Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Affaire CS: le président de l'ASB dit qu'il n'y a pas lieu d'agir

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
05/10/2019 | 12:53

Bern (awp/ats) - Le président de l'Association suisse des banquiers (ASB) Herbert Scheidt considère l'affaire d'espionnage du Credit Suisse comme un cas isolé. Pour lui, il n'y a aucune nécessité d'intervenir. "Nous ne sommes pas des arbitres", a-t-il dit à la radio alémanique.

La réaction du président du Conseil d'administration de la banque, Urs Rohner, est "rassurante", a affirmé samedi M. Scheidt dans l'émission "Samstagsrundschau" de la SRF. M. Rohner avait présenté ses excuses mardi dernier et estimé que la surveillance de l'ancien banquier du CS, Iqbal Khan, était "erronée et disproportionnée".

"Je pense que nous devrions accepter ces excuses", a ajouté M. Scheidt. De son point de vue, Credit Suisse a finalement agi correctement et proprement. "Nous regrettons aussi ce qui s'est passé et nous nous tournons désormais vers l'avenir", déclare le président des banquiers helvétiques.

Pas de risque systémique

Selon lui, il s'agit d'un cas isolé qui devrait donc être considéré comme tel. Herbert Scheidt ne voit pas la nécessité d'intervenir, écartant tout risque systémique pour le milieu bancaire en Suisse.

A la suite de cette affaire d'espionnage autour de son ancien banquier vedette Iqbal Khan, Credit Suisse a enregistré cette semaine le départ avec effet immédiat de son directeur opérationnel et du responsable de la sécurité. Le patron Tidjane Thiam en revanche n'aurait pas eu connaissance de l'initiative avant que celle-ci ne soit terminée et a donc été épargné.

Selon le rapport publié mardi après l'enquête confiée au cabinet d'avocat Homburger par le conseil d'administration de Credit Suisse, le directeur opérationnel (COO) Pierre-Olivier Bouée a ordonné au responsable de la sécurité de la banque de surveiller Iqbal Khan le 29 août, dès l'annonce du passage de ce dernier au concurrent UBS.

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
02:16Fortes pluies en Italie, Venise sous les eaux
RE
01:09Liban-Le président Aoun dit craindre une catastrophe, un manifestant tué
RE
00:12La deuxième vice-présidente du sénat, jeanine anez, se proclame présidente par intérim de la bolivie devant les parlementaires
RE
00:12Bolivie-La vice-présidente du Sénat assure l'intérim à la tête du pays
RE
13/11L'essentiel de l'actualite a 23h00 gmt (13/11)
RE
12/11Saint-Gobain va acquérir l'entreprise américaine Continental Building Products pour $1,4 mld
RE
12/11Une avant-première du "J'accuse" de Polanski empêchée par des féministes à Paris
RE
12/11TechnipFMC cède un navire et passe une dépréciation de 125 mlns de dollars
DJ
12/11Les grands contribuables quittent moins la France - Le Figaro
RE
12/11Trump dénonce la politique commerciale de l'UE, avare en détails sur la Chine
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"