Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nyse  >  The New York Times Company    NYT

THE NEW YORK TIMES COMPANY

(NYT)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurRecommandations des analystes

Cinq ans après Charlie, le dessin de presse dans une mauvaise passe

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
04/01/2020 | 10:12

PARIS (awp/afp) - Cinq ans après la tuerie à Charlie Hebdo et malgré la vague de soutien à la liberté d'expression qui s'en est suivie, le dessin de presse reste un genre menacé, entre des journaux de plus en plus frileux et des réseaux sociaux prompts à l'indignation.

"Partout, un vent mauvais souffle sur la satire et le dessin de presse en général, et 2019 aura été une année noire dans ce domaine", déplorent Claire Carrard, directrice de la rédaction de Courrier international, et Kak, président de l'association Cartooning for peace, dans le supplément "2019 en cartoons", actuellement en kiosques.

Le coup de tonnerre de 2019 est venu du prestigieux New York Times, qui a décidé en juin d'arrêter toute publication de dessins de presse dans les pages de son édition internationale, après une polémique liée à une caricature jugée antisémite.

Bien qu'il n'en soit pas l'auteur, le dessinateur historique du journal, le Suisse Patrick Chappatte, se retrouve sur la touche.

"Nous vivons dans un monde où la horde moralisatrice se rassemble sur les médias sociaux et s'abat comme un orage subit sur les rédactions. Cela oblige les éditeurs à prendre des contre-mesures immédiates, paralyse toute réflexion, bloque toute discussion", déplore-t-il dans une longue tribune.

Chez Charlie, où la publication de caricatures a été payée au prix fort il y a 5 ans avec une attaque qui a fait 12 morts dont plusieurs figures de la rédaction comme Cabu ou Wolinski, on se demande si "le dessin satirique est une forme de la liberté d'expression en voie de disparition", dans un récent hors série "Caricature, mode d'emploi".

Moins toléré

"On a l'impression que le dessin est de moins en moins toléré, que c'est une forme d'expression qui même au sein des médias est encombrante. Un peu trop atypique, un peu trop libre...", explique à l'AFP le directeur de rédaction Riss. "Même dans les grands journaux, les dessins deviennent extrêmement consensuels, il n'y a pas beaucoup de prise de risque éditoriale, les dessins deviennent un peu insipides".

L'hebdo satirique était devenu la cible des islamistes après avoir publié plusieurs caricatures de Mahomet, en 2012, 2011 et en 2006, où il reproduit, comme plusieurs journaux européens, celles du quotidien danois Jyllands-Posten.

Les republierait-il aujourd'hui? "On pourrait le faire, mais quel sens ça aurait?" se demande Riss.

"Aujourd'hui, la notion de blasphème a dépassé le cadre des simples caricatures. Beaucoup de choses sont ressenties comme du blasphème ou de l'agression, il y a plein de petits blasphèmes qui sont apparus", juge celui qui doit régulièrement défendre l'esprit satirique du journal, comme en décembre face à l'armée française après des dessins sur la mort de 13 militaires au Mali.

Comme plusieurs confrères, il pointe le rôle amplificateur des réseaux sociaux.

"La pression des réseaux intimide les médias traditionnels. (...) C'est la panique. Ce qu'on oublie, c'est que Twitter n'est pas notre lectorat. C'est un amplificateur de colère, un vecteur de phénomènes massifs et incontrôlables", analyse Patrick Chappatte dans Courrier International.

Censure

"La survie économique reste un problème, et les hordes numériques qui manipulent le politiquement correct pour faire triompher leur intolérance et leur fermeture d'esprit représentent aussi un danger contre lequel il faut lutter", abonde son confrère du Nicararagua Pedro Molina, aujourd'hui en exil.

Genre prisé aux XIXe et XXe siècle, la caricature pâtirait en outre d'une image vieillotte.

"Quand on dit que c'est un genre en désuétude, c'est comme si on disait que la liberté d'expression est un genre en désuétude", rétorque Juin, jeune dessinateur chez Charlie Hebdo, rappelant que "c'est un genre qui a toujours été menacé", notamment par la censure politique au siècle dernier.

Une censure qui persiste aujourd'hui dans de nombreux pays, où des dessinateurs sont menacés, licenciés, poursuivis en justice voire emprisonnés.

Cartooning for peace, avec l'appui d'organisations comme Human Rights Watch ou Reporters sans frontières, milite pour la reconnaissance du dessin de presse comme un droit fondamental par l'Unesco.

Riss n'est pas convaincu par la démarche: "Je pense que la liberté d'expression est déjà une valeur fondamentale suffisante".

"Ce genre a de l'avenir si les dessinateurs ont le courage de donner à leur dessin de la force. Si c'est juste pour faire de l'illustration et des dessins gentils qui ne dérangent personne, autant ne rien dessiner du tout", tranche le directeur de Charlie.

sr/fpo/alu/spi

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
THE NEW YORK TIMES COMPANY 1.02%37.46 Cours en différé.15.26%
TWITTER 0.58%33.2 Cours en différé.3.59%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur THE NEW YORK TIMES COMPANY
28/02France-Les César marqués par la controverse Polanski
RE
28/02France-L'équipe de "J'accuse" boycotte la cérémonie des César
RE
22/02Le musée d'Auschwitz appelle Amazon à retirer de vente les livres de propagan..
AW
21/02BOURSE DE WALL STREET : Les valeurs à suivre à Wall Street
RE
21/02BOURSE DE WALL STREET : USA-Les valeurs à suivre à Wall Street
RE
05/02Le Sénat acquitte Trump et tourne la page de "l'impeachment"
RE
05/02Mitt Romney votera pour la destitution de Trump
RE
04/02Acquitter Trump pour stopper la fièvre clanique, plaide le sénateur McConnell
RE
01/02USA-Pas d'audition de témoins au procès Trump, vers un acquittement mercredi
RE
31/01IMPLANTS PELVIENS : Johnson & Johnson condamné à payer 344 millions de dollars
AW
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur THE NEW YORK TIMES COMPANY
Plus de recommandations
Données financières (USD)
CA 2020 1 905 M
EBIT 2020 193 M
Résultat net 2020 -
Trésorerie 2020 203 M
Rendement 2020 0,59%
PER 2020 -
PER 2021 -
VE / CA2020 3,16x
VE / CA2021 2,89x
Capitalisation 6 220 M
Graphique THE NEW YORK TIMES COMPANY
Durée : Période :
The New York Times Company : Graphique analyse technique The New York Times Company | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique THE NEW YORK TIMES COMPANY
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreHaussièreHaussière
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 6
Objectif de cours Moyen 36,20  $
Dernier Cours de Cloture 37,46  $
Ecart / Objectif Haut 17,5%
Ecart / Objectif Moyen -3,36%
Ecart / Objectif Bas -35,9%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Mark J. T. Thompson President, Chief Executive Officer & Director
Arthur O. Sulzberger Non-Executive Chairman
Meredith Kopit Levien Executive VP, Chief Operating & Revenue Officer
Roland A. Caputo Chief Financial Officer & Executive Vice President
Nicholas Rockwell Chief Technology Officer & Executive VP
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
THE NEW YORK TIMES COMPANY15.26%6 220
NEWS CORPORATION-14.60%7 179
REACH PLC7.62%554
D. B. CORP LIMITED0.64%266
STAR MEDIA GROUP BERHAD0.00%66
COFINA, SGPS, S.A.10.00%51