Connexion
E-mail
Mot de passe
Afficher le mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON
Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Exclusif-Les USA et l'UE cherchent à conclure un accord pour réduire les émissions de méthane-documents

14/09/2021 | 02:52
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook

BRUXELLES/WASHINGTON, 14 septembre (Reuters) - Les Etats-Unis et l'Union européenne travaillent à un effort diplomatique commun pour amener les pays à s'engager à réduire les émissions de méthane de près d'un tiers au cours de la prochaine décennie, avant la Conférence sur les changements climatiques de Glasgow, la COP26, qui se tiendra en novembre.

Les émissions de méthane, gaz à effet de serre, sont la principale cause du changement climatique après les émissions de dioxyde de carbone. Elles font l'objet d'une attention accrue de la part des gouvernements qui cherchent limiter le réchauffement climatique aux 1,5 degrés prévus par les accords de Paris.

Les Etats-Unis et l'UE appelleront dans le courant de la semaine à un engagement commun visant à réduire les émissions de méthane d'origine humaine d'au moins 30% d'ici à 2030, par rapport aux niveaux de 2020, selon un document dont Reuters a pris connaissance.

"La courte durée de vie du méthane dans l'atmosphère signifie qu'en prenant des mesures dès maintenant, il est possible de réduire rapidement le taux de réchauffement de la planète", indique le projet.

Un document distinct énumère plus de deux douzaines de pays que les Etats-Unis et l'UE vont cibler pour qu'ils s’engagent à leurs côtés. Il s'agit de grands émetteurs de méthane comme la Chine, la Russie, l'Inde, le Brésil et l'Arabie saoudite, et d'autres pays comme la Norvège, le Qatar, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud. Le département d'Etat américain et la Commission européenne n'ont pas immédiatement commenté ces documents. (Reportage Kate Abnett et Valerie Volcovici; version française Camille Raynaud)


© Reuters 2021
share with twitter
share with LinkedIn
share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie & Forex"
Dernières actualités "Economie & Forex"