L’éventualité d’une récession américaine consécutive au resserrement monétaire semble désormais écartée face à la résilience d’une économie qui a encore progressé de 0,8% au quatrième trimestre 2023 et 2,5% en moyenne sur l’ensemble de l’année, portée par la résistance de la consommation des ménages et les bons chiffres de l’investissement productif. "Notre scénario central est désormais celui d’un ralentissement sensible sans trimestre de contraction au premier semestre 2024", explique BNP Paribas dans sa note.

Le pic de l'inflation a été atteint mi-2022, la décrue de l'inflation sous-jacente se poursuit et s'accentue. L'inflation devrait se rapprocher de la cible de 2% en 2024.

"Les progrès seraient jugés suffisants par la Fed, qui peut entrevoir un atterrissage en douceur et amorcer la détente progressive de ses taux directeurs à partir du mois de juin", estime BNP Paribas.