Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Affaiblir l'Otan serait une erreur, estime Berlin

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
10/11/2019 | 12:38

BERLIN, 10 novembre (Reuters) - Affaiblir l'Alliance atlantique serait une erreur, juge le ministre allemand des Affaires étrangères, évoquant les propos tenus cette semaine par Emmanuel Macron dans une tribune publiée dimanche.

Dans un entretien accordé à The Economist paru jeudi, le chef de l'Etat français estime que l'Otan est en état de "mort cérébrale", ce qui lui a déjà valu une vive réaction de la part de la chancelière allemande Angela Merkel, avec laquelle il doit s'entretenir dans la soirée à Berlin.

Emmanuel Macron doute notamment de l'avenir de l'article 5, pierre angulaire de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord, qui prévoit une solidarité automatique en cas d’agression d'un des Etats membres.

"Ce serait une erreur que d'affaiblir l'Otan. Sans les États-Unis, ni l'Allemagne ni l'Europe ne seraient en mesure de se protéger efficacement. C'est pourquoi nous travaillons d'arrache-pied avec la France à la construction d'une Europe plus unie en matière de sécurité", écrit Heiko Maas, chef de la diplomatie allemande, dans une tribune publiée sur le site du magazine Der Spiegel.

"Oui, nous voulons une Europe forte et souveraine, mais nous en avons besoin dans le cadre d'une Otan forte, pas pour s'y substituer", poursuit-il, plaidant en outre pour la création d'un Conseil de sécurité européen dont la Grande-Bretagne ferait partie, qu'elle quitte l'Union ou non.

Heiko Maas dit coopérer étroitement sur ce point avec son homologue français Jean-Yves Le Drian et ajoute que l'Allemagne souhaite la soumettre à ses partenaires au second semestre 2020, lorsqu'elle occupera la présidence tournante de l'UE.

(Michael Nienaber, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
20:15La Fed tout-à-fait défavorable aux taux négatifs aux Etats-Unis
AW
20:02GB-Eclaboussé par l'affaire Epstein, le prince Andrew se met en retrait
RE
19:56Commerce-L'accord de "phase 1" pourrait être remis à 2020 - sources
RE
19:31BEFIMMO SA : Acompte sur dividende en espèces ou en actions
PU
19:20France-Procès requis contre l'assaillant du Thalys
RE
19:17Gantz échoue dans sa tentative de former un gouvernement en Israël
RE
19:10Fiat chrysler se dit "très surpris" par le dépôt d'une plainte de general motors aux usa, qui vise selon lui à perturber son projet de rapprochement avec psa
RE
19:07Agenda economique monde jusqu'au 30 novembre
RE
19:05TAUX : embellie marginale avant 'minutes' de la FED
CF
18:46DRONE VOLT : 3 solutions DRONE VOLT labellisées grands évènements dont les JO Paris 2024
PU
Dernières actualités "Economie / Forex"