Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex

Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

GB: beau temps et mariage royal redonnent le sourire aux commerçants

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
14/06/2018 | 12:46

Londres (awp/afp) - Une météo ensoleillée et les festivités autour du mariage royal ont apporté en mai un peu d'air frais aux commerçants britanniques, fragilisés par des restructurations et le coup de frein de l'économie.

L'Office des statistiques nationales a annoncé jeudi une progression de 1,3% des ventes au détail d'un mois sur l'autre, qui restent vigoureuses après leur net rebond de 1,8% (chiffre révisé en hausse) en avril.

Cet indicateur, qui regroupe les ventes des commerces physiques et en ligne, est bien meilleur que prévu par les économistes interrogés par Bloomberg qui tablaient sur une hausse modérée de 0,5%.

"Les remontées des distributeurs ont suggéré qu'une longue période de beau temps et les célébrations du mariage royal ont encouragé les dépenses dans les magasins alimentaires et ceux spécialisés dans les biens pour la maison en mai", explique l'ONS.

Les ventes au détail se sont notamment élevées de 1,1% dans l'alimentaire et de 1,7% dans l'habillement.

Une météo ensoleillée, après une fin d'hiver particulièrement rigoureuse, a poussé les Britanniques à faire leur retour dans les magasins de vêtements et dans les supermarchés, en particulier lors d'un week-end festif de la mi-mai qui a vu l'union entre l'actrice Meghan Markle et le prince Harry.

"Il s'agit d'une information bienvenue pour l'économie britannique après quelques récentes déceptions", avec notamment un trou d'air dans la production manufacturière, souligne Ben Brettell, économiste chez Hargreaves Lansdown.

La pression est en outre un peu moins forte depuis quelques mois sur les consommateurs, qui voient l'inflation un peu s'apaiser à 2,4% en rythme annuel et une légère augmentation des salaires réels après de long mois de compression du pouvoir d'achat.

- Zone de turbulences -

Les économistes tablent sur une légère accélération à court terme de l'activité économique, après un brusque ralentissement de la croissance du produit intérieur brut à 0,1% au premier trimestre. Ils affichent néanmoins leur prudence sur l'ensemble de l'année, en particulier du fait des incertitudes sur les futures relations entre l'UE et le Royaume-Uni.

James Smith, économiste chez ING, nuance quant à lui les bonnes nouvelles du jour. "La confiance des consommateurs reste basse, en particulier en comparaison avec l'Europe et les Etats-Unis où souvent les consommateurs n'ont jamais été si optimistes depuis le début des années 2000", prévient-il.

Ces chiffres de ventes au détail ne doivent pas faire oublier non plus que les commerces physiques britanniques traversent une zone de turbulences avec une multiplication des restructurations et des faillites, compte tenu de l'essor des ventes en ligne, d'une hausse des loyers des locaux ou encore de la prudence des ménages.

Les changements d'habitude de consommation sont d'ailleurs mis en avant une nouvelle fois par l'ONS qui montre que les ventes sur internet, en particulier dans les supermarchés, les grands magasins et les enseignes d'habillement, grignotent toujours plus de parts de marché aux commerces physiques.

"Comme le montrent par exemple les chiffres de la marque de mode en ligne boohoo.com, avec une hausse de 49% des ventes au Royaume-Uni, il n'est pas difficile de voir où sont passés les clients des commerces de centre-ville", observe M. Brettell.

Ces tous derniers jours, l'enseigne de magasins de maxidiscompte Poundworld s'est placée sous le régime des faillites, menaçant quelque 5.100 emplois, alors que les grands magasins House of Fraser ont proposé de fermer plus de la moitié de leurs établissements, avec 6.000 emplois en jeu.

Plus tôt cette année, des milliers d'emplois ont été détruits par les faillites du spécialiste des vêtements Calvetron, de la branche britannique des magasins de jouets Toys "R" Us et des boutiques de produits électroniques Maplin.

Signe des temps, la société de Manchester (nord de l'Angleterre) N Brown, qui possède les marques de vêtements Simply B et Jacamo, a annoncé jeudi qu'elle envisageait de fermer tous ses magasins pour devenir uniquement un commerçant en ligne.

afp/rp

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
08:15CHINE : La contraction du marché auto s'accélère en novembre
RE
07:45L'emploi salarié en hausse de 0,1% au 3e trimestre
RE
07:20DASSAULT SYSTEMES : va acquérir l'américain IQMS pour 374 millions d'euros
RE
06:54COMMERCE : Entretien entre représentants chinois et américains
RE
06:53HUAWEI : L'audience de remise en liberté sous caution de Meng ajournée
RE
11/12CARLOS GHOSN : L'essentiel de l'actualite a 23h00 gmt (10/12)
RE
10/12Washington sanctionne trois responsables nord-coréens pour abus des droits de l'homme
RE
10/12Maîtrise des dépenses confirmée, de la marge pour le déficit-Elysée
RE
10/12L'objectif initial de déficit public pour 2019 hors cice est loin de la limite de 3% du pib, ce qui laisse "un peu de marge" pour la construction du budget 2019-élysée
RE
10/12La france ne remet pas en cause son objectif de maîtrise de la dépense publique, précise l'élysée après les annonces de macron
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"
Publicité