Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  London Stock Exchange  >  Barclays Plc    BARC   GB0031348658

BARCLAYS PLC

(BARC)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

Rassurer face au coronavirus, le défi de taille qui attend la Fed

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
15/03/2020 | 06:47

Ajoute Steven Mnuchin au 11e paragraphe

WASHINGTON (awp/afp) - La Fed n'aura qu'une seule mission mercredi, à l'issue de sa réunion monétaire: convaincre marchés, entreprises et consommateurs qu'elle est prête à tout pour limiter l'impact du coronavirus sur l'économie américaine, même si ses outils ne sont pas les mieux adaptés à cette menace inédite.

La Réserve fédérale américaine devrait notamment dégainer son arme habituelle face à la crise, et annoncer une baisse des taux, comme l'anticipent désormais l'ensemble des analystes.

Une carte qu'elle a déjà abattu début mars, alors que l'épidémie de nouveau coronavirus commençait à dangereusement s'étendre aux Etats-Unis, menaçant l'activité du pays. La Fed avait alors abaissé d'un demi-point de pourcentage ses taux, jusqu'à une fourchette comprise entre 1% et 1,25%.

Et ce sans même attendre son habituelle réunion monétaire, qui se déroule toutes les six semaines. Une mesure qu'elle n'avait pas prise depuis 2008, alors que la crise des subprimes faisait rage.

Mercredi, son président Jerome Powell pourrait même décider de descendre jusqu'à zéro, et ainsi rejoindre beaucoup d'autres Banques centrales.

C'est en tout cas ce que réclame depuis des mois le président Donald Trump, qui reproche à la Fed de ne pas en faire assez, de ralentir la croissance de l'économie.

"La Réserve fédérale doit ENFIN abaisser les taux, jusqu'à un niveau comparable aux Banques centrales concurrentes", a-t-il encore tancé vendredi sur son compte Twitter, quelques heures avant de décréter l'urgence nationale.

Si Donald Trump tempête en permanence contre Jerome Powell, il a toutefois assuré samedi qu'il souhaitait son maintien à la tête de la Fed.

L'abaissement des taux, qui permet de baisser le coût du crédit et ainsi de stimuler la consommation, fonctionne pour soutenir l'économie lors d'une crise classique. Mais rien ne dit que cela sera efficace pour lutter contre cette crise inédite.

Choc temporaire, effet durable

Le défi qui attend la Réserve fédérale américaine est de taille, alors que la récession guette l'économie américaine et que Wall Street a connu jeudi sa pire journée depuis le krach boursier d'octobre 1987.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a dit dimanche qu'il ne prévoit pas de récession de l'économie américaine, anticipant simplement un "ralentissement", malgré les nombreuses prévisions d'économistes.

"L'enjeu est d'apporter des fonds aux entreprises dont le flux de trésorerie a été sévèrement touché par le virus, principalement dans le transport, l'hôtellerie, la restauration et d'autres secteurs des services pour lesquels la demande a chuté", explique Keith Wade, chef économiste du gestionnaire d'actifs Schroders.

Car si un nombre trop élevé d'entreprises doivent mettre la clé sous la porte, "le danger est qu'un choc temporaire ait un effet durable", souligne-t-il.

Son pronostic pour la semaine prochaine? Une nouvelle baisse des taux, mais aussi racheter de la dette de sociétés: "bien que cela nécessiterait un changement de la loi aux États-Unis, cela pourrait être plus efficace que les baisses de taux".

Face à l'affolement, la Fed a en effet abreuvé les marchés en liquidités toute la semaine, apportant plusieurs milliers de milliards de dollars, et a renoué avec les rachats de dette américaine à travers les bons du Trésor.

Les observateurs y ont immédiatement vu le retour d'un outil utilisé pour combattre la crise de 2008: le quantitative easing (QE), ou assouplissement quantitatif, qualifié par des analystes de Barclays de "bazooka de la liquidité".

"La Fed est intervenue de manière agressive pour rétablir le calme sur les marchés, mais on attend encore plus de sa part", ont commenté des analystes d'Oxford Economics dans une note.

Cette réunion "pourrait être le moment +peu importe le prix+ de la Fed", avec une baisse des taux au plus bas, et "l'annonce officielle de la renaissance des QE", ajoutent-ils.

Depuis la dernière réunion monétaire de la Fed, la face de l'économie américaine et mondiale a complètement changé. Ce qui n'était qu'un risque aux conséquences encore très incertaines fin janvier est aujourd'hui en train de mettre à genoux l'économie mondiale.

Jeudi, la Banque centrale européenne n'avait, en réponse au coronavirus, pas touché à ses taux, mais présenté un arsenal de mesures techniques, et estimé que la réponse devait d'abord venir des gouvernements.

Quant à la Banque d'Angleterre, elle a abaissé ses taux à 0,25%, et celle du Canada, d'un demi-point.

jul/leo

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BARCLAYS PLC 4.72%120.78 Cours en différé.-35.85%
SCHRODERS PLC -13.38%32.7 Cours en différé.-7.23%
SCHRODERS PLC 1.18%2990 Cours en différé.-11.37%
TWITTER 2.97%31.89 Cours en différé.-3.37%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur BARCLAYS PLC
14:30TRACKINSIGHT : Forte collecte pour les obligations d’entreprise 1-10 ans
TI
29/05A.P. MOLLER-MAERSK : Barclays maintient son opinion vendeuse
ZD
29/05ROCKET INTERNET : Barclays est neutre sur le titre
ZD
28/05GEA GROUP : Barclays optimiste sur le dossier
ZD
28/05DEUTSCHE POST AG : Barclays optimiste sur le dossier
ZD
28/05BOURSE DE LONDRES : Londres encouragée par le redémarrage des économies
AW
27/05BARCLAYS : Morgan Stanley confirme sa recommandation neutre
ZD
27/05TELE COLUMBUS : Opinion positive de Barclays
ZD
27/05H&M : bien orienté avec des propos de broker
CF
27/05BARCLAYS : JP Morgan toujours positif
ZD
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur BARCLAYS PLC
Plus de recommandations
Données financières
CA 2020 21 025 M 26 231 M 23 590 M
Résultat net 2020 341 M 425 M 382 M
Dette nette 2020 - - -
PER 2020 74,8x
Rendement 2020 1,68%
Capitalisation 20 934 M 26 093 M 23 488 M
VE / CA 2019
Capi. / CA 2020 1,00x
Nbr Employés 80 800
Flottant 99,6%
Graphique BARCLAYS PLC
Durée : Période :
Barclays Plc : Graphique analyse technique Barclays Plc | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique BARCLAYS PLC
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreBaissièreBaissière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 23
Objectif de cours Moyen 146,76 GBp
Dernier Cours de Cloture 1,21 GBp
Ecart / Objectif Haut 21 427%
Ecart / Objectif Moyen 12 051%
Ecart / Objectif Bas 2 622%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
James Edward Staley Group Chief Executive Officer & Director
Nigel Paul Higgins Group Chairman
Mark Ashton Rigby Group Chief Operating Officer
Tushar Morzaria Group Finance Director & Executive Director
Timothy James Breedon Independent Non-Executive Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
BARCLAYS PLC-35.85%24 652
JPMORGAN CHASE & CO.-30.19%296 460
INDUSTRIAL AND COMMERCIAL BANK OF CHINA LIMITED-15.00%249 409
BANK OF AMERICA CORPORATION-31.52%209 256
CHINA CONSTRUCTION BANK CORPORATION-6.54%197 434
BANK OF CHINA LIMITED-13.51%132 416