Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Euronext Paris  >  BNP Paribas    BNP   FR0000131104

BNP PARIBAS

(BNP)
  Rapport  
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

BNP Paribas : ENTRETIEN-Les marchés financiers déconnectés des fondamentaux-BNP Paribas

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
14/01/2019 | 07:00

(Répétition sans changement d'une dépêche transmise vendredi)

* Les marchés anticipent à tort une récession, selon BNPP WM

* La croissance de l'économie devrait se poursuivre

* Celle des bénéfices des entreprises aussi

* Les investisseurs doivent privilégier les actions

* Les pays émergents, le Japon et la zone euro conseillés

par Patrick Vignal

PARIS, 14 janvier (Reuters) - L'année douloureuse que viennent de vivre toutes les classes d'actifs s'explique par un décalage entre les anticipations pessimistes des marchés financiers et les fondamentaux de l'économie mondiale, qui demeurent robustes, explique Florent Bronès, responsable de la stratégie d'investissement de BNP Paribas Wealth Management.

Le stratège de la banque privée voit certes la croissance décélérer cette année mais estime que les marchés ont intégré à tort dans les cours une récession qu'il ne voit pas venir.

"Il y a eu une déconnexion l'an dernier entre ce qu'il s'est passé pour l'économie réelle et ce à quoi l'on a assisté sur les marchés financiers", dit-il à Reuters.

"Les marchés sont à des niveaux qui, à notre sens, anticipent des récessions, notamment aux Etats-Unis, ce qui n'est pas du tout notre scénario, qui est celui d'un ralentissement de la croissance mondiale, notamment aux Etats-Unis, mais pas d'une récession."

La croissance n'est pas morte, selon lui, ni pour l'économie, ni pour les bénéfices des entreprises, un facteur que les intervenants de marché suivront avec la plus grande attention lors de la saison de résultats trimestriels sur le point de débuter.

"Les marchés sont en train d'intégrer dans les cours une contraction des bénéfices alors que nous voyons leur croissance ralentir mais se poursuivre", dit-il.

La tendance l'an dernier a été pénalisée en outre par une multitude de risques politiques, des tensions commerciales entres les Etats-Unis et la Chine aux incertitudes entourant les négociations sur le Brexit et le bras de fer entre Rome et Bruxelles sur le budget de l'Italie, autant de dossiers qui devraient continuer de peser cette année.

"Les questions politiques ne font pas partie des choses que l'on peut prévoir et cela crée de l'incertitude, ce qui est un aspect négatif pour les marchés financiers et génère de la volatilité", commente Florent Bronès. "Pour que les fondamentaux positifs reprennent le dessus, il faut que l'incertitude politique diminue."

DEUX HAUSSES DE TAUX EN VUE AUX ÉTATS-UNIS

Autre dossier chaud, le resserrement monétaire en cours aux Etats-Unis et la communication parfois mal comprise sur les marchés du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, soumis en outre à une pression constante du président américain, adversaire déclaré de la politique de hausse de taux conduite par l'institution.

"Quand Donald Trump a commencé à remettre en cause l'indépendance de la Fed, ça a généré de la nervosité sur les marchés, ce qui a été un signal de l'accélération de la baisse à Wall Street, mais cela a été bref parce que dans les 48 heures qui ont suivi, plusieurs responsables de l'administration américaine sont intervenus pour corriger le tir", souligne l'expert de BNP Paribas WM.

"La Fed a changé sa communication, désormais un peu plus accommodante, mais personne n'a dit qu'elle ne remonterait pas les taux. Elle a dit prévoir deux hausses de taux cette année, en précisant que le calendrier dépendrait des données, ce qui est également notre scénario privilégié."

Autre élément ayant contribué à la baisse des marchés à la fin de l'année dernière, et non sans lien avec la politique monétaire de la Fed, l'amorce d'une inversion de la courbe des taux aux Etats-Unis, un signal annonçant historiquement une entrée en récession à moyen terme.

"Ce qui domine les marchés obligataires, c'est l'aplatissement de la courbe des taux américains, avec les taux longs qui ont monté beaucoup moins que les taux courts", explique Florent Bronès.

"Les pessimistes y voient le signe de l'approche d'une récession mais notre vision est que la courbe reste légèrement positive et qu'il ne faut pas anticiper sur la base d'indicateurs avancés".

LES TAUX TROP BAS POUR COUVRIR L'INFLATION

Le pilotage des anticipations par les banques centrales, aux Etats-Unis comme en Europe, où la Banque centrale européenne (BCE) vient d'arrêter ses rachats d'actifs mais n'a pas commencé à relever ses taux, promet d'animer l'année qui vient de démarrer.

"Notre scénario de base chez BNP Paribas est que la BCE pourrait remonter légèrement son taux de dépôt, mais pas avant septembre ou octobre", dit Florent Bronès.

"A un moment ou un autre, il va falloir normaliser les politiques monétaires, qui restent anormalement accommodantes. Globalement, nous pensons que la normalisation des politiques monétaires va rester modérée parce que l'inflation ne pose pas de problème."

Dans ce contexte, BNP Paribas WM continue de préférer les actions aux obligations.

"Les niveaux des taux sont trop bas pour couvrir l'inflation, quels que soient les investissements défensifs que l'on décide de faire", argumente le responsable de la stratégie d'investissement de la banque privée.

"Notre conseil à nos clients est donc d'augmenter la part des actifs risqués dans leur portefeuille mais de diversifier en termes de géographie, de secteurs et d'actifs".

"En matière de géographie, nous recommandons les pays émergents, le Japon et la zone euro et nous sommes 'neutres' sur les actions américaines."

VOIR AUSSI:

BNPP WM voit le contexte boursier s'améliorer

LE POINT sur les perspectives de marché 2019 des gérants et stratèges

(édité par Blandine Hénault)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur BNP PARIBAS
18/04AGRIFRANCE DÉVOILE SON ÉTUDE ANNUELL : Zoom sur le marché du foncier rural en Gr..
PU
17/04Point marchés-L'Europe à des plus hauts, soutenue par la croissance chinoise
RE
17/04Plus de 800 millions d'euros de dons pour la reconstruction de Notre-Dame
AW
16/04Ferretti songe à une IPO et prévoit un hors-bord pour Notre-Dame
RE
16/04Bank of America publie des résultats mitigés
RE
16/04BNP PARIBAS : Charte « Seine-Saint-Denis égalité » signée par le Département de ..
PU
16/04Entreprises et grandes fortunes se mobilisent pour reconstruire Notre-Dame
AW
16/04Fortunes et entreprises se mobilisent pour la reconstruction de Notre-Dame
AW
16/04BNP PARIBAS : Arval nomme une Directrice commerciale
AO
15/04USA/SANCTIONS : UniCredit va verser 1,3 milliard de dollars et plaider coupable
RE
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur BNP PARIBAS
Plus de recommandations
Données financières (€)
CA 2019 43 298 M
EBIT 2019 12 991 M
Résultat net 2019 7 219 M
Dette 2019 -
Rendement 2019 6,12%
PER 2019 8,63
PER 2020 7,83
Capi. / CA 2019 1,41x
Capi. / CA 2020 1,38x
Capitalisation 61 221 M
Graphique BNP PARIBAS
Durée : Période :
BNP Paribas : Graphique analyse technique BNP Paribas | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique BNP PARIBAS
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreHaussièreBaissière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 24
Objectif de cours Moyen 53,6 €
Ecart / Objectif Moyen 9,3%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Jean-Laurent Bonnafé Chief Executive Officer & Director
Jean Lemierre Chairman
Philippe Bordenave Chief Operating Officer & Director
Denis Kessler Director
Jane Fields Wicker-Miurin Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
BNP PARIBAS24.09%68 843
JP MORGAN CHASE & COMPANY16.23%368 503
INDUSTRIAL AND COMMERCIAL BANK OF CHINA10.21%306 958
BANK OF AMERICA21.88%287 339
CHINA CONSTRUCTION BANK CORPORATION15.70%242 714
WELLS FARGO3.26%216 106