Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nyse  >  Boeing Company (The)    BA

BOEING COMPANY (THE) (BA)
Mes dernières consult.
Top consult.
  Rapport  
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésAnalysesAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
Synthèse actualitéToute l'actualitéInterviewsCommuniqués sociétéPublications officiellesActualités du secteur

En Chine, le porc et le boeuf américains victimes de la guerre commerciale

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
2
0
12/08/2018 | 12:39

SHANGHAI (awp/afp) - Taxés par Pékin de droits de douane prohibitifs, le porc et le boeuf américains voient leur prix s'envoler et leur popularité fondre en Chine... au profit de viandes australiennes ou sud-américaines, moins onéreuses et soudain prisées.

Les produits "américains sont devenus tellement hors de prix que nous allons nous approvisionner ailleurs", explique sans ambages Zhang Lihui, directeur à Shanghai du distributeur mondial de viande PMI Foods.

"Pour le boeuf, nous allons acheter davantage de morceaux venant d'Australie, d'Amérique du sud, et même un peu plus du Canada...", sourit-il. PMI Foods a déjà cessé d'importer du porc des Etats-Unis.

Dans la guerre commerciale qui oppose le géant asiatique et les Etats-Unis, les taxes imposées depuis juillet par les autorités chinoises sur les importations de viande américaine la rendent souvent inabordable.

Ce qui "profitera assurément" aux autres pays proposant des alternatives, au détriment des Etats-Unis, souligne M. Zhang.

Steaks à Shanghai

Si l'issue de la guerre commerciale, qui pénalise un nombre croissant de secteurs, reste difficile à prédire, les exportateurs américains --pour qui le colossal marché chinois reste crucial-- devraient être sévèrement pénalisés.

Avant l'entrée en vigueur des tarifs douaniers chinois, les Etats-Unis ont ainsi exporté en juin vers la Chine pour 140 millions de dollars de porc, boeuf et produits associés, soit 10% de leurs exportations dans ce domaine, selon la Fédération américaine des exportateurs de viande.

Par ailleurs, Pékin tend à cibler des produits comme la viande, le soja, le blé ou des composants pétro-chimiques, qu'il peut commodément se procurer ailleurs sur le marché mondial, insiste Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics.

"En imposant des sanctions douanières, vous essayez de faire mal à l'autre partie sans trop nuire à vos propres intérêts", souligne-t-il, prédisant un "vaste remaniement des flux commerciaux".

L'impact sur le prix des importations chinoises, cependant, devrait rester négligeable, ajoute M. Evans-Pritchard, estimant qu'une partie des fournisseurs américains absorberont eux-mêmes les coûts des surtaxes douanières pour épargner leurs clients et ne pas éroder trop leurs ventes.

C'est justement ce dont bénéficie Lin Zhengu, propriétaire et chef-cuisinier du restaurant shanghaïen haut de gamme Stone Sal, réputé pour ses steaks de boeuf américain et australien.

Le coût des morceaux de boeuf américain premium s'est déjà envolé de 30 à 40% en l'espace d'un mois en raison des droits de douane, soupire M. Lin. Mais ses fournisseurs aux Etats-Unis ont décidé d'assumer ce surcoût plutôt que de renchérir drastiquement leurs prix de vente.

Dans ces conditions, le restaurant de M. Lin peut se permettre d'acheter encore du boeuf de l'autre côté du Pacifique: "La seule chose qui nous forcerait à prendre nos viandes ailleurs, c'est si les portes se fermaient entièrement. Pour le moment, nous préférons continuer à travailler avec ces fournisseurs et ces fermes" aux Etats-Unis, explique-t-il à l'AFP.

Origines de substitution

La Chine pourrait également être tentée de s'attaquer aux très lucratives exportations américaines dans l'aéronautique, en privilégiant les achats d'appareils Airbus à ceux de Boeing, ou de favoriser les marques automobiles européennes ou japonaises --Pékin complique déjà l'arrivée des lots de voitures américaines.

Enfin, le soja, que la deuxième économie mondiale achète massivement aux Etats-Unis pour les besoins de ses élevages en plein boom, n'est pas irremplaçable: le mastodonte chinois de l'agroalimentaire Cofco a confirmé accroître ses achats de soja au Brésil, et d'autres céréales auprès de l'Ukraine et de la Russie.

Même son de cloche chez Shanghai Xinshangshi International Trade Co, important importateur alimentaire qui avait acheté pour 40 millions de dollars de boeuf et de porc aux Etats-Unis l'an dernier: il se tourne désormais vers l'Europe, l'Australie et l'Amérique latine, selon son directeur général Xu Wei.

"Nous pallierons très bientôt le manque" avec des origines de substitution, a expliqué M. Xu. "Ce seront les exportateurs américains" laissés sur le carreaux et privés d'un débouché critique, "qui souffriront le plus", estime-t-il.

Quant au régime communiste, il s'attache à apaiser les inquiétudes sur d'éventuelles pénuries.

Les importations de produits agricoles américains vont chuter, mais "les administrations concernées sont pleinement préparées, et la Chine est entièrement capable de répondre à ses besoins d'huile et de nourriture pour animaux", a assuré le vice-ministre de l'Agriculture Han Jun, cité samedi par le très officiel Quotidien du Peuple.

kwa-dma/jug/nas

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
AIRBUS SE 0.09%106.46 Cours en temps réel.28.14%
BOEING COMPANY (THE) 0.24%366.13 Cours en différé.23.29%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
2
0
Réactions à cet article
Réagir
Publier
loader
bubu70
Le 12/08/2018 à 17:30
arrow option
Par ici les vaches normandes ...
1
  
guerberand
Le 12/08/2018 à 17:22
arrow option
La Chine est encore communiste ???, un mot de trop de la part de journaleux à la botte de l' autre. L' humanité s' approche du caniveau et le Donald avec...!
  
  
Toute l'actualité sur BOEING COMPANY (THE)
19/09RPT-Rolls-Royce teste la conversion de locomotives diesel en hybrides
RE
14/09United Technologies entrevoit la conclusion du rachat de Rockwell, réfléchit ..
DJ
13/09Le dir commercial d'Airbus remplacé au pied levé par le pdt d'ATR
RE
13/09AIRBUS : Le nouveau directeur commercial sur le départ
RE
13/09BOEING : signe un contrat de 195 M$ avec l'US Navy
CF
12/09BOEING : 99 commandes et 64 livraisons en août
CF
12/09BOEING : ferme une usine à l’approche de l’ouragan Florence
AO
12/09BOEING : ferme une usine en Caroline du Sud avant l'ouragan Florence
RE
11/09Boeing-Rebond des livraisons de 737 en août, à 48 unités
RE
11/09BOEING : remporte un contrat de 2,9 milliards de dollars pour 18 KC-46A
AO
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur BOEING COMPANY (THE)
Plus de recommandations
Données financières ($)
CA 2018 98 632 M
EBIT 2018 11 443 M
Résultat net 2018 9 760 M
Dette 2018 3 339 M
Rendement 2018 1,85%
PER 2018 22,14
PER 2019 18,86
VE / CA 2018 2,16x
VE / CA 2019 2,02x
Capitalisation 210 Mrd
Graphique BOEING COMPANY (THE)
Durée : Période :
Boeing Company (The) : Graphique analyse technique Boeing Company (The) | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique BOEING COMPANY (THE)
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreNeutreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 26
Objectif de cours Moyen 413 $
Ecart / Objectif Moyen 13%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Dennis A. Muilenburg Chairman, President & Chief Executive Officer
Jenette E. Ramos Senior Vice President-Supply Chain & Operations
Theodore Colbert Chief Information Officer & SVP-Data Analytics
Gregory L. Hyslop CTO, Senior VP-Engineering, Test & Technology
Kenneth M. Duberstein Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
BOEING COMPANY (THE)23.29%209 822
AIRBUS SE28.14%96 452
TEXTRON26.45%17 816
DASSAULT AVIATION23.04%15 506
AVIC ELECTROMECHANICAL SYSTEMS CO LTD--.--%4 583
AVICHINA INDUSTRY & TECHNOLOGY CO LTD17.18%3 740