Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Swiss Exchange  >  Schweizerische Nationalbank    SNBN   CH0001319265

SCHWEIZERISCHE NATIONALBANK

(SNBN)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésSociétéFinancesDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurRecommandations des analystes

Schweizerische Nationalbank : Investissements directs en 2015

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
16/12/2016 | 09:08
Communiqué de presse Communication

Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch

Zurich, le 16 décembre 2016

Investissements directs en 2015 Investissements directs suisses à l'étranger

En 2015, les entreprises domiciliées en Suisse (entreprises résidentes) ont investi

100 milliards de francs à l'étranger (en 2014, elles avaient rapatrié 1 milliard de francs). Les investissements directs suisses à l'étranger sont ainsi sensiblement supérieurs à la moyenne des dix dernières années. Ils ont été réalisés pour plus de la moitié (54 milliards de francs, contre 3 milliards en 2014) par les sociétés financières et holdings. Il n'est pas rare que les investissements directs de ce groupe de branches présentent des fluctuations importantes, souvent dues à des restructurations au sein de groupes, comme lors de l'exercice sous revue. Les entreprises du groupe de branches Commerce ont investi 27 milliards de francs à l'étranger, pour l'essentiel en accordant des crédits à leurs sociétés sœurs et à leurs filiales. Dans l'industrie, les investissements directs se sont élevés à 12 milliards de francs. Ils ont été principalement composés de bénéfices réinvestis par les entreprises résidentes dans leurs filiales non résidentes. En outre, les entreprises de ce secteur ont réalisé de vastes acquisitions à l'étranger, mais ces montants ont été compensés par des retraits de capitaux de leurs filiales pour des montants équivalents.

Les entreprises résidentes ont investi 77 milliards de francs dans des entreprises domiciliées en Europe. Les pays de destination ont été, comme l'année précédente, des pays de l'Union européenne (UE) hébergeant de nombreux holdings (Irlande, Pays-Bas et Luxembourg), mais également la France. Hors d'Europe, l'Asie a été la principale destination. Des investissements ont également été réalisés en Australie, en Amérique du Nord et en Afrique, tandis que des capitaux ont été retirés d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud.

Communiqué de presse

Les stocks d'investissements directs à l'étranger ont augmenté de 47 milliards pour atteindre 1 121 milliards de francs (+4%)1. Cette croissance résulte des flux d'investissements directs et de pertes de change enregistrées à la suite de la suppression du cours plancher par la Banque nationale. C'est le groupe de branches Sociétés financières et holdings qui détient le stock d'investissements directs le plus élevé, à savoir 393 milliards de francs, suivi par le groupe de branches Chimie et plastique, avec 169 milliards.

Les revenus tirés des investissements directs à l'étranger ont poursuivi leur progression, passant de 83 milliards à 92 milliards de francs. Cette évolution s'explique essentiellement par l'augmentation des revenus enregistrés dans les filiales non résidentes des sociétés financières et holdings. Dans l'industrie, les revenus de capitaux des filiales non résidentes se sont inscrits au niveau de l'année précédente.

Investissements directs étrangers en Suisse

Les entreprises non résidentes ont investi 68 milliards de francs en Suisse (2014: 8 milliards), dont 44 milliards dans des sociétés financières et holdings. Elles ont réalisé des investissements à hauteur de 13 milliards de francs respectivement dans l'industrie et dans le groupe de branches Commerce. Pour ce dernier ainsi que pour les sociétés financières et holdings, une partie importante des flux est liée à des restructurations au sein de groupes, tandis que dans l'industrie, les acquisitions ont été déterminantes. Les investissements dans des entreprises résidentes ont été réalisés sous la forme de capitaux de participation et de bénéfices réinvestis. Dans le même temps, des désinvestissements ont été effectués, sous la forme de crédits accordés par des filiales résidentes à leur maison mère non résidente.

En 2015, les stocks d'investissements directs étrangers en Suisse ont augmenté de

62 milliards, s'établissant à 833 milliards de francs (+8%). Si l'on prend en compte le pays de l'investisseur immédiat, les investisseurs domiciliés dans l'UE détenaient 78% des stocks d'investissements directs, et ceux domiciliés aux Etats-Unis, 12%. Toutefois, ce critère de ventilation ne permet pas de connaître véritablement les pays d'origine des investisseurs qui contrôlent des entreprises domiciliées en Suisse. En effet, les stocks d'investissements directs étrangers en Suisse sont majoritairement détenus au moyen de sociétés intermédiaires, elles- mêmes contrôlées par des groupes établis dans des pays tiers. C'est pourquoi la Banque nationale suisse publie également les stocks d'investissements directs en Suisse selon le pays de l'investisseur ultime. Si l'on applique ce critère de ventilation, on constate que la part de l'UE ne s'élève plus qu'à 42%, tandis que celle des Etats-Unis atteint 37%.

Les revenus de capitaux découlant des investissements directs étrangers en Suisse ont porté sur 61 milliards de francs, contre 67 milliards l'année précédente. Ce recul est dû surtout à la baisse des revenus des sociétés financières et holdings ainsi que des banques.

  1. En termes de stocks détenus, la Suisse compte parmi les dix principaux investisseurs directs mondiaux (source: FMI, cdis.imf.org).

    Communiqué de presse Données opérationnelles sur les entreprises multinationales

    Les entreprises résidentes occupaient 2 015 000 personnes dans leurs filiales non résidentes, dont 853 000 en Europe (42%) et 538 000 en Asie (27%). Les effectifs employés ont progressé de 51 000 (+3%). Leur augmentation a été à peu près conforme à la moyenne des dix dernières années en Europe, supérieure en Amérique et en Afrique, et bien inférieure en Asie.

    En 2015, les entreprises en mains étrangères employaient 457 000 personnes (-1 000 environ), soit quelque 9% de l'ensemble des effectifs de l'industrie et des services en Suisse. Ces personnes étaient employées par environ 11 600 entreprises en mains étrangères, soit un peu plus de 2% de l'ensemble des entreprises de l'industrie et des services2. Parmi ces entreprises, 73% étaient contrôlées par des investisseurs domiciliés dans l'UE, dont 22% en Allemagne, de loin le principal pays d'origine.

    Disponibilité et révisions des données

    Des tableaux détaillés sur les investissements directs et les données opérationnelles des entreprises multinationales sont présentés sur le portail de données de la Banque nationale suisse (data.snb.ch), à la section Relations économiques internationales. Les données sont intégrées dans des tableaux paramétrables. Elles sont actuellement disponibles pour les années 1998 à 2015. Après une interruption d'une année, l'édition 2015 du rapport sur les investissements directs comprend de nouveau des données opérationnelles sur les sociétés mères résidentes ainsi que sur le nombre d'entreprises dont le capital est majoritairement détenu par des investisseurs directs non résidents. Les deux tableaux correspondants sont également publiés, pour la première fois, sur le portail de données. Celui-ci comprend aussi, sous Commentaires ‒ Relations économiques internationales, des éléments sur les méthodes utilisées.

    La publication du rapport 2015 donne lieu, comme chaque année, à la révision des chiffres de l'année précédente (2014) ainsi que de séries plus anciennes (2011-2013). Ces révisions sont nécessaires du fait que certaines informations sur des événements ou des structures de groupes relatives aux entreprises interrogées ne sont connues qu'après le bouclage de l'édition de l'année précédente. Les révisions pour l'année 2014 ont surtout concerné les stocks d'investissements directs, et particulièrement les sociétés financières et holdings (résidentes et non résidentes) ainsi que les groupes de branches Autres industries et construction (entreprises non résidentes) et Commerce (entreprises résidentes).

  2. Sources: Statistique structurelle des entreprises (STATENT) de l'Office fédéral de la statistique, Neuchâtel, et statistique de l'emploi de l'office de la statistique (Amt für Statistik), Vaduz. (Etat 2014; total 527 000 entreprises).

Communiqué de presse

INVESTISSEMENTS DIRECTS EN 2015: APERÇU

2014

2015

Investissements directs suisses à l'étranger

Flux d'investissements directs en milliards de francs

-1,0

100,1

Stock d'investissements directs en milliards de francs

1 073,6

1 120,8

Revenus de capitaux en milliards de francs

82,9

92,2

Investissements directs étrangers en Suisse

Flux d'investissements directs en milliards de francs

7,4

67,8

Stock d'investissements directs en milliards de francs

770,6

833,2

Revenus de capitaux en milliards de francs

66,6

61,4

Données opérationnelles sur les filiales non résidentes d'entreprises résidentes

Effectifs en milliers de personnes

1 963,6

2 015,2

Données opérationnelles sur les filiales résidentes d'entreprises non résidentes1

Effectifs en milliers de personnes

458,1

456,6

Nombre d'entreprises en Suisse

11 576

11 632

1 Y compris les entreprises qui n'entrent pas dans la statistique des investissements directs du fait qu'elles n'atteignent pas le seuil déterminant pour la participation aux enquêtes dans ce domaine.

Le rapport 2015 sur les investissements directs est disponible à partir du 16 décembre 2016 sur Internet, à l'adresse www.snb.ch, Statistiques/Publication de données statistiques. Une version imprimée pourra être obtenue auprès de la Banque nationale dès le 21 décembre 2016.

La Sté BNS - Banque Nationale Suisse a publié ce contenu, le 16 December 2016, et est seule responsable des informations qui y sont renfermées.
Les contenus ont été diffusés par Public non remaniés et non révisés, le16 December 2016 08:08:06 UTC.

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur SCHWEIZERISCHE NATIONALBAN
31/07La BNS se rattrape et réalise un bénéfice de 0,8 milliard au 1er semestre
AW
31/07Corr La BNS se rattrape et réalise un bénéfice de 0,8 milliard au 1er semestr..
AW
31/07La BNS se rattrape et réalise un bénéfice de 0,8 milliard au premier semestre
AW
14/07BNS : les taux négatifs ne sont pas près de disparaître
AW
29/06La BNS adapte son taux spécial, injection ponctuelle de liquidités
AW
29/06Repli de l'excédent des transactions courantes au 1er trimestre
AW
25/06Les banques cantonales et Raiffeisen grandes gagnantes en 2019
AW
18/06La BNS maintient son cap malgré l'amoncellement de nuages
AW
18/06L'économie suisse devrait fortement reculer en 2020, selon la BNS
AW
18/06La BNS reconduit sa politique monétaire, fait le point sur les crédits Covid-..
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur SCHWEIZERISCHE NATIONALBAN
Plus de recommandations
Données financières
CA 2019 49 247 M 53 782 M 45 780 M
Résultat net 2019 48 852 M 53 350 M 45 413 M
Tréso. nette 2019 20 255 M 22 120 M 18 829 M
PER 2019 0,01x
Rendement 2019 0,28%
Capitalisation 504 M 551 M 469 M
VE / CA 2018 0,29x
VE / CA 2019 -0,40x
Nbr Employés 813
Flottant 76,7%
Graphique SCHWEIZERISCHE NATIONALBANK
Durée : Période :
Schweizerische Nationalbank : Graphique analyse technique Schweizerische Nationalbank | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique SCHWEIZERISCHE NATIONALBAN
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreNeutreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Dirigeants
Nom Titre
Thomas Jakob Ulrich Jordan Chairman-Governing Board
Sébastien Kraenzlin Director-Banking Operations
Philippe Landucci Director-Information Technology
Monika Bütler Member-Bank Council
Olivier Steimer Vice President-Bank Council
Secteur et Concurrence