Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nasdaq  >  Amazon.com    AMZN

AMAZON.COM (AMZN)
Mes dernières consult.
Top consult.
  Rapport  
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésAnalysesAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
Synthèse actualitéToute l'actualitéInterviewsCommuniqués sociétéPublications officiellesActualités du secteur

Reconnaissance faciale et forces de l'ordre, la peur de "Big Brother"

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
08/07/2018 | 06:04

WASHINGTON (awp/afp) - De plus en plus populaire dans les appareils électroniques, la reconnaissance faciale est aussi de plus en plus utilisée par les forces de l'ordre, au grand dam des défenseurs des libertés individuelles, qui la jugent liberticide et peu fiable.

Longtemps un fantasme d'écrivains de science fiction, le fait de déverrouiller un appareil ou payer un achat d'un simple regard est désormais une réalité, largement popularisée par le très médiatisé iPhoneX d'Apple, sorti fin 2017.

Mais des forces armées, des services d'immigration ou encore des services de police du monde entier l'utilisent également pour identifier un suspect dans une foule ou faire correspondre le visage d'une personne en garde à vue avec une base de données de délinquants.

C'est la reconnaissance faciale qui a permis fin juin d'identifier plus rapidement le tireur du journal Capital Gazette qui a fait cinq morts près de Washington aux Etats-Unis et qui refusait de collaborer avec la police.

Sans elle, "nous aurions mis beaucoup plus de temps à l'identifier et à faire avancer l'enquête", selon la police locale.

Dans le Maryland, où a eu lieu la fusillade, l'organisme public qui gère notamment les prisons a depuis 2011 une base de données de reconnaissance faciale, selon une étude de 2016 de l'université Georgetown, selon laquelle il dispose de quelque 7 millions d'images issues des permis de conduire, 3 millions de clichés de "délinquants connus".

Mais pour nombre de défenseurs des libertés publiques, reconnaissance faciale est plutôt synonyme de "Big Brother". D'autant que plusieurs études mettent en lumière son manque de fiabilité, surtout pour les personnes non-blanches.

Précisément, selon l'université de Georgetown, environ 117 millions d'adultes aux Etats-Unis figurent à leur insu dans des bases de données permettant la reconnaissance faciale, utilisées par les forces de l'ordre, fédérales et locales, alors même que cette technologie n'est que très peu régulée.

Au Royaume-Uni, l'ONG "Big Brother Watch" a dénoncé récemment le manque de fiabilité de la reconnaissance faciale automatique, qui consiste à faire scanner informatiquement les visages dans un endroit public pour les identifier en temps réel et les comparer à des bases de données.

Selon "Big Brother Watch", non seulement cette technique aboutit à procéder à un contrôle biométrique de n'importe quel citoyen mais de plus, elle n'est pas fiable puisque selon les chiffres de la police londonienne elle-même, le système -actuellement en test- se trompe dans l'identification des personnes dans la quasi-totalité des cas, croyant à tort reconnaître des délinquants.

"La vraie inquiétude, ce serait de voir des policiers identifier à la demande des citoyens innocents avec des caméras sur leurs uniformes", pense Matthew Feeney, du Cato Institute, un think tank libertarien aux Etats-Unis (idéologie défendant une conception minimaliste du rôle de l'Etat, au profit de la liberté individuelle).

"Pente glissante"

Inquiétude aussi pour Brian Brackeen, pourtant à la tête de Kairos, une société qui conçoit un logiciel de reconnaissance faciale.

"La surveillance gouvernementale alimentée par la reconnaissance faciale est une incroyable violation de la vie privée de tous les citoyens, et une pente glissante vers la perte complète de nos identités", dit-il.

Clare Garvie, qui a mené l'étude de Georgetown, estime que depuis deux ans, "la reconnaissance faciale été déployée de façon plus large et plus active" aux Etats-Unis, notamment pour le contrôle aux frontières.

Cette technologie n'est déjà plus de la science-fiction en Chine, en pointe sur le sujet, et elle y est largement utilisée pour surveiller les citoyens.

Plusieurs groupes technologiques sont présents dans la reconnaissance faciale, comme Microsoft, dont la technologie est utilisée aux frontières tandis que le Maryland se sert de celle de l'allemand Cognitec et du japonais NEC.

Et ces entreprises ne sont pas épargnées par la controverse, comme Amazon, qui fait face à une fronde d'employés et de militants lui reprochant de vendre ses technologies à la police.

Le géant de l'internet se défend en assurant qu'il ne mène aucune activité de surveillance ni ne fournit de données à la police, ajoutant que sa technologie peut aider à retrouver des enfants disparus ou lutter contre le trafic d'êtres humains.

Face à une autre critique récurrente, IBM a lancé récemment une étude "pour améliorer la compréhension des préjugés dans l'analyse des visages" tandis que Microsoft assure fait des progrès dans l'analyse de "toutes les nuances de couleurs de peau".

rl-jc/jld/pb

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
APPLE -0.22%190.91 Cours en différé.12.81%
INTERNATIONAL BUSINESS MACHINES CORPORATION -0.30%145.46 Cours en différé.-5.19%
MICROSOFT CORPORATION -0.49%104.91 Cours en différé.22.64%
NEC CORP 0.20%2939 Cours en clôture.-5.50%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur AMAZON.COM
06:49L'action Netflix chute, grosse déception sur le nombre d'abonnés
RE
16/07AMAZON : mouvement de grève en Europe pour le "Prime Day"
AW
16/07AMAZON : Credit Suisse relève l'objectif de cours à 2000 $
CF
16/07AGENDA : des centaines de publications entre le 23 et le 27 juillet
15/07La Silicon Valley fait du charme à l'Afrique, vaste marché non régulé
AW
12/07USA : Le ministère de la Justice fait appel de la décision sur ATT/Time Warner
AW
12/07Netflix recule quand les autres FAANG brillent
RE
11/07Les Galeries Lafayette s'allient à Boulanger
RE
10/07BOURSE : gaffe aux GAFAN
09/07Amazon va créer 1.700 emplois en Italie cette année
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur AMAZON.COM
Plus de recommandations
Données financières ($)
CA 2018 237 Mrd
EBIT 2018 8 327 M
Résultat net 2018 6 200 M
Trésorerie 2018 14 417 M
Rendement 2018 -
PER 2018 147,81
PER 2019 94,20
VE / CA 2018 3,64x
VE / CA 2019 2,92x
Capitalisation 880 Mrd
Graphique AMAZON.COM
Durée : Période :
Amazon.com : Graphique analyse technique Amazon.com | AMZN | US0231351067 | Zone bourse
Tendances analyse technique AMAZON.COM
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreHaussièreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 48
Objectif de cours Moyen 1 840 $
Ecart / Objectif Moyen 0,97%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Jeffrey P. Bezos Chairman, President & Chief Executive Officer
Brian T. Olsavsky Chief Financial Officer & Senior Vice President
Patricia Q. Stonesifer Independent Director
Tom A. Alberg Independent Director
Thomas O. Ryder Lead Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
AMAZON.COM55.84%879 731
START TODAY CO.,LTD.34.48%13 030
WAYFAIR INC50.45%10 436
QURATE RETAIL INC-9.95%10 300
MONOTARO CO.,LTD.48.07%5 973
B2W COMPANHIA DIGITAL40.10%3 385
Dernières Opérations