Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actions  >  Nyse  >  Twitter    TWTR

TWITTER

(TWTR)
  Rapport
SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses ZonebourseRecommandations des analystes

Washington a lancé des cyberattaques contre l'Iran (médias)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
23/06/2019 | 10:39

Ajoute avertissement de John Bolton

WASHINGTON (awp/afp) - Les Etats-Unis, qui préparent de nouvelles sanctions contre l'Iran, ont lancé des cyberattaques contre des systèmes de lancement de missiles et un réseau d'espionnage iraniens, après la destruction par Téhéran d'un drone américain, selon des médias américains.

Dimanche, Washington a de nouveau mis en garde Téhéran, depuis Jérusalem par la voix de John Bolton, conseiller à la Sécurité nationale du président américain Donald Trump. "Ni l'Iran ni aucun autre acteur hostile ne devrait confondre prudence et retenue de la part des États-Unis avec de la faiblesse", a averti M. Bolton.

M. Trump a annoncé samedi de nouvelles sanctions "majeures" dès lundi contre l'Iran lequel a averti les Etats-Unis que la moindre attaque contre son territoire aurait des conséquences dévastatrices pour leurs intérêts dans la région.

Le président américain avait annulé vendredi à la dernière minute des frappes contre l'Iran après la destruction du drone le 20 juin. Mais, selon le Washington Post et Yahoo! News samedi, il a autorisé secrètement des représailles sous forme de cyberattaques contre les systèmes de défense iraniens.

Selon le Washington Post, une des cyberattaques a visé des ordinateurs servant à contrôler des lancements de missiles et de fusées. D'après Yahoo! News, l'autre attaque informatique a frappé un réseau d'espionnage chargé de surveiller les passages de navires dans le détroit d'Ormuz.

Le Washington Post écrit que ces cyberattaques, planifiées depuis plusieurs semaines, avaient été initialement proposées par les militaires américains comme riposte après les attaques mi-juin contre des pétroliers dans le détroit d'Ormuz. Washington accuse l'Iran de ces attaques, alors que Téhéran nie toute implication.

Le Pentagone s'est refusé à tout commentaire.

"Bluff"

Téhéran n'avait pas encore réagi officiellement dimanche à ces informations de presse américaines.

Il n'est "pas encore clair si les attaques ont été effectivement réalisées ou pas", affirme l'agence de presse Fars, proche des conservateurs, laissant entendre que ces informations de médias américains pourraient être un "bluff visant à toucher l'opinion publique et à redorer la réputation de la Maison Blanche" après la destruction du drone.

En 2010, Téhéran avait accusé les Etats-Unis et Israël d'avoir, en pleine crise sur le nucléaire iranien, créé le puissant virus informatique Stuxnet, qui avait infecté plusieurs milliers de ses ordinateurs et bloqué les centrifugeuses utilisées pour l'enrichissement de l'uranium.

"Nous mettons en place des sanctions supplémentaires majeures contre l'Iran lundi", a tweeté samedi M. Trump, ajoutant: "l'Iran ne peut pas avoir d'armes nucléaires!".

Selon l'accord international sur le nucléaire conclu en 2015, dont Washington s'est retiré en 2018, l'Iran s'est engagé à ne pas se doter de l'arme atomique.

M. Trump, qui alterne déclarations martiales et appels au dialogue depuis plusieurs semaines, avait auparavant assuré que si les Iraniens renonçaient à leur programme nucléaire, il deviendrait leur "meilleur ami".

Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a pour sa part affirmé que "quand le régime iranien décidera de renoncer à la violence et de répondre à notre diplomatie par la diplomatie, il sait comment nous joindre. D'ici-là, notre campagne d'isolement diplomatique et de pression économique contre le régime va s'intensifier".

Washington et Téhéran ont beau répéter ne pas chercher la guerre, la tension n'a cessé de monter entre les deux pays.

Téhéran a mis en garde les Américains. "Tirer une balle en direction de l'Iran mettra le feu aux intérêts de l'Amérique et de ses alliés" dans la région, a déclaré samedi à l'agence Tasnim le général de brigade Abolfazl Shekarchi, porte-parole de l'état-major conjoint des forces armées iraniennes.

L'Iran a par ailleurs annoncé samedi l'exécution pour "espionnage" d'un prestataire du ministère de la Défense accusé d'avoir collaboré avec l'Agence centrale du renseignement des Etats-Unis (CIA), selon l'agence de presse semi-officielle Isna.

"Anéantissement"

Après la destruction du drone de surveillance américain, M. Trump a réaffirmé vendredi qu'il ne souhaitait pas la guerre avec l'Iran mais que si elle éclatait, elle provoquerait "un anéantissement comme on n'en a jamais vu avant".

Le général Shekarchi a de son côté menacé "l'Amérique et ses alliés" d'être intégralement "consumés" en cas d'attaque.

L'Iran affirme disposer de "preuves irréfutables" montrant que le drone était entré dans son espace aérien et a déposé une plainte à l'ONU. Samedi, le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a tweeté une carte reprenant, selon lui, le parcours du drone au-dessus du détroit d'Ormuz.

Selon Washington, l'aéronef a été touché dans l'espace aérien international.

Les Etats-Unis ont demandé la tenue lundi d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l'ONU, selon des sources diplomatiques.

"Désescalade urgente"

La Grande-Bretagne, qui fait toujours partie de l'accord international sur le nucléaire iranien, a annoncé que son ministre d'Etat chargé du Moyen-Orient, Andrew Murrison, serait dimanche à Téhéran pour plaider en faveur d'"une désescalade urgente".

Washington s'est retiré en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien et a rétabli de lourdes sanctions contre l'Iran, privant ce pays des bénéfices économiques escomptés de ce pacte auquel la Russie, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne appartiennent toujours, ainsi que l'Iran.

burs-mj-iba/iw/lch/agr

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur TWITTER
16/02LIBAN : la compagnie aérienne MEA annule sa décision sur les paiements en dollar..
AW
16/02"Danger de mort" au Royaume-Uni, frappé par la tempête Dennis
AW
12/02Tokyo ouvre en hausse, tirée par SoftBank Group
AW
11/02A Wall Street, Nasdaq et S&P 500 franchissent tranquillement des records
AW
10/02EN DIRECT DES MARCHES : Axa, Air France-KLM, Renault, Airbus, Scor, Roche,Tes..
09/02L'Iran s'apprête à lancer un nouveau satellite d'observation scientifique
AW
09/02L'Iran lancera "dans les prochaines heures" un satellite d'observation
AW
07/02TWITTER : Susquehanna relève son opinion
CF
07/02BOURSE DE PARIS : On a perdu le bouton pause
06/02La valeur du jour à Wall Street - TWITTER s'envole pour s'installer au sommet..
AO
Plus d'actualités
Recommandations des analystes sur TWITTER
Plus de recommandations
Données financières (USD)
CA 2020 3 993 M
EBIT 2020 296 M
Résultat net 2020 282 M
Trésorerie 2020 5 067 M
Rendement 2020 -
PER 2020 112x
PER 2021 82,7x
VE / CA2020 6,31x
VE / CA2021 5,44x
Capitalisation 30 274 M
Graphique TWITTER
Durée : Période :
Twitter : Graphique analyse technique Twitter | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique TWITTER
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesHaussièreNeutreNeutre
Evolution du Compte de Résultat
Consensus
Vente
Achat
Recommandation moyenne CONSERVER
Nombre d'Analystes 43
Objectif de cours Moyen 37,27  $
Dernier Cours de Cloture 38,77  $
Ecart / Objectif Haut 29,0%
Ecart / Objectif Moyen -3,86%
Ecart / Objectif Bas -44,0%
Révisions de BNA
Dirigeants
Nom Titre
Jack Dorsey Chief Executive Officer & Director
Omid R. Kordestani Executive Chairman
Ned D. Segal Chief Financial Officer
Parag Agrawal Chief Technology Officer
David S. Rosenblatt Independent Director
Secteur et Concurrence
Var. 1janvCapitalisation (M$)
TWITTER18.75%30 274
FACEBOOK5.96%619 945
MATCH GROUP, INC.-7.54%21 463
LINE CORPORATION0.37%11 580
SINA CORPORATION-4.53%2 651
NEW WORK SE-5.48%1 675