Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Tokyo  >  Olympus Corp    7733   JP3201200007

OLYMPUS CORP

(7733)
  Rapport  
SynthèseGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteur

La sidérurgie européenne face à des vents contraires

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
22/05/2019 | 08:34

Paris (awp/afp) - British Steel placé en faillite mercredi à Londres, abandon du projet de fusion Thyssenkrupp-Tata Steel Europe, résultats mitigés pour ArcelorMittal: les sidérurgistes européens connaissent un début d'année plombé sur fond de ralentissement économique.

La capitale anglaise, où avait retenti un premier coup de tonnerre il y a une semaine lorsque le sidérurgiste britannique British Steel avait reconnu des difficultés de trésorerie, a de nouveau créé la surprise dans la matinée avec l'annonce de la liquidation de British Steel, repreneur de l'aciérie française de Saint-Saulve (ex-Ascoval).

Quelque 4.500 employés du groupe au Royaume-Uni pourraient perdre leur emploi. Mais la reprise de l'aciérie nordiste par une filiale du fonds Greybull Capital, le propriétaire de British Steel, se poursuivra, ont assuré les autorités françaises.

La reprise de l'usine française a été financée par l'Etat, la région Hauts-de-France et l'industriel britannique.

La chute de British Steel, bien que largement liée aux incertitudes liées au Brexit, vient appuyer les dernières prévisions pessimistes d'Eurofer. La fédération européenne du secteur a prévenu début mai que le marché de l'acier dans l'UE connaîtrait un ralentissement cette année avec une baisse de la demande attendue de 0,4%, après une hausse de 3,3% en 2018.

Le marché européen "avait été plutôt dynamique ces dernières années" avec une consommation d'acier qui augmentait en moyenne de 1% à 2% par an, a observé Ambroise Lecat, analyste du cabinet Roland Berger.

Mais aujourd'hui, "on sent un ralentissement industriel assez marqué", en particulier du côté de l'automobile allemande, a-t-il noté. La consommation d'acier en Europe est passée à un régime "au mieux stable et au pire légèrement décroissant vers les moins 1%".

A cette baisse de demande "quand même significative" s'ajoute "une pression à l'importation plus forte", a souligné l'analyste.

La fédération Eurofer a mis en cause la forte hausse des importations que, selon elle, les mesures de sauvegarde pour protéger le marché européen contre le risque de surcapacités en acier, mises en place par l'UE à titre provisoire en juillet 2018 et confirmées en février, n'ont pas permis d'endiguer.

L'an dernier, les importations ont bondi de 12,6% tandis que les ventes intérieures ne progressaient que de 1,7%, a indiqué Eurofer.

taxe carbone en hausse

"Avec une prévision de consommation d'acier en baisse de 0,4% en 2019, la situation des producteurs européens va se détériorer", a alerté le directeur général d'Eurofer, Axel Eggert.

Dans ce contexte, le géant sidérurgique ArcelorMittal a publié début mai des résultats trimestriels toujours dans le vert mais en net recul. Le groupe, qui réclame un renforcement des mesures de sauvegarde, assure que le ralentissement de la demande en Europe a été aggravée par la hausse des importations.

ArcelorMittal, qui s'attend à une baisse de 1% de la demande d'acier en Europe en 2019, a décidé de réduire temporairement sa production, en mettant à l'arrêt son site polonais de Cracovie, pénalisé par les importations d'acier russe, et en réduisant l'activité de celui des Asturies.

La surcapacité mondiale persiste et pèse sur l'acier européen, selon Ambroise Lecat. Mais d'autres facteurs interviennent, dont les prix de l'énergie "pas très favorables en Europe en ce moment" et les montants liés à la taxe carbone qui ont "énormément augmenté".

ArcelorMittal réclame que les importations d'acier dans l'UE soient soumises aux mêmes taxes carbone que les ventes des producteurs européens.

zones d'incertitude

Il y a dix jours, le conglomérat allemand Thyssenkrupp a également enterré son mariage prévu avec les activités européennes de l'indien Tata Steel, faute d'avoir pu convaincre les autorités européennes de la concurrence.

Dans la foulée, Thyssenkrupp a publié des résultats trimestriels janvier-mars en recul dans sa division acier.

Sur le moyen terme, la demande en métaux de base, dont le minerai de fer, va se maintenir, mais actuellement l'économie est dans une phase "attentiste", estime Christian Mion, associé du cabinet EY.

D'autre éléments sont en cause, et en premier lieu, "la Chine (qui) est en clair ralentissement", relève-t-il, alors que ce pays représente entre 40% et 60% de la consommation de la plupart des matières premières.

Ensuite, le contexte géopolitique présente "de grosses zones d'incertitude", dont notamment "l'Europe dans une phase électorale, le Brexit, l'Iran, les relations Chine-Etats-Unis". Ces "éléments anxiogènes freinent un appétit consumériste", juge Christian Mion.

afp/rp

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
OLYMPUS CORP 0.16%1247 Cours en clôture.-62.21%
TATA STEEL -0.15%501.8 Cours en clôture.-3.69%
THYSSENKRUPP -2.53%11.77 Cours en différé.-21.43%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur OLYMPUS CORP
14/06SONY : L'activiste Third Point appelle à une scission des activités
RE
14/06Sony-L'activiste Third Point appelle à une scission des activités
RE
22/05La sidérurgie européenne face à des vents contraires
AW
27/03OLYMPUS CORP : SPLIT: 4 pour 1
FA
27/03OLYMPUS CORP : Détachement de dividende final
FA
28/02Tokyo finit en repli, l'optimisme sur le commerce retombe
AW
08/02BOURSE DE PARIS : Une "distance considérable" entre Washington et Pékin
08/02EN DIRECT DES MARCHES : L'Oréal, Renault, Airbus, Recylex, Amazon, SunTrust, ..
16/01Tokyo finit en repli, le Brexit inquiète
AW
15/01TOKYO : le Nikkei finit en hausse sa première séance de la semaine
AW
Plus d'actualités
Données financières (JPY)
CA 2020 818 Mrd
EBIT 2020 -
Résultat net 2020 70 493 M
Dette 2020 12 496 M
Rendement 2020 0,75%
PER 2020 24,88
PER 2021 21,45
VE / CA 2020 2,18x
VE / CA 2021 2,00x
Capitalisation 1 774 Mrd
Graphique OLYMPUS CORP
Durée : Période :
Olympus Corp : Graphique analyse technique Olympus Corp | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique OLYMPUS CORP
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesNeutreBaissièreBaissière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 16
Objectif de cours Moyen 1 344  JPY
Ecart / Objectif Moyen 3,9%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Hiroyuki Sasa Executive President & Representative Director
Yasuo Takeuchi Chief Financial Officer, Director & Executive VP
Haruo Ogawa Director & Chief Technology Officer
Akihiro Taguchi Director, Manager-Sales & Marketing
Sumitaka Fujita Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
OLYMPUS CORP-62.21%16 635
THERMO FISHER SCIENTIFIC27.91%106 107
DANAHER CORPORATION35.20%94 446
BOSTON SCIENTIFIC CORPORATION14.37%53 248
INTUITIVE SURGICAL3.68%52 907
ILLUMINA14.69%44 647