Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Aux Etats-Unis, le marché immobilier refroidit

23/06/2021 | 19:31
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

Washington (awp/afp) - Le boom immobilier provoqué par la pandémie aux Etats-Unis est-il terminé? La forte hausse des prix combinée au faible stock de biens disponibles et la pénurie du bois de construction ont perturbé le marché, entraînant une baisse des ventes de logements ces derniers mois.

La normalisation de la vie quotidienne après plus d'un an de pandémie pourrait aussi tempérer la frénésie d'achats immobiliers.

Le mois dernier, les ventes de logements anciens ont baissé pour le quatrième mois consécutif tandis que celles de logements neufs ont baissé pour la seconde fois d'affilée.

"La phase exponentielle de la reprise immobilière fut brève et frénétique mais elle est maintenant terminée", constate mercredi Ian Shepherdson, chef économiste chez Pantheon Macroeconomics après la publication des ventes de maisons neuves par le département du Commerce américain.

L'an passé, la propagation du nouveau coronavirus avait généralisé le télétravail. Et la baisse des taux d'intérêt à un niveau proche de zéro avait achevé de convaincre les Américains que c'était le moment d'acheter plus grand, en dehors des centres urbains, si bien que les maisons s'étaient vendues comme des petits pains.

Les ventes de logements anciens avaient même atteint leur niveau le plus élevé depuis 2006, juste avant l'éclatement de la bulle immobilière qui avait conduit à la crise financière de 2007-2009.

Mais depuis le printemps, "la demande (pour des maisons) en banlieue a chuté alors que la peur de Covid s'est estompée", constate Ian Shepherdson. "Les stocks (de biens disponibles) restent faibles mais augmentent rapidement".

A la fin du mois de mai, le nombre de maisons neuves disponibles à la vente s'élevait à 330.000, représentant 5,1 mois au rythme actuel de ventes contre 3,6 mois en janvier.

Selon l'économiste, la baisse devrait se poursuivre "avec une probabilité que les ventes retrouvent bientôt un niveau inférieur à la tendance pré-Covid".

Car si les contraintes d'offre semblent s'éloigner, la hausse vertigineuse des prix commence à dissuader certains acheteurs.

"Lassitude" des acheteurs

"Il y a un peu de lassitude et d'épuisement chez les acheteurs qui en ont marre des guerres de surenchères et n'ont aucune protection de leur offre", observe Dana Scanlon, agent immobilier dans la région de Washington, la capitale fédérale.

Elle raconte que certains acheteurs ont pu proposer jusqu'à 200.000 dollars de plus que l'offre initiale du vendeur.

"Les acheteurs constatent que les prix sont déjà assez élevés et ils ne sont plus disposés à faire une offre toujours plus élevée", souligne Mme Scanlon.

Pour l'heure, les maisons continuent de recevoir des offres multiples et les faibles taux hypothécaires soutiennent la demande.

Mais le marché semble se stabiliser.

La Fédération nationale des agents immobiliers américains (NAR) a publié mardi les ventes de logements anciens pour le mois de mai.

Celles-ci "se rapprochent maintenant de l'activité prépandémique", avait commenté Lawrence Yun, économiste en chef de la NAR.

Sur le marché de l'immobilier neuf, outre les prix, de nombreux constructeurs de maisons avaient été contraints de suspendre voire d'annuler certains projets en raison de la pénurie de bois d'oeuvre utilisé dans la construction.

Pénurie de main d'oeuvre

Cette pénurie avait fait grimper les prix des maisons, réduit les marges des entreprises de construction, et allongé les délais de livraison.

Les prix du bois ont toutefois entamé leur descente, ce qui devrait réduire certaines pressions liées à la chaîne d'approvisionnement auxquelles les constructeurs étaient confrontés et leur permettre de reprendre leurs activités.

Comme de nombreux secteurs aux Etats-Unis, les constructeurs doivent enfin faire face aux pénuries de main-d'oeuvre, freinant la construction et donc les ventes.

Robert Dietz, économiste en chef de la Fédération nationale des constructeurs immobiliers (NAHB) a indiqué mercredi que "quelque 20% des constructeurs ont limité leurs activités de vente au cours des derniers mois" pour gérer soit des manques de matériaux, soit des pénuries de main-d'oeuvre brouillant encore plus les pistes sur la manière dont le marché va évoluer.

afp/rp


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
14:58USA : forte baisse des créations d'emplois dans le secteur privé en juillet
AW
14:41ETATS-UNIS : Le secteur privé a créé nettement moins d'emplois que prévu
RE
14:28USA : +330.000 emplois privés en juillet selon ADP
CF
13:50ALLEMAGNE : les ventes de voitures neuves plongent à nouveau, de 25% en juillet
AW
13:33Les marchés boursiers progressent mais le variant Delta rôde
AW
12:56FOOTBALL : Le fonds CVC va investir 2,7 milliards d'euros dans la Liga espagnole
RE
12:04ZONE EURO : Les ventes au détail augmentent à nouveau en juin
RE
11:28L'euro baisse face au dollar avant l'emploi du secteur privé américain
AW
11:21FRANCE : la croissance de l'activité dans le secteur privé moins forte que prévu
AW
10:25L'éther chute de 1 % avant une mise à niveau majeure du réseau ethereum.
Dernières actualités "Economie & Forex"