Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Espagne-Les socialistes virent en tête, poussée de l'extrême droite

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
10/11/2019 | 21:27

(Résultats actualisés)

MADRID, 10 novembre (Reuters) - Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) emmené par le président du gouvernement sortant, Pedro Sanchez, est arrivé en tête des élections législatives qui ont aussi montré une très forte poussée de Vox, le parti d'extrême droite désormais troisème force politique du pays.

Alors que 95% des bulletins de vote ont été dépouillés, le PSOE est crédité de 120 sièges à la chambre basse du Parlement qui en compte 350. Le Parti populaire (PP, conservateurs) arrive en deuxième position avec 88 sièges, devant la formation d'extrême droite Vox (52 sièges), Podemos (26 sièges) et Ciudadanos (10 sièges).

Podemos, parti issu de la gauche radicale, a fait savoir dimanche qu'il était prêt à négocier "dès demain" la formation d'un gouvernement avec les socialistes. Si cette hypothèse se concrétisait, l'apport de ces sièges serait toutefois insuffisant pour garantir une majorité absolue.

L'Espagne peine à se doter d'un gouvernement stable depuis 2015 et l'émergence de nouveaux partis consécutive à la crise financière, qui ont bouleversé une scène politique jusque-là dominée par les socialistes et les conservateurs.

Ces législatives, les quatrièmes en autant d'années, ont été annoncées en septembre, lorsque le Parlement a refusé d'accorder sa confiance au président du gouvernement sortant, le socialiste Pedro Sanchez, qui n'a pas été en mesure de former une coalition.

La campagne électorale a été éclipsée par les violentes manifestations qui ont éclaté le mois dernier en Catalogne après la condamnation à de lourdes peines de prison de neuf dirigeants séparatistes pour la tentative de sécession de 2017.

De nouveaux rassemblements ont eu lieu à Barcelone samedi. Les autorités à Madrid ont dépêché 2.500 agents de la police nationale en renfort en Catalogne à l'occasion du scrutin.

Au total, plus de 92.000 policiers ont été mobilisés dimanche à travers le pays. (Rédaction de Madrid, Nicolas Delame pour le service français)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
16/11Liban-Safadi renonce à devenir Premier ministre
RE
16/11GB-Les conservateurs creusent l'écart sur le Labour avant les élections
RE
16/11Venise se prépare à une nouvelle marée exceptionnelle
RE
16/11L'Onu préoccupée par la répression en Bolivie
RE
16/11Liban-Nabih Berri met en doute l'accord de sortie de crise
RE
16/11Grand rassemblement antigouvernemental à Prague, trente ans après la Révolution de velours
RE
16/11Un mort en Iran dans les manifestations contre la hausse du prix de l'essence
RE
16/11Nouveaux incidents et manifestation pro-chinoise à Hong Kong
RE
16/11Gilets jaunes - Un anniversaire sous tension, 28.000 manifestants en France
RE
16/11La Turquie accuse les Kurdes d'un attentat meurtrier dans le nord de la Syrie
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"