Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Des villes libyennes sont le théâtre de manifestations violentes contre des dirigeants rivaux.

02/07/2022 | 15:19
People protest against a power outage inside Martyrs' Square, in Tripoli

La colère des dirigeants libyens a atteint son paroxysme vendredi lorsque des manifestants ont pris d'assaut le Parlement dans la ville de Tobrouk, à l'est, et ont organisé la plus grande manifestation depuis des années dans la capitale Tripoli, à l'ouest.

Les manifestants de Tobrouk, qui accusent le Parlement de trahison et de vol de fonds publics, quelque huit ans après son élection, ont fait irruption dans le bâtiment et en ont incendié certaines parties alors que les forces armées présentes sur place se retiraient.

Dans des vidéos mises en ligne et confirmées par des habitants de la ville, les manifestants crient et applaudissent alors que les flammes lèchent le côté du bâtiment.

Avec des factions politiques se disputant le contrôle du gouvernement après avoir échoué à organiser une élection prévue l'année dernière, la Libye a été repoussée vers la division territoriale et la guerre civile alors que les services publics s'effondrent progressivement.

Les protestations contre les coupures de courant chroniques ont amené les manifestants dans les rues de plusieurs villes, bravant la colère des factions armées pour exprimer leur colère contre les échecs qui ont rendu la vie intolérable pendant les mois d'été étouffants.

Sur la place des Martyrs de Tripoli, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées pour crier des slogans demandant de l'électricité, critiquant les factions armées et les politiciens et réclamant des élections, dans le cadre des plus grandes protestations de la capitale contre l'élite dirigeante depuis des années.

Plus tard dans la journée de vendredi, des dizaines de manifestants se sont tenus près du bâtiment du siège du gouvernement, en scandant "nous voulons de l'électricité, nous voulons de l'électricité".

D'autres manifestations réunissant des dizaines de manifestants ont également eu lieu dans chacune des villes de Benghazi, al-Baydha et Misrata, ainsi que dans certaines villes plus petites, montrant à quel point la colère contre la situation s'étend au-delà des lignes de front du pouvoir entre les forces rivales du pays.

"Nous en avons assez, nous en avons assez ! La nation veut renverser les gouvernements ! Nous voulons de l'électricité !" ont crié les manifestants à Tripoli, accompagnés de chants réclamant des élections.

Ils ont également scandé des slogans contre les factions armées qui exercent un contrôle sur des pans entiers de la Libye. "Non aux milices. Nous voulons la police et l'armée" ont-ils scandé.

Des forces armées affiliées à la police et à l'armée étaient visibles autour de la place des Martyrs. Lors des manifestations d'il y a deux ans, des coups de feu ont été tirés sur les manifestants.

HELL

"Je suis ici aujourd'hui pour protester contre tous les responsables qui ont amené ce pays en enfer", a déclaré Omar Derbal, 23 ans, étudiant en sciences.

"Nous sommes un pays producteur de pétrole qui subit des coupures de courant tous les jours. Cela signifie que le pays est dirigé par des individus corrompus", a-t-il ajouté.

Dans la ville d'al-Quba dans l'est de la Libye, ville natale du président du parlement Aguila Saleh, des dizaines d'habitants ont exigé la chute de tous les gouvernements et organes politiques en raison du faible niveau de vie.

Le secteur de l'électricité en Libye a été miné par des années de guerre et de chaos politique, ce qui a stoppé les investissements, empêché les travaux de maintenance et parfois endommagé les infrastructures.

Un gouvernement d'unité intérimaire mis en place l'année dernière s'est engagé à résoudre les problèmes, mais bien qu'il ait émis des contrats pour des travaux sur plusieurs centrales électriques, aucune n'est entrée en service et les querelles politiques ont empêché d'autres travaux.

Entre-temps, le parlement basé à l'est ayant nommé Fathi Bashagha à la tête d'un nouveau gouvernement alors que le premier ministre d'unité intérimaire Abdulhamid al-Dbeibah refuse de céder le pouvoir, l'impasse politique menace d'aggraver la situation.

Les factions basées à l'est ont bloqué les installations pétrolières, réduisant ainsi l'approvisionnement en carburant des principales centrales électriques, ce qui a provoqué de nouvelles coupures de courant.

À Tripoli, les manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles les visages de Dbeibah, de Bashagha, de Saleh, d'un autre leader législatif et du représentant des Nations unies étaient barrés de grosses marques rouges.


© Zonebourse avec Reuters 2022
Dernières actualités "Economie & Forex"
21:13Le dollar canadien chute alors que les investisseurs envisagent une période de faiblesse saisonnière pour la monnaie.
ZR
20:57Macron et Johnson réaffirment leur détermination à soutenir l'Ukraine-Elysée
RE
20:55Trump profite d'un raid du FBI pour stimuler sa candidature à la présidentielle de 2024
ZR
20:43Les deux dirigeants ont réitéré leur soutien aux efforts europée…
RE
20:43Emmanuel macron et boris johnson ont réaffirmé leur détermination à soutenir l'ukraine aussi longtemps que nécessaire - elysée
RE
20:16USA : baisse record de la productivité au 2e trimestre
AW
20:06Le président mexicain déclare que Bayer souhaite continuer à investir dans le pays
ZR
19:31Les républicains s'engagent à enquêter sur le raid du FBI contre Trump s'ils obtiennent le contrôle de la Chambre des représentants.
ZR
19:30Burkina Faso-Quinze soldats tués dans une explosion dans le nord du pays
RE
19:30FRANCE : vers une croissance "légèrement positive" au troisième trimestre (BDF)
AW
Dernières actualités "Economie & Forex"