Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nasdaq  >  Netflix, Inc.    NFLX

NETFLIX, INC.

(NFLX)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

Mercedes et Lewis Hamilton tuent-ils l'intérêt de la F1 ?

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
03/11/2019 | 22:37

PARIS (awp/afp) - Une domination implacable: depuis l'introduction des moteurs hybrides en Formule 1 en 2014, Mercedes a remporté tous les titres constructeurs et Lewis Hamilton cinq sur six chez les pilotes, au risque de tuer l'intérêt pour la discipline.

Avec six doublés consécutifs pilotes et constructeurs, une performance inédite, la marque à l'étoile n'a pas laissé grand chose à ses rivales.

En ajoutant à celles de Hamilton les victoires de ses équipiers Nico Rosberg et Valtteri Bottas, ce sont 88 Grand Prix sur un total de 119 qu'elle aura remporté en six ans.

"Je suis payé pour gagner autant de courses et de titres que possible", affirme Toto Wolff, le patron de l'écurie, tout en concédant que, pour les spectateurs, le suspense n'y est peut-être plus.

"Le nombre de gens qui vous disent: +je ne regarde plus parce que c'est la voiture grise qui va gagner+, c'est monstrueux", lance à ce propos le pilote français Romain Grosjean.

Après une domination écrasante des Flèches d'argent en début de saison, le retour de Red Bull avec Max Verstappen et le réveil de Ferrari ont un peu changé la donne. Mais Hamilton, qui a gagné 10 GP sur 18 en 2019, a quand même été couronné aux Etats-Unis dimanche, alors qu'il reste encore deux épreuves à courir.

"One man show"

Ce n'est pas la première fois qu'une équipe domine outrageusement la F1. McLaren a remporté six titres constructeurs entre 1984 et 1991, Ferrari huit entre 1999 et 2008, Red Bull quatre consécutifs entre 2010 et 2013, juste avant l'avènement de Mercedes.

Mais à l'exception du duel fratricide entre Hamilton et Rosberg, qui a cuminé en 2016, cette domination s'accompagne d'un "one man show" de Hamilton qui ôte beaucoup d'intérêt aux courses.

"Vous allez dire que c'est ennuyeux et je comprends tout à fait", a admis le champion britannique à l'issue du Grand Prix de France qu'il a remporté en juin.

"Mais ne le reprochez pas aux pilotes. Nous n'écrivons pas les règlements. Mettez plutôt la pression sur les décideurs qui devraient faire leur travail. Cela fait de nombreuses années qu'ils font des erreurs", a-t-il ajouté.

Le pilote de 34 ans est sous contrat avec Mercedes jusqu'à la fin 2020, soit l'année d'expiration du règlement actuel qui régit notamment la conception des monoplaces et la répartition des revenus entre les écuries.

Le nouveau fait l'objet de discussions serrées entre les promoteurs américains de la F1, Liberty Media, la Fédération internationale de l'automobile (FIA) et les équipes, mais devrait être entériné d'ici le 31 octobre.

Le but est de rendre les courses plus intéressantes en concevant des voitures pouvant se suivre de près et se dépasser plus facilement grâce à une aérodynamique simplifiée. Il va aussi introduire un plafonnement des dépenses pour réduire les écarts entre grandes et petites écuries.

Les pilotes ont été associés à ces discussions, apportant leurs suggestions, même si Hamilton constate que "cela n'a pas fait beaucoup de différence".

"Coup de boost"

Il n'est pas le seul à se plaindre des F1 actuelles. L'Allemand Sebastian Vettel, aujourd'hui chez Ferrari après avoir conquis quatre titres pilotes chez Red Bull entre 2010 et 2013, ne les aime pas beaucoup non plus.

"Ramenez ces sacrés V12", s'est-il exclamé alors qu'il était contraint à l'abandon sur défaillance d'un élément de son moteur hybride lors du Grand Prix de Russie fin septembre.

Même s'il s'est empressé ensuite de concéder que cela serait impossible, il accrédite l'idée que les F1 ne sont pas seulement ennuyeuses pour ceux qui les regardent tourner mais aussi pour ceux qui les conduisent.

Reste le "show" que représente la catégorie reine du sport automobile, sa débauche de technologie et les luttes en coulisses entre constructeurs et pilotes. Netflix y a consacré l'an dernier une série documentaire qui a rencontré un certain succès et qui connaîtra une suite cette saison.

Cela "a remis un coup de +boost+ qui était vraiment bien, les gens ont vu quelque chose de nouveau de la F1 qu'ils n'avaient jamais vu", se réjouit Grosjean, résumant le sentiment général.

pel-jld/rbj

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ACCOR -9.85%26.26 Cours en temps réel.-37.10%
FERRARI N.V. -4.55%150.03 Cours en différé.-9.37%
NETFLIX, INC. -1.62%357.12 Cours en différé.10.37%
TOTO LTD. 8.07%3415 Cours en clôture.4.92%
US DOLLAR / RUSSIAN ROUBLE (USD/RUB) 1.72%78.7 Cours en différé.24.89%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur NETFLIX, INC.
27/03CORONAVIRUS : le fil des actus positives
23/03EN DIRECT DES MARCHES : Airbus, Renault, Vallourec, Carrefour, Gecina, Walt D..
23/03Plus c'est court, plus c'est bon
22/03Facebook réduit à son tour ses débits en Europe pour éviter la congestion
AW
22/03DISNEY+ : lancement en France reporté, qualité de diffusion en Europe réduite
RE
22/03CORONAVIRUS : commerce en ligne, tech et services privés seront-ils les grands
AW
22/03L'essentiel de l'actualite a 06h00 gmt (22/03)
RE
22/03L'essentiel de l'actualite a 03h00 gmt (22/03)
RE
22/03DISNEY+ : lancement en France reporté, qualité de diffusion en Europe réduite
RE
21/03Disney+ reporte son lancement en France au 7 avril
RE
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur NETFLIX, INC.
Plus de recommandations
Données financières (USD)
CA 2020 24 314 M
EBIT 2020 3 923 M
Résultat net 2020 2 714 M
Dette 2020 12 116 M
Rendement 2020 -
PER 2020 59,6x
PER 2021 42,7x
VE / CA2020 6,94x
VE / CA2021 5,92x
Capitalisation 157 Mrd
Graphique NETFLIX, INC.
Durée : Période :
Netflix, Inc. : Graphique analyse technique Netflix, Inc. | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique NETFLIX, INC.
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesNeutreNeutreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 43
Objectif de cours Moyen 369,26  $
Dernier Cours de Cloture 357,12  $
Ecart / Objectif Haut 23,2%
Ecart / Objectif Moyen 3,40%
Ecart / Objectif Bas -58,0%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Wilmot Reed Hastings Chairman, President, & Chief Executive Officer
Spencer Adam Neumann Chief Financial Officer
Jay Crandall Hoag Lead Independent Director
Richard N. Barton Independent Director
Timothy M. Haley Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
NETFLIX, INC.10.37%156 707
TENCENT HOLDINGS LIMITED1.16%468 515
NASPERS LIMITED1.30%60 698
UBER TECHNOLOGIES, INC.-8.27%47 025
SPOTIFY TECHNOLOGY S.A.-18.06%22 765
COSTAR GROUP, INC.-2.89%21 290