Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Australie-Certains réfugiés expulsables très gravement malades

08/02/2016 | 10:30
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

SYDNEY, 8 février (Reuters) - Certains des 267 demandeurs d'asile que l'Australie veut renvoyer dans un centre de rétention sur une île loin de ses côtes souffrent de maladies graves comme le cancer, a déclaré lundi un responsable de l'immigration.

La politique australienne d'immigration prévoit que les demandeurs d'asile cherchant à atteindre le pays par bateau sont interceptés et envoyés dans des camps sur l'île de Nauru, dans le Pacifique, à 3.000 km au nord-est de l'Australie, ou sur l'île de Manus, île importante de Papouasie-Nouvelle Guinée.

Ils ne peuvent jamais se réinstaller en Australie.

Les réfugiés en question, parmi lesquels figurent 37 bébés, avaient été temporairement renvoyés de Nauru en Australie pour traitement médical.

La justice australienne a confirmé la semaine dernière le droit du gouvernement d'installer certains demandeurs d'asile sur la petite île de Nauru.

Cette décision a été très critiquée, notamment par les Nations unies. Dans le centre d'accueil de Nauru, les agressions sexuelles seraient systématiques, selon certaines informations.

Les expulsions pourraient commencer d'ici quelques jours. Un certain nombre de cas devront être traités progressivement, en raison des maladies, a déclaré Michael Pezzullo, secrétaire du département de l'immigration et de la protection des frontières.

"Dans certains cas, nous parlons de cancer, nous parlons de toutes sortes de maladie de longue durée", a-t-il ajouté.

"C'est regrettable, mais dans certains cas, pour des raisons liées au très long terme, et, en fait, des maladies potentiellement en phase terminale, certaines personnes, je pense, vont être ici pour un certain temps." (Matt Siegel; Danielle Rouquié pour le service français)


© Reuters 2016
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
12:23Le bitcoin chute de 7 % pour atteindre son plus bas niveau depuis juillet
ZR
12:17Une peine de prison à vie requise pour le héros du film "Hôtel Rwanda"
RE
12:06Analyse - Le dollar numérique ne sera pas accessible avant plusieurs années, la Fed américaine soumettant le problème au Congrès.
ZR
12:04ALLIANZGI : la Fed ferme dans son discours… moins dans ses actes
AO
12:02ZONE EURO : Omicron affecte l'activité du secteur privé en janvier
AW
11:55Le président du Burkina Faso détenu par des soldats mutins, selon des sources
RE
11:54Le bitcoin plonge sous les 33'500 dollars, tétanisé par la Fed
AW
11:49Le président du Burkina Faso détenu par des soldats mutins-sources
RE
11:45Thierry Mugler, couturier star des années 80, est décédé
RE
11:42Thierry Mugler, couturier star des années 80, est décédé
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"