Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Matières premières  >  WTI       

PÉTROLE WTI (WTI)

SynthèseCotationsGraphiquesActualitésDérivésCommunauté 
SynthèseToute l'actualitéAnalyses Zonebourse

Le pétrole londonien échoue à clore au-dessus de 75 dollars

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
25/04/2019 | 22:05

Ajoute clôture

Londres (awp/afp) - Le pétrole a dépassé les 75 dollars le baril en séance en Europe jeudi pour la première fois en six mois, dopé par l'inquiétude d'un déficit de l'offre causé notamment par le durcissement des sanctions américaines contre l'Iran, mais a échoué à s'y maintenir à la clôture.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a fini à 74,35 dollars à Londres, en baisse de 22 cents par rapport à la clôture de mercredi, après avoir culminé à 75,60 dollars vers 09H45 GMT, son plus haut depuis fin octobre.

A New York, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance a perdu 68 cents à 65,21 dollars.

"Il semble que l'on ait assisté à quelques prises de bénéfices en fin de séance après une forte hausse depuis le début de la semaine et une envolée depuis le début de l'année", a commenté Mike Lynch de SEER. Le Brent a même pris 47% depuis Noël, quand le WTI a avancé de 53%.

Cette très bonne santé du marché pétrolier s'est poursuivie depuis le début de semaine après que les Etats-Unis ont annoncé l'annulation des exemptions américaines qui permettaient à certains pays d'importer du brut iranien malgré des sanctions de Washington.

"En théorie, cela devrait sortir entre 1 et 1,3 million de barils par jour du marché", a estimé Tamas Varga, analyste pour PVM, même si selon lui, "cela reste à voir".

Parmi les interrogations qui pèsent sur le marché du brut, le rôle de l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial.

Après avoir affirmé que le royaume compenserait les pertes causées par les déboires de l'Iran, grand rival historique et géopolitique, le ministre de l'Energie Khaled al-Faleh a nuancé ses propos mercredi en précisant que la hausse de la production saoudienne ne se ferait pas "immédiatement".

"L'Arabie saoudite essaye de la jouer fine et de jouer sur les prix, mais nous connaissons le scénario, dans trois mois, ils vont se rendre compte que la demande souffre", ce qui pèserait sur les prix, a commenté Olivier Jakob, analyste de Petromatrix.

Plus de marge d'erreur

Outre sa propre production, Ryad peut potentiellement faire pression sur les autres membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs partenaires pour qu'ils augmentent leurs extractions, malgré l'accord de limitation qui les engage et qui avait été renforcé fin 2018.

"Par rapport à octobre 2018, l'Arabie saoudite, la Russie, les Emirats arabes unis et l'Irak ont réduit leurs extractions à hauteur de 1,3 million de barils par jour", ont commenté les analystes de Rystad Energy.

De quoi compenser les pertes iraniennes, mais "les capacités de production seraient sérieusement amoindries et il n'y aurait plus de marge d'erreur en Libye, au Nigeria et au Venezuela", trois pays où les tensions géopolitiques menacent de faire flancher les exportations, ont-ils ajouté.

Les cours ont également été poussés vers le haut mercredi par des rumeurs concernant la qualité du pétrole russe, dont une partie des exportations vers l'Europe auraient été suspendues.

"Cette affaire est assez étrange et reflète peut être des problèmes techniques dans une raffinerie russe. Elle a engendré un peu de nervosité sur les marchés, mais la situation semble pouvoir se régler rapidement", a toutefois souligné Mike Lynch.

"En attendant, c'est sans doute la raison pour laquelle le pétrole coté en Europe a davantage chuté que le cours américain", le premier étant réputé plus sensible au marché mondial que le second, a ajouté M. Lynch.

bur-alb/vmt/lth

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
LONDON BRENT OIL -0.15%72 Cours en différé.34.69%
WTI -0.68%62.95 Cours en différé.39.63%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Toute l'actualité sur WTI
21:55Les prix du pétrole divergent dans un marché hésitant
AW
20:42Le pétrole termine sans tendance claire à New York
RE
18:25Exclusif-Des problèmes techniques aggravent la crise du pétrole russe pollué-..
RE
12:24Le pétrole hésite, entre tensions commerciales et risque géopolitique
AW
06:39Le pétrole orienté à la hausse en Asie
AW
20/05Le pétrole hésite à la clôture, l'Arabie saoudite veut poursuivre les coupes
AW
20/05Le pétrole termine sur une note mitigée à New York (actualisé)
RE
20/05Le pétrole monte, l'Arabie saoudite demande la poursuite des efforts de l'Ope..
AW
20/05PÉTROLE : coopération renforcée des pays du Golfe pour l'approvisionnement
AW
20/05Le pétrole grimpe en Asie, après la réunion de l'Opep
AW
Plus d'actualités
Graphique WTI
Durée : Période :
WTI : Graphique analyse technique WTI | Zone bourse
Graphique plein écran
Tendances analyse technique WTI
Court TermeMoyen TermeLong Terme
TendancesBaissièreHaussièreNeutre