Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Euronext Paris  >  Orange    ORA   FR0000133308

ORANGE

(ORA)
  Rapport  
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

France Télécom-L'inspection du travail accable la direction

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
09/05/2019 | 18:34

* Troisième jour du procès de sept dirigeants

* On est sur une politique d'entreprise, dit l'inspectrice

* La défense des prévenus dénonce la partialité de l'inspectrice

par Julie Carriat

PARIS, 9 mai (Reuters) - La politique de harcèlement moral génératrice de suicides à France Télécom remonte au sommet de l'entreprise, a déclaré jeudi l'inspectrice du travail qui a signalé l'affaire à la justice, au troisième jour du procès de sept anciens dirigeants.

"Je n'y peux rien", avait déclaré mardi Didier Lombard, l'ancien PDG de 77 ans, évitant des excuses tout en disant le "profond chagrin qui demeurera le (sien) pour ceux qui n'ont pas supporté la transformation".

Pour réduire en trois ans ses effectifs de 22.000 personnes et en transférer 10.000 autres, l'opérateur historique de télécommunications en France a mis en place en 2006-2010 un "crash-plan" en deux parties, "Act" et "Next", soupçonné d'être à l'origine d'une vague de suicides.

L'ordonnance de renvoi en correctionnelle retient le cas de 39 victimes, dont 18 suicides et 13 tentatives de suicide en deux ans, entre avril 2008 et juin 2010.

"Il n'était pas écrit dans 'Act' : 'les managers vont harceler le personnel'", a déclaré à la barre l'inspectrice du travail du siège social de France Télécom, Sylvie Catala, détachée pendant cinq mois pour faire la lumière sur les suicides à l'automne 2009, "mais Act, ça contenait la possibilité en germe de commettre ces agissements".

Les managers ont appliqué avec un zèle variable le plan, a-t-elle noté, citant un rapport du cabinet Technologia qui distingue "les exécutants, les protecteurs et les exécuteurs, qui vont au-delà".

Face à la complexité d'organiser des licenciements dans une entreprise comptant deux tiers de fonctionnaires, et en l'absence d'accord avec les syndicats, la direction a mis l'accent sur les mobilités, contraintes selon les plaignants.

Les fonctionnaires, contrairement aux salariés de droit privé, peuvent en effet être mutés "dans l'intérêt du service".

"UNE POLITIQUE D'ENTREPRISE"

"On demandait au salarié de se trouver un poste (...) après lui avoir signifié que son poste était supprimé", a résumé l'inspectrice du travail, citant des "pratiques brutales". "On est sur une politique d'entreprise, pas sur une décision individuelle de manager."

Affirmant n'avoir jamais rencontré une telle quantité de témoignages écrits de mal-être au travail, elle a déploré que les alertes des médecins du travail, des représentants du personnel ou encore des CHSCT, n'ait pas été suivies.

"Ça aurait dû attirer l'attention, ce n'est pas normal qu'autant de choses se passent sur tout le territoire national et que ce n'est qu'en 2009, ou plus exactement fin 2008, que l'on décide d'y faire quelque chose", a-t-elle déclaré.

Patrick Ackermann, salarié de l'entreprise depuis 32 ans, responsable fédéral SUD et auteur de la première plainte dans cette affaire, a décrit pour sa part une direction aveugle.

"Nous avions face à nous une direction qui refusait de discuter, d'entrevoir même l'idée qu'il y avait des suicides", a-t-il dit à la barre, évoquant la création en 2007 d'un "observatoire du stress et des mobilités" par les syndicats et la création d'un questionnaire rassemblant quelque 3.000 réponses sur le sujet.

Il a évoqué plusieurs suicides. Dès le début des années 2000, celui d'une connaissance, un technicien parisien de 45 ans, James, muté dans un poste moins valorisé, puis hors de Paris ; en 2009, Nicolas Grenoville, 28 ans, qui s'est pendu à Besançon ou Stéphanie, 32 ans, qui s'est défenestrée à Paris.

Après la privatisation de l'entreprise en 2003, "le statut de fonctionnaire dont les gens avaient l'impression qu'il les protégeait corps et âmes d'une certaine manière se révélait une peau vide", a décrit Patrick Ackermann, qui est également partie civile, énumérant les fermetures de sites, mutations forcées et la fin en 2006 des mesures de "congé fin de carrière" qui accompagnaient les départs à partir de 55 ans.

Face à lui, les avocats de France Télécom ont mis en cause la posture du syndicat, qui avait refusé en 2003 de signer un accord sur la gestion de l'emploi et des compétences. Ils ont par ailleurs critiqué l'évaluation de l'inspectrice du travail, dont elle a reconnu elle-même qu'elle était une "compilation de documents", et évoqué ses liens avec les syndicats. (Edité par Yves Clarisse)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Sansdents - Il y a 3 mois arrow option
Les vrais responsables ce sont les Présidents de la République, Premiers Ministres, Ministres, Députés, et sénateurs qui se sont succédés depuis 30 ans et qui ont voté lasse des télécoms en France avec Alcatel aussi, TDF, Pages Jaunes, qu'ils soient au PS, LREM, LR, EELV, etc....et cela continue aujourd'hui.
Et ce sont ces mêmes responsables politiques qui après avoir casser France Telecom pendant 30 ans au seul profit de leurs amis les 3 milliardaires Niel, Bouygues et Drahi qui les servent dans les médias, qui se plaignent aujourd'hui de la multiplication des zones blanches, du retard du déploiement de la Fibre, 4G et demain la 5G et roulent des mécaniques contre le méchant Chinois Huawei, résultat de la politique industrielle forte de la Chine communiste, devenu N°1 mondial des télécoms et de l'Internet et de ses propres GAFAM.
  
  
  • Publier
    loader
Toute l'actualité sur ORANGE
14/08ALTICE : Free pourrait ne plus diffuser BFM TV dès vendredi
CF
14/08ILIAD : Free pourrait couper les chaînes Altice dès vendredi
CF
11/08JAPON : 40 ans après, le légendaire Walkman existe toujours
AW
07/08BERNARD TAPIE : France-Tapie souhaite la saisine de la Cour de justice de l'UE
RE
01/08Bilan légèrement négatif pour la Bourse de Paris en juillet
31/07Altice retrouve la croissance en France, relève ses prévisions
RE
31/07Altice retrouve la croissance en France, relève ses prévisions
RE
27/07DÉPARTS EN VACANCES : circulation "très chargée" samedi, retour à la normale en
AW
27/07Circulation "très chargée" samedi matin vers le sud comme prévu
AW
26/07Vodafone scinde son activité de tours en Europe, envisage une IPO
RE
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur ORANGE
Plus de recommandations
Données financières (EUR)
CA 2019 41 735 M
EBIT 2019 5 545 M
Résultat net 2019 2 696 M
Dette 2019 27 059 M
Rendement 2019 5,30%
PER 2019 13,1x
PER 2020 12,3x
VE / CA2019 1,50x
VE / CA2020 1,47x
Capitalisation 35 706 M
Graphique ORANGE
Durée : Période :
Orange : Graphique analyse technique Orange | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique ORANGE
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreBaissièreBaissière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne ACCUMULER
Nombre d'Analystes 29
Objectif de cours Moyen 16,29  €
Dernier Cours de Cloture 13,46  €
Ecart / Objectif Haut 41,2%
Ecart / Objectif Moyen 21,0%
Ecart / Objectif Bas 0,30%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Stéphane Richard Chairman & Chief Executive Officer
Ramón Fernández CFO, Deputy CEO-Finance & Strategy
Mari-Noëlle Jégo-Laveissière Senior EVP-Innovation, Marketing & Technology
Charles-Henri Filippi Lead Independent Director
Helle Kristoffersen Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
ORANGE-4.91%39 087
VERIZON COMMUNICATIONS0.76%232 857
NIPPON TELEGRAPH AND TELEPHONE CORP11.78%86 652
DEUTSCHE TELEKOM AG0.42%77 135
SAUDI TELECOM COMPANY SJSC--.--%58 659
BCE INC.14.98%41 742