VARSOVIE, 1er mars (Reuters) - Des agriculteurs polonais ont manifesté vendredi à la frontière avec la Lituanie, dénonçant des importations de céréales ukrainiennes via le pays balte, ce que Vilnius nie.

De petits groupes de manifestants, qui brandissaient des drapeaux polonais et des banderoles, se sont joints aux douaniers chargés de contrôler les camions traversant la frontière au point de passage de Budzisko, mais n'ont pas tenté de bloquer la route.

Depuis plusieurs semaines, les agriculteurs de toute l'Europe protestent contre les contraintes imposées par les réglementations européennes afin de lutter contre le changement climatique. Ils dénoncent également l'augmentation des coûts et ce qu'ils présentent comme une concurrence déloyale de la part de pays non européens, en particulier de l'Ukraine.

L'UE a renoncé aux quotas et aux droits de douane sur les importations en provenance d'Ukraine après l'invasion russe de 2022, ce qui a suscité la colère des agriculteurs des pays voisins, à savoir la Pologne, la Hongrie et la Slovaquie, qui estiment que ces mesures ont pour effet de faire baisser leurs prix.

Les agriculteurs polonais affirment que certaines cargaisons de céréales ukrainiennes acheminées en Lituanie sont ensuite réexportées vers d'autres pays sous le label de céréales européennes.

"La manifestation d'aujourd'hui a pour but d'attirer l'attention sur l'afflux incontrôlé de céréales sur le marché européen, en provenance d'Ukraine et de Russie", a déclaré à Reuters Karol Pieczynski, organisateur de la manifestation.

"Elles arrivent en Lituanie et en Lettonie, les documents sont modifiés et ces produits sont ensuite distribués dans toute l'Europe en tant que produits européens, ce qui signifie qu'ils répondent à toutes les normes, sans se conformer aux normes sanitaires."

Les responsables lituaniens ont réfuté ces accusations.

"Je pense que les personnes qui organisent de telles manifestations sont dans l'erreur, et cela nous conduit à une escalade et à des problèmes, des problèmes logistiques, entre les pays européens, ce qui est affligeant", a déclaré Vilmantas Vitkauskas, le chef du Centre national de gestion des crises de Lituanie.

Il ne serait pas judicieux, d'un point de vue commercial, d'acheminer des céréales ukrainiennes en Lituanie pour les réexporter ensuite vers d'autres pays, a-t-il ajouté. (Reportage Janis Laizans et Anna Wlodarczak-Semczuk ; version française Alban Kacher, édité par Kate Entringer)