Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs

Biotechs: l'effet Covid, ou quand l'argent commence à irriguer la santé

25/10/2021 | 07:31
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
1

Paris (awp/afp) - C'est un changement d'époque, qu'on pourrait appeler l'effet Covid: alors que les biotechs ont longtemps été vues comme un pari risqué en Europe, elles voient désormais se délier les cordons de bourses d'investisseurs charmés par leur potentiel.

La pandémie a accéléré un phénomène qui commençait à s'amorcer, soulignent les acteurs du secteur du financement, interrogés par l'AFP. "Il y a un engouement. Les investisseurs institutionnels qui ne voulaient pas toucher à la santé sont beaucoup plus intéressés", explique ainsi Antoine Papiernik, à la tête du fonds de capital risque Sofinnova, spécialisé dans les sciences de la vie.

Pour preuve, sa société vient de lever 472 millions d'euros (504 millions de francs suisses) pour lancer le plus gros fonds dit "early-stage" (la phase d'amorçage) en Europe. En tout, Sofinnova a levé un milliard d'euros depuis un an... en pleine pandémie, qu'il va réinvestir dans des biotechs européennes.

"Aux Etats-Unis, cela fait longtemps que les biotechs sont financées par les fonds de pension américains. L'Europe était plus réservée, avec une forte conscience du risque", souligne le spécialiste, dont la société voit passer 1.500 dossiers par an.

Les lignes bougent: pour le dernier fonds de Sofinnova, "on aurait pu accepter plus d'argent, on a dit non. Il faut que cet argent serve une stratégie", ajoute Antoine Papiernik.

Même son de cloche pour Jeito Capital, société spécialisée dans les biotechnologies de santé, qui a été fondée par Rafaèle Tordjman. Cette dernière a annoncé en septembre que son fonds Jeito 1 avait levé 534 millions d'euros.

La scientifique et entrepreneure estime que la situation avait commencé à s'améliorer un peu avant le Covid.

Mais, reconnaît-elle, "il y a un effet Moderna, dans le sens où l'on voit le succès de certaines biotechs. On voit que la santé n'est pas une bulle: il y a une vraie valeur".

"Ce qui fait peur aux investisseurs non spécialistes", poursuit-elle, "c'est d'investir dans des sociétés qui n'ont pas encore de chiffre d'affaires. La crise du Covid a permis de faire leur éducation, en particulier pour les assureurs", qui abondent traditionnellement les fonds d'investissement.

L'argent du retraité texan

Du côté de la Bourse, l'effet est semblable, note Jamila El Bougrini, spécialiste des biotechs chez l'analyste boursier Invest Securities.

"C'est un tournant en terme d'investissements auprès des investisseurs particuliers, qui ont découvert ou redécouvert le secteur de la santé, mais aussi auprès des investisseurs institutionnels qui pour beaucoup s'en étaient détournés car ils le considéraient trop incertain", dit-elle.

Sans atteindre le niveau de Moderna, qui a vu sa capitalisation boursière exploser, nombre de sociétés, telle la franco-autrichienne Valneva - positionnée sur un vaccin contre le Covid -, ont vu leurs titres progresser fortement sur le marché parisien.

Est-ce que cet engouement permettra de rattraper le retard pris par rapport aux Etats-Unis, la Mecque en termes de biotechnologies et de capitaux?

Pour Antoine Papiernik, l'Europe n'a pas à rougir. "On a maturé. L'Europe a le vent en poupe, il faut en profiter pour accélérer", plaide-t-il.

D'ailleurs, les investisseurs américains ne s'y trompent pas, au point que l'argent des retraités américains vient désormais irriguer les biotechs européennes. Le fonds Jeito 1 a notamment été souscrit par le Teacher's Retirement System of Texas, un fonds de pension texan qui gère 165 milliards de dollars.

Car la science est bien présente en Europe, soulignent les spécialistes, peu adeptes des discours catastrophistes sur l'état de la recherche en France.

"La science en France n'est pas du tout en retard. Il faut une accélération de notre dynamique: qu'on se fasse moins peur et plus confiance", souligne ainsi Rafaèle Tordjman.

"Les investisseurs avaient déjà identifié que l'innovation se fait en Europe. Mais ils avaient des doutes sur le fait que les Européens sauraient faire passer l'étape suivante à leurs start-up", abonde de son côté Denis Ribon, président et fondateur de la société d'investissement ArchiMed, spécialisée dans les PME en santé.

La question semble en voie d'être résolue. Le dernier fonds lancé par ArchiMed a levé courant mai 650 millions d'euros, notamment chez des investisseurs américains. Il a été plus que populaire: d'après Denis Ribon, 1,3 milliard d'euros avaient été proposés.

afp/fr


© AWP 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
1
Réagir à cet article
fucius 1 - Il y a 1 mois arrow option
BIOSYNEX , oeuf corse....!!
  
  
  • Publier
    loader
Dernières actualités "Sociétés"
06:34Un fonds lié à Murakami augmente sa participation dans la Shinsei Bank du Japon.
ZR
06:29EVERGRANDE : l'Etat chinois s'invite à la tête de l'entreprise
AW
06:28CHINE : flambée des importations en novembre, tassement à l'export
AW
06:00Agenda FRANCE & INTERNATIONAL À 7 JOURS
RE
05:13Les actions indiennes ouvrent en hausse grâce à la progression des métaux et à l'apaisement des craintes liées à l'Omicron.
ZR
04:30Oil Search, axée sur la PNG, obtient l'accord des actionnaires pour un rachat de 6,2 milliards de dollars par Santos.
ZR
04:01Arkema - jp morgan dégrade sa recommandation à "neutre" contre "surperformance"
RE
03:50Le bitcoin repasse au-dessus de 50 000 dollars, le marché se calme après l'agitation du week-end.
ZR
02:31Samsung fusionne ses unités d'appareils mobiles et d'électronique grand public
RE
02:10Tokyo ouvre en hausse, soutenue par Wall Street et la Chine
AW
Dernières actualités "Sociétés"