice. Il ne correspond pas aux dividendes versés aux actionnaires, dans la mesure où les sociétés conservent une partie de leurs bénéfices en vue d’investir
 
BNA = Résultat net / Nombre d'actions


2- Book value (BV)

Français : Valeur comptable

La Book Value représente les capitaux qui restent à l’entreprise une fois qu’elle a couvert l’intégralité de ses dettes et engagements.
Si la compagnie fait un bénéfice qui n’est pas entièrement redistribué aux actionnaires (i.e. si elle met le bénéfice en réserve), la BV augmente. Si l’entreprise enregistre des pertes, la BV diminue.
Si la BV est négative, cela signifie que les placements sont inférieurs aux engagements et que la compagnie est insolvable.

BV = Capitaux propres – Intérêts minoritaires + Provisions

 

3- Book value per share (BVPS)

Français : Valeur comptable par action

La BVPS représente la Book Value, rapportée au nombre d'actions.
Si la BVPS est supérieure au cours actuel de l’action, l'action est sous-évaluée. A l’inverse, si le cours de l'action est nettement supérieur à la valeur comptable par action, l’action est surévaluée. Ce ratio est à rapprocher du Price-to-Book ratio.
Certains analystes considèrent le BVPS comme le « prix plancher » de l’action.

BVPS = BV / Nombre d’actions


4- Capitalisation

La capitalisation correspond à la valeur en bourse de l’entreprise. Elle résulte du cours de l’action multiplié par le nombre d’actions qui forment le capital.
Il s'agit, à un instant donné, du prix théorique à payer si un investisseur souhaitait racheter toutes les actions d'une société. Si le cours de l'action augmente, la capitalisation boursière augmente. La capitalisation boursière correspond à l’argent investi par les actionnaires.

Capitalisation = Prix de l’action x Nombre d’actions

 

5- Cash Flow
Le Cash Flow désigne les ressources monétaires dégagées par l’activité annuelle d’une entreprise : il comprend le bénéfice, la dotation aux amortissements et aux provisions sur actifs immobilisés. Ces liquidités servent à rembourser les dettes, rémunérer les actionnaires et investir. Le Cash Flow s’apparente à la notion de capacité d’autofinancement d’une entreprise, il évalue sa capacité à assumer ses besoins de financement.
Un Cash Flow négatif montre que la société risque une cessation de paiement.


6- Dividende
Le dividende, dont la distribution est décidée par l'assemblée générale ordinaire, est la partie des bénéfices versée aux actionnaires. A ce titre, le dividende représente une partie du bénéfice net par action. Il constitue la rémunération des actionnaires.
Lorsqu'il n'y a pas de bénéfices ou lorsque la société veut octroyer à ses actionnaires une rémunération plus importante, les dividendes peuvent être prélevés sur les réserves de l'entreprise. 
Le dividende reflète la politique de l’entreprise : un dividende faible peut signifier une forte volonté d’investissement de la part de l’entreprise, tandis qu'un dividende fort peut signifier une politique privilégiant les actionnaires.

7- EVSR

Abréviation de Enterprise Value-to-Sales Ratio

L'EVSR consiste à évaluer l'entreprise en tenant compte du montant de ses ventes. Ce ratio est nuancé en fonction de chaque secteur.
Une société avec un faible chiffre d’affaires comparé à un lourd endettement ou une forte capitalisation  aura un EVSR élevé, et donc une trop forte valorisation sur le marché.

EVSR  = Valeur d’entreprise / Chiffre d’affaires

 

8- Net asset value (NAV)
Français : Valeur liquidative

Comme son nom l'indique, la valeur liquidative répond à la question suivante : quelle serait la valeur d'un titre si l'entité était liquidée immédiatement ?
Appliqué aux OPCVM, le terme de "valeur liquidative" (ou NAV pour Net Asset Value) est assimilé en réalité à la notion de "valeur liqudiative par action". La NAV représente ainsi la valeur d'une part ou action. Elle est obtenue en divisant l'actif net de l'OPCVM par le nombre de parts (s'il s'agit d'un FCP) ou d'actions (s'il s'agit d'une SICAV). Cette valeur n'est pas que théorique : il s'agit du prix auquel les investisseurs effectuent leurs souscriptions et rachats, majoré ou minoré, selon le cas, des frais et commissions.
Le Prospectus de l'OPCVM indique nécessairement la périodicité de publication de la NAV. Le plus souvent calculée quotidiennement, elle doit l'être au moins deux fois par mois. De nombreux sites, dont Zonebourse, indiquent la valeur liquidative des principaux OPCVM. Le gérant du fonds, qui a la responsabilité de calculer la valeur liquidative, doit la communiquer à toute personne qui en fait la demande. Elle est par ailleurs systématiquement transmise à l'AMF.
 
NAV = (Valeur des actifs - Valeur des dettes - Frais non prélevés) / Nombre de parts

9- Net asset value per share (NAVPS)

Français : Valeur nette de l’actif par action

Il s'agit de la valeur nette, rapportée au nombre d'actions. Cela correspond en général au montant qu’un investisseur recevrait s’il revendait ses parts à l’entreprise.
Cet indicateur est utilisé pour savoir si un titre est surévalué ou sous-évalué par rapport à la valeur de l’actif.

NAVPS = NAV / Nombre d’actions


10- Part des bénéfices aux actionnaires
Anglais : Dividend Payout Ratio

La part des bénéfices aux actionnaires indique la part du résultat net dégagé par l’entreprise qui est reversé aux actionnaires sous forme de dividende, l’autre partie restant dans l’entreprise sous la forme de réserves.
 
Part des bénéfices aux actionnaires = Dividende / Résultat Net
 

11- PEG
Abréviation de "Price Earning Growth"
 
Le PEG se calcule en divisant le PER par le taux de croissance moyen des bénéfices anticipés sur plusieurs années. Son principal intérêt est de permettre de relativiser un PER élevé en tenant compte de la croissance des profits attendue. A la différence du PER, le PEG propose une analyse « dynamique » de l’entreprise.
Le PEG a été développé pour améliorer les imperfections du PER, en le pondérant par la croissance des bénéfices. 

En règle générale, le PEG d’une action pour un exercice anticipé, doit être positif et ne devrait pas dépasser le taux de croissance des bénéfices attendu sur cet exercice. Si ce n’est pas le cas, c'est-à-dire si le PEG est supérieur à l’unité, le titre sera considéré comme surévalué. 

A l'inverse, un PEG inférieur à 1 signifie un potentiel de hausse probable du cours car le taux de croissance attendu des bénéfices est supérieur au PER.
 
Exemple : Une entreprise qui affiche un multiple de 20 fois les bénéfices estimés paraît plus chère qu'une valeur d'un même secteur qui dispose d'un ratio de 14. Considérant que les perspectives de croissance des résultats attendus sont de 20 % pour la première et de 10 % pour la seconde, le jugement est différent. Avec un PEG de 1 (contre 1,4 pour la seconde), il s’avère que la première société se paie moins cher.
 
PEG = PER / taux de croissance du BNA
 

12- PER

Abréviation de "Price Earning Ratio"

Le PER est sans conteste l’un des ratios boursiers les plus utilisés.

Le PER correspond au nombre de fois que le bénéfice net par action est capitalisé dans le cours de l’action. Il sert surtout à comparer la valeur d’une société par rapport à ses pairs, à son secteur d’activité, ou encore à la situer par rapport à sa valeur haute et valeur basse historique. 
Plus le PER est élevé, plus la société est jugée « chère » en termes relatifs. Ainsi, un titre cotant quelques euros peut être estimé plus cher qu'un autre qui cote plusieurs dizaines d’euros, mais dont le PER est moins élevé.

Si le PER de la société est supérieur à la moyenne de son secteur, le marché attend une croissance de cette valeur plus forte que la moyenne du secteur. Acheter l’action revient à payer une surprime fondée sur des promesses de profits futurs. Le cours d'une société considérée très chère peut continuer à progresser sur la base de projets de développement très novateurs. A contrario, en cas de déception, la sanction est souvent très forte sur le cours des actions dites "chères".
Si au contraire le PER est inférieur à la moyenne du secteur, le marché prévoit une plus faible croissance, voire même un recul des bénéfices. Un faible PER peut évoquer une situation de redressement.

Le PER a ses limites. Déjà, il ne peut s'appliquer qu'aux sociétés bénéficiaires. Ensuite, dans la mesure où un 
PER élevé traduit des espoirs de forte rentabilité future, la forte croissance d'une société se traduira par un PER élevé, ce qui peut aboutir à des niveaux de PER exagérés, fondés sur des hypothèses de croissance aberrantes comme cela fut notamment le cas lors de l’éclatement de la bulle internet en 2000 où des valeurs technologiques dépassaient un PER de 80 voire 100, avant leur effondrement. Enfin, les sociétés ayant une bonne visibilité sur leurs profits se traitent souvent avec des PER plus élevés. Cela concerne surtout de grandes sociétés ayant une position concurrentielle très forte.
 
PER = Cours de bourse / BNA
 
Exemple : Soit une entreprise dont le capital est composé d’un million d’actions et qui dégage un bénéfice net d’un million d’€ ; elle aura un BNA de 1 €. Si le cours de l’action est de 17 €, le PER sera de 17 fois (17/1) ; si le cours est de 25 € le PER sera de 25 fois.

13- PER relatif sectoriel
Le PER relatif sectoriel permet d'observer si une valeur est performante sur son secteur d'activité, afin de savoir si elle est plus ou moins chère que ses concurrentes. Un titre dont le PER relatif sectoriel est inférieur à 1 est jugé moins cher que ses concurrents.
 
PER relatif sectoriel = PER de l'action / PER sectoriel
 

14- Price Cash Flow (PCF)
Le ratio PCF, dont le principe est voisin de celui du PER, est calculé à partie de la MBA par action, c'est-à-dire la marge brute d'autofinancement consolidée divisée par le nombre d'actions du capital de la société.
 
Cet indicateur permet d'évaluer des titres d'industries très “capitalistiques” qui procèdent à d'importantes dotations aux amortissements. Ajouté au PER, le PCF permet alors une comparaison plus fine entre les actions en permettant d'identifier les entreprises qui accordent une importance excessive au provisionnement.
 
PCF = Cours / MBA par action
 

15- Price-to-Book Ratio (PBR)

Le PBR mesure le rapport entre le cours de l’action et le BVPS. Ce ratio est l'équivalent de la capitalisation boursière divisée par les capitaux propres.
Ce ratio financier permet de comparer la valeur comptable des actifs de l’entreprise avec le prix indiqué par le marché.
Un PBR supérieur à 1 signifie que le marché valorise d’avantage les actifs de l’entreprise par rapport à leur valeur comptable. Un PBR inférieur à 1 signifie que le marché sous-évalue les actifs de l’entreprise par rapport à leur valeur comptable. Comme la majorité des ratios financiers, le PBR varie en fonction des industries et des secteurs.
Un PBR faible est plus intéressant pour un investisseur qu’un PBR élevé. Mais attention, un PBR trop faible peut aussi signifier que la société rencontre des problèmes. Il faut donc utiliser cet indicateur en même temps que le ROE.

PBR = Prix de l’Action / BVPS


16- PSR
Abréviation de Price-to-Sales

Le PSR mesure « à combien d’années de chiffre d’affaires l’entreprise se paie ». Ce ratio est utilisé pour calculer la valorisation d'une société par rapport à une autre dans un même secteur. Un faible PSR signifie généralement que l’entreprise est faiblement valorisée. 

PSR = Capitalisation / Chiffre d'affaires

 

17- Ratio cours sur actif net
Le ratio Cours sur actif net permet de comparer la valorisation de la société en bourse à sa valorisation comptable.

18- Ratio VE / EBITDA
Le ratio VE / EBITDA est utilisé pour déterminer la valeur d’une société. On préfère ce ratio à celui VE / EBIT car la notion de dotation aux amortissements diffère tellement entre pays qu’il vaut mieux raisonner avant dotation aux amortissements pour pouvoir comparer les entreprises.
Un ratio faible signifie que l’entreprise doit être sous-évaluée. Ce ratio n’est pas affecté par la structure du capital de la société. Il est intéressant pour les acquéreurs potentiels car il prend en compte la dette de la société.

19- Rendement net
Anglais : Dividend Yield
 
Le rendement net d'une action indique le pourcentage de dividende versé aux actionnaires par rapport au prix actuel de l’action. C’est la rentabilité procurée par le dividende distribué. Il sert à comparer le rendement d’une société par rapport à ses pairs, ou à d’autres types de placement (SICAV Monétaires, obligations d’Etat, etc.)
 
Ce ratio est intéressant pour comparer des sociétés dont la politique de distribution des bénéfices aux actionnaires est généreuse, telles que les sociétés foncières. En théorie, plus le rendement net est élevé, plus l'investissement est avantageux. Mais il importe de se méfier des rendements élevés. En effet, deux facteurs jouent sur le niveau du rendement : l'importance du dividende et le cours de l'action. Par conséquent si un rendement est élevé, on se posera la question de savoir si cela est dû au fait que la société a fait de bons résultats et en distribue une grande part aux actionnaires ou au fait que le cours de son action est très bas, ce qui donne un rendement élevé.
 
Rendement net = Dividende net par action / Cours de bourse
 
Exemple : Soit un dividende de 1,25€ et un cours de 27 € ; le rendement sera de : 1,25 / 27 = 4,63 %
 

20- Taux de distribution
Anglais : Pay Out Ratio
 
Il exprime le taux de distribution des bénéfices et reflète la politique d'une société envers ses actionnaires.
Il convient de surveiller l'évolution de cet indicateur au fil des années. Ce ratio est assez subtil : s'il est élevé, il traduit la générosité de l'entreprise à l'adresse de ses actionnaires ; s'il est faible, il peut signifier que la société donne la priorité à ses investissements.
 
Taux de distribution = Dividende par action / BNA

21- Valeur d'entreprise (VE)

La valeur d’entreprise représente la valeur théorique minimum de rachat de l’entreprise par un investisseur. Elle prend en compte le fait que l’acquéreur doit aussi assumer la dette de la société lorsqu’il l’achète, ou au contraire, si l’entreprise n’est pas endettée (donc a de la trésorerie), que l’acquéreur recevra la trésorerie de la société. Une société endettée aura donc une valeur d'entreprise plus importante qu’une société qui a de la trésorerie.

La valeur d'entreprise est donc calculée en additionnant la capitalisation boursière et la dette nette de l’entreprise à un instant donné, ou en retranchant la trésorerie de la capitalisation boursière à un moment défini.






Nous vous accompagnons dans vos investissements.