Luxembourg (awp/afp) - L'UE va bientôt verser à l'Ukraine les premiers intérêts sur les avoirs russes gelés, soit quelque 1,4 milliard d'euros, a annoncé lundi à Luxembourg le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

"Les profits exceptionnels générés par les avoirs russes gelés en Europe --et non les avoirs eux-mêmes-- vont être utilisés le plus rapidement possible au bénéfice de l'Ukraine", a promis M. Borrell à l'issue d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept.

Quelque "1,4 milliard d'euros sera disponible le mois prochain, et un autre milliard avant la fin de l'année" afin d'aider l'Ukraine à acheter des armes, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse.

La Hongrie a fait part de sa colère après cette décision, estimant qu'elle aurait dû être prise à l'unanimité. M. Borrell a toutefois expliqué que Budapest ayant choisi de s'abstenir lors des discussions préalables sur l'utilisation de ces avoirs gelés, il ne pouvait s'y opposer.

"C'est clairement une ligne rouge" qui a été franchie, a vivement déploré le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto. "Jamais un tel mépris pour les règles européennes communes n'avait été montré auparavant", a-t-il dénoncé.

Les Vingt-Sept avaient trouvé un accord en mai pour utiliser les intérêts produits par les avoirs gelés russes dans l'UE, censé dégager entre 2,5 et 3 milliards d'euros par an.

Les Etats-Unis avaient ensuite proposé au G7 d'utiliser les intérêts des avoirs gelés pour financer un prêt de 50 milliards d'euros à l'Ukraine.

Et les pays du G7 ont trouvé à la mi-juin un "accord politique" sur cette proposition américaine, mais qui ne concerne pas, au moins pour 2024, l'accord préalable trouvé par les Européens.

Quelque 300 milliards d'euros d'avoirs russes ont été gelés dans le monde après l'invasion russe de l'Ukraine en février 2022, dont l'essentiel, soit près de 190 milliards d'euros, se trouvent en Belgique.

afp/rp