Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Euronext Lisbonne  >  PHarol, SGPS S.A.    PHR   PTPTC0AM0009

PHAROL, SGPS S.A.

(PHR)
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésAgendaSociétéDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurRecommandations des analystes

Télécoms: en Europe, le serpent de mer d'une consolidation transnationale

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
1
30/11/2019 | 09:56

PARIS (awp/afp) - Les récentes rumeurs d'un possible rapprochement entre les opérateurs historiques Deutsche Telekom et Orange ont remis sur le devant de la scène une question lancinante du marché des télécoms européens: une consolidation transfrontalière va-t-elle enfin se réaliser?

Pour nombre d'observateurs, la question est simple: là où trois ou quatre opérateurs se partagent le marché télécoms en Chine ou aux Etats-Unis, ils sont plus d'une centaine à livrer bataille dans les 28 pays de l'Union européenne. Une cause de faiblesse structurelle du secteur pour les défenseurs d'une consolidation à l'échelle européenne.

Pourtant, dans la réalité, peu de tentatives ont pris forme, même si certains opérateurs, Vodafone, Telefonica ou encore Orange, ont réussi à s'implanter dans plusieurs pays du continent.

Une notable exception ces dernières années: le rachat par Vodafone des actifs de l'américain Liberty Global en Europe, validé durant l'été par la Commission européenne et qui permet au groupe britannique de renforcer sa position dans plusieurs pays, en Europe centrale et en Allemagne.

"C'est une opération entre un opérateur plutôt mobile et un autre plutôt fixe qui tentent ainsi de combiner leurs atouts de manière intelligente. Mais il n'y a plus beaucoup de possibilités de ce type en Europe aujourd'hui", souligne Thomas Coudry, analyste télécoms pour Bryan, Garnier and Co.

Certes, au coup par coup, des acquisitions ont pu avoir lieu, à l'image de l'entrée d'Iliad (maison-mère de Free) au capital de l'Irlandais Eir en 2017 ou le rachat de Portugal Telecom par Altice en 2014.

"Il n'y a pas eu beaucoup de regroupements transfrontaliers, c'est avant tout ponctuel. Il est difficile de croire au rapprochement entre mastodontes car les gains sont totalement marginaux, du côté des services administratifs", estime ainsi Julien Miniconi, expert télécoms au sein du cabinet Wavestone.

C'est en réalité la difficulté principale. Là où une consolidation nationale permet de détendre la concurrence et donc d'augmenter les prix, de faire des économies sur les réseaux ou l'acquisition de fréquences, une consolidation transfrontalière permet au mieux de créer de meilleurs conditions de négociations avec les fournisseurs.

Or, bien souvent, les opérateurs ont d'ores et déjà mis en place des structures d'achat en commun, permettant de commander en plus gros volumes auprès des équipementiers par exemple.

Un rapprochement réglementaire nécessaire

En réaction aux rumeurs venues d'Allemagne, le syndicat CFC-CGC d'Orange mercredi ne disait pas autre chose.

"Les synergies entre Orange et Deutsche Telekom sont déjà réalisées à travers de leur filiale commune d'achats. Compte tenu des réglementations pays par pays, il n'y a pas d'autres synergies possibles dans le secteur des télécoms", a expliqué le syndicat dans son communiqué.

"Une des raisons pour lesquelles il n'y a pas beaucoup de possibilités de synergie est que les pays restent très indépendants sur énormément de sujets liés aux télécoms, la réglementation, la gestion des fréquences ou des équipementiers. Pour créer les conditions, il faudrait qu'il y ait déjà une synergie réglementaire et politique", détaille Thomas Coudry.

Or, tant l'attribution des fréquences pour la technologie 5G que la gestion des interrogations autour de l'équipementier chinois Huawei le démontrent: dans les télécoms comme sur beaucoup d'autres sujets, les Etats européens continuent d'avancer en ordre dispersé.

Et la logique concurrentielle au niveau européen, qui favorise avant tout le consommateur en tirant les prix vers le bas, n'incite pas non les opérateurs à vouloir s'étendre.

"Les opérations de rapprochement pour acquérir des parts de marchés avec des ARPU (revenu moyen par abonné, NDLR) qui stagnent n'a plus beaucoup de sens. Aujourd'hui, un peu partout la logique est dans l'abaissement des coûts structurels et une amélioration des marges", rappelle Julien Miniconi.

Comme dans d'autres secteurs d'activité, c'est un changement de doctrine concurrentielle au niveau européen qui pourrait aujourd'hui rebattre les cartes.

"Il faudrait une volonté de favoriser les grands groupes pour les inscrire dans une concurrence internationale, ça demande un changement de pied d'un point de vue concurrentiel et intégrer les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon, NDLR) dans le panorama concurrentiel", insiste Thomas Coudry.

els/tq/spi

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
ALPHABET 2.02%1479.52 Cours en différé.10.46%
ALTICE B 1.49%6.13 Cours en différé.7.54%
ALTICE EUROPE N.V. 1.19%6.108 Cours en différé.6.26%
APPLE INC. 1.11%318.73 Cours en différé.7.35%
DEUTSCHE TELEKOM AG -0.11%14.68 Cours en différé.0.76%
FACEBOOK 0.17%222.14 Cours en différé.8.23%
ILIAD 1.69%123 Cours en temps réel.6.45%
LIBERTY GLOBAL PLC -1.49%21.15 Cours en différé.-6.99%
ORANGE 1.36%13.03 Cours en temps réel.-0.69%
PHAROL, SGPS S.A. -0.59%0.1012 Cours en différé.1.61%
TELEFONICA 0.82%6.15 Cours en clôture.-1.24%
VODAFONE GROUP PLC -0.84%154.38 Cours en différé.5.19%
WAVESTONE 0.00%26.6 Cours en temps réel.2.31%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
1
Réagir à cet article
Sansdents - Il y a 1 mois arrow option
La CGC, comme la CFDT et FO, et hélas la CGT, sont membres de la bureaucratique CES, qui massivement financée par l'UE interdit toute remise en cause de l'idéologie suicidaire de la concurrence dite libre et non faussée, qui a abouti à la privatisation et à la casse en règle de FT/Orange et cela continue.
D'ailleurs le CA d'Orange et de DT qui étaient similaires il y a 25 ans ont complètement divergé.
Celui de FT transformé en l'agrume Orange a baissé en 10 ans de12 milliards avec la complicité des énarques mis en place par Sarkozy, Hollande et Macron en favorisant les 3 milliardaires Niel, Drahi, et Bouygues.
A l'inverse celui de DT n'a cessé d'augmenter avec des prix en Allemagne 2 fois plus élevés et 4 ou 5 fois plus élevés aux USA qui représente aujourd’hui plus de 50% du CA de DT surtout après le rachat de SPRINT, ce qui fait qu’aujourd’hui le CA de DT est plus du double de celui d’Orange.
Cela serait donc un rachat d’Orange par DT qui n’a en outre aucune envie de racheter Orange, avec des prix en France les plus bas d’Europe, une pression règlementaire la plus forte et anti-opérateur historique du monde, et des aventures Africaines et bancaires ruineuses pour Orange.
  
  
  • Publier
    loader
Toute l'actualité sur PHAROL, SGPS S.A.
2019TÉLÉCOMS : en Europe, le serpent de mer d'une consolidation transnationale
AW
2018PHAROL SGPS SA : publication des résultats semestriels
2018Altice échoue à reprendre la télévision N.1 au Portugal
AW
2018Le rachat de Media Capital par Altice compromis après les réserves du régulat..
AW
2018PHAROL SGPS SA : publication des résultats trimestriels
2017PHAROL SGPS SA : publication des résultats semestriels
2017Des milliers de salariés de Portugal Telecom protestent contre Altice
AW
2017Altice met la main sur la chaîne TV la plus regardée au Portugal
AW
2017Altice rachète le portugais Media Capital valorisé 440 mio EUR
AW
2017Le français Altice entre en fanfare à Wall Street
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur PHAROL, SGPS S.A.
Plus de recommandations
Graphique PHAROL, SGPS S.A.
Durée : Période :
PHarol, SGPS S.A. : Graphique analyse technique PHarol, SGPS S.A. | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique PHAROL, SGPS S.A.
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesNeutreBaissièreBaissière
Dirigeants
Nom Titre
Luís Maria Viana Palha da Silva Chairman & Managing Director
Maria do Rosário Amado Pinto Correia Independent Director
Pedro Zañartu Gubert Morais Leitão Independent Director
Jorge Augusto Santiago das Neves Independent Director
Nelson Sequeiros Rodriguez Tanure Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
PHAROL, SGPS S.A.1.61%97
VERIZON COMMUNICATIONS-2.07%248 685
NIPPON TELEGRAPH AND TELEPHONE CORPORATION2.67%93 394
DEUTSCHE TELEKOM AG0.76%77 226
SAUDI TELECOM COMPANY SJSC--.--%52 508
BCE INC.2.31%42 939