Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Analyse : La divergence entre les actions et les obligations propose un espoir pour un portefeuille 60/40 malmené.

26/05/2022 | 06:38
FILE PHOTO: A trader works on the trading floor at the New York Stock Exchange (NYSE) in Manhattan, New York City

Les actions et les obligations américaines évoluent dans des directions opposées, un phénomène qui pourrait soulager les investisseurs qui espèrent un mélange des deux classes d'actifs pour atténuer les baisses dans leurs portefeuilles.

Les rendements de l'obligation de référence à 10 ans - qui évoluent en sens inverse des prix - sont en baisse de 28 points de base depuis le 9 mai, tandis que le S&P 500 a poursuivi une chute qui l'a amené à l'orée du territoire du marché baissier, souvent défini comme une baisse de 20 % ou plus par rapport à ses sommets.

Ce changement a marqué un revirement par rapport à la façon dont les obligations et les actions se sont comportées pendant la majeure partie de l'année 2022, qui a été marquée par des baisses jumelles des actions et des titres à revenu fixe, ce qui a mis à mal les investisseurs utilisant des stratégies telles que le portefeuille 60/40 pour atténuer le risque.

Cette stratégie, qui table sur une hausse des actions dans un contexte d'optimisme économique et sur un renforcement des obligations en période de turbulences, a connu des ratés cette année, car les attentes d'une Fed belliciste ont pesé sur les deux classes d'actifs. Le fonds BlackRock 60/40 Target Allocation, qui suit une technique de portefeuille standard consistant à conserver 60 % de ses actifs en actions et 40 % en titres à revenu fixe, a perdu près de 13 % depuis le début de l'année, sa pire performance depuis son lancement en 2006.

"L'épicentre de cette crise ... commence à se déplacer des obligations vers d'autres actifs risqués", a déclaré Pramod Atluri, gestionnaire de portefeuille à revenu fixe chez Capital Group.

Par conséquent, les récents gains des obligations ont contribué à atténuer la volatilité du marché des actions, ce qui profite aux investisseurs ayant un portefeuille 60/40, a-t-il déclaré.

Selon les investisseurs, le revirement des obligations a été stimulé par l'évolution des préoccupations du marché. Les craintes d'une inflation galopante, qui érode la valeur des flux de trésorerie futurs, ont atténué l'attrait des obligations au début de l'année et les attentes d'un resserrement de la politique monétaire de la Fed ont fait grimper les rendements.

Plus récemment, ces inquiétudes ont été éclipsées par les craintes que le resserrement agressif de la politique monétaire de la Fed ne nuise à la croissance américaine, plusieurs grandes banques de la Bourse mettant en garde contre les risques accrus de récession à venir. La Fed a déjà relevé ses taux de 75 points de base et les marchés tablent sur un total de près de 300 points de base de hausse d'ici mars de l'année prochaine - ce qui pourrait constituer le cycle de resserrement le plus marqué depuis 1994.

"Nous sommes passés de la panique de l'inflation à la crainte de la récession qui devient de plus en plus la cause des inquiétudes", a déclaré George Goncalves, responsable de la stratégie macroéconomique américaine chez MUFG dans une obligation cette semaine.

La performance du portefeuille 60/40 a varié dans le temps. Une étude réalisée par Goldman Sachs Asset Management l'année dernière a montré qu'un portefeuille avec une répartition 60/40 entre les actions américaines à grande capitalisation et les obligations de qualité a généré un rendement annuel corrigé de l'inflation de 9,1 % entre 2011 et 2021, bien supérieur à sa moyenne à long terme de 6 %.

De 2000 à 2009, cependant, les investisseurs du portefeuille 60/40 auraient perdu de l'argent sur une base ajustée à l'inflation, avec un rendement moyen négatif de 0,3 %.

Les analystes de GSAM ont écrit que les valorisations élevées et les taux bas donnaient aux investisseurs "de nombreuses raisons de craindre que le 60/40 soit mort", et ont recommandé de diversifier les actifs tels que les actions des marchés émergents et les petites capitalisations internationales pour augmenter les rendements.

Joe Davis, économiste en chef mondial et responsable de la stratégie d'investissement chez Vanguard, estime que la diversification proposée par les obligations dépend de la trajectoire de l'inflation, même dans un scénario de prix continuellement élevés.

"Une fois que l'inflation cesse d'augmenter de manière inattendue, la corrélation entre les actions et les obligations chute de manière spectaculaire, dans le bon sens, de sorte que la diversification revient très rapidement, même si le niveau d'inflation est très élevé", a-t-il déclaré.


© Zonebourse avec Reuters 2022
Dernières actualités "Economie & Forex"
18:28Le Congo et le Rwanda vont entamer des pourparlers sur fond de tensions liées à l'insurrection
ZR
18:25Face à l'augmentation de la faim dans le monde, l'Onu met en garde contre une "catastrophe imminente"
RE
18:25Point marchés-L'Europe rebondit mais Wall Street baisse en attendant la Fed
RE
18:24Plus de 6.000 cas de variole du singe recensés, nouvelle réunion d'urgence de l'OMS
RE
18:22Le marché des crypto-monnaies FTX dispose de "quelques milliards" pour soutenir le secteur - Bankman-Fried
ZR
18:20Kyiv dit résister jusqu'ici à l'offensive russe dans le Donetsk
RE
18:11Le bilan de la fusillade de Highland Park reste à sept morts -médias
ZR
18:10OMS : Plus de 6 000 cas de variole du singe signalés, une autre réunion d'urgence est prévue
ZR
18:04Les étrangers réduisent la dette chinoise et achètent des actions en juin - IIF
ZR
18:02Face à l'augmentation de la faim dans le monde, l'Onu met en garde contre une "catastrophe imminente"
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"