Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Euronext Paris  >  Ipsos    IPS   FR0000073298

IPSOS

(IPS)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

Allemagne: le coup de barre à gauche du SPD fragilise la coalition Merkel

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
30/11/2019 | 19:24

ajoute réactions, souhait de Scholz de rester ministre

BERLIN (awp/afp) - Coup de barre à gauche chez les sociaux-démocrates allemands: les militants ont élu samedi un tandem de dirigeants critiques à l'égard de la coalition d'Angela Merkel, au détriment de l'actuel ministre des Finances, partisan du statu quo.

Encore inconnus du grand public il y a quelques semaines, Saskia Esken et Norbert Walter-Borjans ont obtenu 53,06% des voix, contre 45,33% pour le ministre et vice-chancelier Olaf Scholz et Klara Geywitz, une élue locale de l'ex-RDA.

Quelque 54% des 426.630 militants du parti, créé sous ce nom en 1890, ont participé à ce second tour. Les deux nouveaux présidents, pour la première fois un tandem paritaire, seront officiellement investis lors d'un congrès organisé du 6 au 8 décembre à Berlin.

Les vainqueurs ont promis de leur "tendre la main" pour maintenir la "cohésion" du parti, distancé dans les sondages par la droite et les écologistes, et au coude à coude avec l'extrême droite.

Scholz veut rester ministre

Ce second tour constitue un coup de tonnerre pour la chancelière Merkel, au pouvoir depuis 14 ans et qui compte gouverner jusqu'à la fin de la législature en 2021, avant de se retirer de la politique.

Mme Esken et M. Walter-Borjans, tenants d'une ligne plus à gauche, veulent en effet renégocier l'accord de coalition conclu entre le SPD et les conservateurs de la CDU-CSU en 2018. Ce qu'exclut la direction de la CDU.

"Nous avons créé une base (avec le SPD). La décision d'aujourd'hui n'a rien changé à cette fondation", a ainsi réagi le secrétaire général de la CDU, Paul Ziemiak.

Les militants devront se prononcer dans une semaine, lors du congrès à Berlin, sur le bilan du gouvernement à mi-mandat et voter sur un maintien ou une sortie de l'alliance au pouvoir.

Dépourvu de charisme, surnommé "Scholz l'automate" pour sa propension à aligner des éléments de langage, M. Scholz, partisan d'un maintien dans la coalition, apparaissait comme le choix de la continuité.

Ancien maire de Hambourg, son poste actuel de ministre des Finances pourrait être fragilisé par cette défaite, bien qu'il souhaite rester en place, selon le groupe de médias Funke.

Il était le seul poids lourd social-démocrate en lice dans cette élection, provoquée par la démission fracassante au printemps de la précédente présidente, Andrea Nahles, après un scrutin européen catastrophique.

Malgré des mesures récentes pour augmenter le minimum de retraite, les deux nouveaux dirigeants, des élus locaux tenants de la lutte contre l'extrême droite et l'évasion fiscale, critiquent la politique du "zéro endettement", un totem en Allemagne. Ils déplorent aussi la timidité de l'actuel gouvernement en matière environnementale.

Soutien des pro-climat

Le duo était d'ailleurs soutenu par les très remuants Jeunes socialistes ainsi que par la branche allemande de Fridays for future, le mouvement pro-climat initié par la Suédoise Greta Thunberg, très suivi en Allemagne.

Les deux nouveaux dirigeant demandent notamment des investissements supplémentaires à hauteur d'un milliard d'euros en faveur du climat et des infrastructures. Ils souhaitent aussi que le salaire minimum soit porté à 12 euros, contre environ 8,8 euros actuellement.

Si la droite continue d'opposer une fin de non-recevoir, le SPD pourrait décider de sortir de la coalition. Mme Merkel pourrait alors tenter de former un gouvernement minoritaire.

De nouvelles élections avant le terme de la législature seraient également envisageables, un mauvais timing avant la présidence de l'Union européenne que doit assurer l'Allemagne en 2020.

"L'Allemagne va être confrontée à de nouvelles élections ou à un gouvernement minoritaire", a ainsi prédit le parti libéral FDP, convaincu que touche à sa fin la grande coalition entre conservateurs et sociaux-démocrates, formée dans la douleur il y a un an et demi.

"Ce n'est plus une +Groko+ (grande coalition), c'est une +Kleinko+ (une petite coalition) et bientôt ce sera une +Noko+", a asséné Jörg Meuthen, co-dirigeant du parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD).

Quelque 57% des sympathisants du SPD seraient favorables à un maintien dans l'équipe Merkel, selon un récent sondage Ipsos. Mais le résultat de cette élection, qu'aucun sondage n'avait prédit, pourrait rebattre les cartes.

mat/thm

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur IPSOS
10:07EN DIRECT DES MARCHES : Safran, Carrefour, Air France, Valneva, Nokia, Micros..
09:12Les valeurs à suivre aujourd'hui à la Bourse de Paris Jeudi 27 février 2020
AO
09:04BOURSE DE PARIS : Coronavirus, peur sur Wall Street
08:57BOURSE DE PARIS : Les valeurs à suivre à Paris et en Europe
RE
08:09IPSOS : A suivre aujourd'hui
AO
26/02IPSOS : prévoit un impact du coronavirus en Chine mais confirme ses objectifs 20..
DJ
26/02IPSOS : confirme ses objectifs de croissance organique pour 2020
AO
26/02Les valeurs à suivre demain à la Bourse de Paris Jeudi 27 février 2020
AO
26/02IPSOS : estime être en mesure de préserver ses objectifs 2020
CF
26/02IPSOS : impacté en Chine selon la durée de l’épidémie
RE
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur IPSOS
Plus de recommandations
Données financières (EUR)
CA 2020 2 078 M
EBIT 2020 208 M
Résultat net 2020 134 M
Dette 2020 529 M
Rendement 2020 3,42%
PER 2020 9,37x
PER 2021 8,71x
VE / CA2020 0,85x
VE / CA2021 0,80x
Capitalisation 1 247 M
Graphique IPSOS
Durée : Période :
Ipsos : Graphique analyse technique Ipsos | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique IPSOS
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesNeutreHaussièreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACHETER
Nombre d'Analystes 7
Objectif de cours Moyen 33,76  €
Dernier Cours de Cloture 28,40  €
Ecart / Objectif Haut 33,8%
Ecart / Objectif Moyen 18,9%
Ecart / Objectif Bas 5,63%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Didier Michel Truchot Chairman, President & Chief Executive Officer
Laurence Stoclet Chief Financial Officer, Director & Deputy CEO
Neville Rademeyer Global Chief Information Officer
Henry Letulle Director
Patrick Artus Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
IPSOS-1.90%1 357
OMNICOM GROUP, INC.,-10.63%15 703
WPP GROUP-14.82%14 355
PUBLICIS GROUPE-6.34%9 743
THE INTERPUBLIC GROUP OF COMPANIES, INC.0.22%8 916
JCDECAUX-20.52%5 058