Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nyse  >  Twitter    TWTR

TWITTER

(TWTR)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

L'Iran fait état d'un incident précédent avec un drone américain, tensions

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
23/06/2019 | 17:27

accrues

Change d'origine, Ajoute incident drone en mai, propos responsable iranien, déclaration émissaire américain

TÉHÉRAN (awp/afp) - L'Iran a fait état dimanche de l'intrusion d'un "drone espion" dans son espace aérien fin mai, près d'un mois avant la destruction par Téhéran d'un autre avion sans pilote américain, qui a davantage exacerbé les tensions entre les deux pays.

A Jérusalem, le conseiller à la Sécurité nationale du président américain Donald Trump, John Bolton, a averti l'Iran qu'il "ne devrait confondre prudence et retenue avec de la faiblesse", après que M. Trump a dit avoir annulé in extremis des frappes contre des cibles iraniennes en riposte à la perte du drone, le 20 juin.

Selon le Washington Post et Yahoo! News, le président américain a en revanche autorisé secrètement des représailles sous forme de cyberattaques contre les systèmes de défense iraniens. Le Pentagone s'est refusé à tout commentaire.

Alors que le bras de fer s'intensifie entre les deux pays ennemis, Washington doit rendre publiques lundi de nouvelles sanctions américaines "majeures" contre l'Iran et a en outre demandé, selon des sources diplomatiques, la tenue le même jour d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l'ONU.

Envoyé à Téhéran afin de faire baisser la tension, le ministre d'Etat britannique Andrew Murrison a été fraîchement reçu. Kamal Kharazi, haut responsable aux Affaires étrangères iraniennes, a regretté le caractère "répétitif" des déclarations britanniques et européennes et reproché à Londres d'être alignée sur Washington.

Les tensions irano-américaines ont été exacerbées avec la chute d'un drone militaire américain abattu le 20 juin par un missile iranien. L'Iran affirme que l'avion a violé son espace aérien et les Etats-Unis assurent qu'il a été abattu dans l'espace aérien international.

Dimanche sur Twitter, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a fait état pour la première fois d'un autre incident impliquant un drone américain le 26 mai. Il a publié la carte de ce qu'il présente comme le relevé d'itinéraire d'un drone "MQ9" (code du drone de surveillance et d'attaque américain Predator B) au-dessus des eaux territoriales iraniennes au large d'Assalouyeh, grand centre pétrochimique.

"Le piège d'une guerre"

Selon la carte, l'appareil serait resté au moins 20 minutes dans l'espace iranien et aurait reçu trois "avertissements" des forces iraniennes. Selon M. Zarif, cet incident est une "preuve" supplémentaire que "la "bande à Bolton était à deux doigts d'entraîner (M. Trump) dans le piège d'une guerre" contre l'Iran.

"La prudence a permis d'éviter cela, mais le #TerrorimeEconomique provoque des tensions", ajoute-t-il, en allusion aux sanctions économiques américaines imposées à l'Iran.

En début de soirée, Téhéran n'avait pas encore réagi officiellement aux informations sur les cyberattaques qui, selon le Washington Post, avaient été initialement proposées par l'état-major comme riposte aux attaques ayant ciblé le 13 juin deux pétroliers près du détroit d'Ormuz. Washington a accusé l'Iran qui a démenti.

L'agence de presse iranienne Fars, proche des ultraconservateurs, a laissé elle planer le doute sur ces cyberattaques, disant que ces articles pourraient n'être qu'un "bluff visant à redorer la réputation de la Maison Blanche".

En 2010, Téhéran avait accusé les Etats-Unis et Israël d'avoir, en pleine crise sur le nucléaire iranien, créé le puissant virus informatique Stuxnet, qui avait infecté des milliers de ses ordinateurs et bloqué les centrifugeuses utilisées pour l'enrichissement de l'uranium.

"Convaincre l'Iran"

Les tensions ne cessent de monter depuis le retrait américain en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines contre l'Iran, privant ce pays des bénéfices économiques qu'il escomptait de ce pacte.

Elles se sont intensifiées avec des attaques contre des pétroliers dans la région du Golfe en mai et en juin, imputées par Washington à Téhéran qui a démenti.

Les Etats-Unis ont depuis mai renforcé leur dispositif militaire au Moyen-Orient, en arguant de "menaces iraniennes" contre des cibles américaines. Et de nouvelles frictions sont à prévoir avec l'annonce par l'Iran que ses réserves d'uranium enrichi dépasseront à partir du 27 juin la limite prévue par le pacte nucléaire censé limiter les activités sensibles de l'Iran.

Washington et Téhéran ont beau répéter ne pas chercher la guerre, la forte tension fait redouter qu'une étincelle mette le feu au poudre et embrase tout le Moyen-Orient, région stratégique pour l'approvisionnement en pétrole de la planète.

L'Iran a toujours nié vouloir se doter de l'arme atomique, mais M. Trump l'accuse de chercher secrètement à en fabriquer et de "déstabiliser" la région.

Alors que les Etats-Unis alternent déclarations martiales et appels au dialogue, l'émissaire américain pour l'Iran Brian Hook a exhorté "tous les pays à convaincre l'Iran de désamorcer la tension" dans le Golfe. Et de répéter: "les Etats-Unis n'ont aucun intérêt à une confrontation militaire avec l'Iran".

burx-mj/tp

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur TWITTER
16/02LIBAN : la compagnie aérienne MEA annule sa décision sur les paiements en dollar..
AW
16/02"Danger de mort" au Royaume-Uni, frappé par la tempête Dennis
AW
12/02Tokyo ouvre en hausse, tirée par SoftBank Group
AW
11/02A Wall Street, Nasdaq et S&P 500 franchissent tranquillement des records
AW
10/02EN DIRECT DES MARCHES : Axa, Air France-KLM, Renault, Airbus, Scor, Roche,Tes..
09/02L'Iran s'apprête à lancer un nouveau satellite d'observation scientifique
AW
09/02L'Iran lancera "dans les prochaines heures" un satellite d'observation
AW
07/02TWITTER : Susquehanna relève son opinion
CF
07/02BOURSE DE PARIS : On a perdu le bouton pause
06/02La valeur du jour à Wall Street - TWITTER s'envole pour s'installer au sommet..
AO
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur TWITTER
Plus de recommandations
Données financières (USD)
CA 2020 3 985 M
EBIT 2020 296 M
Résultat net 2020 282 M
Trésorerie 2020 5 067 M
Rendement 2020 -
PER 2020 112x
PER 2021 82,7x
VE / CA2020 6,33x
VE / CA2021 5,45x
Capitalisation 30 274 M
Graphique TWITTER
Durée : Période :
Twitter : Graphique analyse technique Twitter | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique TWITTER
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreNeutreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 43
Objectif de cours Moyen 37,27  $
Dernier Cours de Cloture 38,77  $
Ecart / Objectif Haut 29,0%
Ecart / Objectif Moyen -3,86%
Ecart / Objectif Bas -44,0%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Jack Dorsey Chief Executive Officer & Director
Omid R. Kordestani Executive Chairman
Ned D. Segal Chief Financial Officer
Parag Agrawal Chief Technology Officer
David S. Rosenblatt Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
TWITTER18.75%30 274
FACEBOOK5.96%619 945
MATCH GROUP, INC.-7.54%21 463
LINE CORPORATION0.37%11 580
SINA CORPORATION-4.53%2 651
NEW WORK SE-5.48%1 675