Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

Government of Romania : Déclarations à la presse du Premier ministre Ludovic Orban, au Palais Victoria

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
21/05/2020 | 18:35

Ludovic Orban: Bonsoir! Le Conseil de l'Union européenne a approuvé un règlement qui mettra en œuvre le programme dit SURE. Il s'agit d'un programme par lequel l'Union européenne aide les États membres à financer des mesures actives pour l'emploi. Pratiquement, nous pouvons dire aujourd'hui que la Roumanie a la garantie qu'elle bénéficiera d'un financement européen afin de mettre en œuvre les mesures pour l'emploi conçues par le Gouvernement roumain, des mesures qui soutiennent à la fois les employés et les employeurs. Grâce à ce programme, les pays membres peuvent accéder à d'importantes sommes d'argent, à condition que des garanties soient fournies. Quant à la Roumanie, la Roumanie doit offrir une garantie pouvant aller jusqu'à 400 millions d'euros et bénéficiera, selon nos calculs, certainement, selon le mécanisme de répartition de ces fonds, d'un montant compris entre trois milliards d'euros et cinq milliards, le montant total qui sera utilisé dans ce programme est de cent milliards. Comme nous l'avons annoncé, il y a une semaine, dans le plan de reconstruction économique de la Roumanie, nous avons prévu un ensemble de mesures extrêmement importantes pour soutenir les employés et les employeurs au cours de la période à venir. Tout d'abord, pour les zones où les restrictions seront maintenues, après le 1er juin, nous continuerons à payer le chômage technique. Pour tous les domaines qui reprendront leur activité, du fait de l'assouplissement des restrictions, le chômage technique sera remplacé par une mesure active pour soutenir la reprise d'activité des salariés, en allouant un pourcentage du salaire brut du salarié à hauteur de 41,5%. , pour chaque salarié qui reprend son activité au sein de l'entreprise dans laquelle il a travaillé. Il est très clair qu'en raison de la crise économique provoquée par l'épidémie, de nombreux Roumains ont perdu leur emploi ou étaient techniquement au chômage. De plus, de nombreux Roumains sont rentrés au pays des pays où ils travaillaient, à la suite de la conclusion de contrats de travail. L'évaluation que nous avons indique qu'il y a près de 600 000 Roumains qui étaient techniquement au chômage et jusqu'à 700.000 Roumains qui chercheront un emploi, près de 350.000 personnes dont le contrat de travail a été conclu et entre 300.000 et 350.000 Roumains qui sont rentrés au pays et chercheront un emploi. Pour cette raison, en plus de la mesure active accordée pour reprendre l'activité des salariés dans les entreprises affectées par les mesures restrictives ou indirectement affectées par la crise économique, nous utiliserons plusieurs mesures actives dédiées à différentes catégories de salariés.

Nous donnerons un pourcentage allant jusqu'à 30% du salaire brut aux entreprises qui embaucheront des personnes à la recherche d'un emploi, ce qui offrira des emplois aux citoyens roumains qui recherchent un emploi pour une période d'au moins trois mois. Il existe également un certain nombre de citoyens, des catégories d'employés pour lesquels l'embauche est plus difficile, comme les jeunes diplômés, comme les personnes proches de l'âge de la retraite et qui ont plus de mal à trouver un emploi sur le marché du travail. Pour ces catégories, nous développerons des outils pour soutenir des emplois plus généreux, en soutenant un pourcentage significatif du salaire brut sur une plus longue période. Bien entendu, ces mesures seront prises sous certaines conditions, que nous considérons évidemment comme naturelles, à savoir, après la fin de la période de paiement du montant au titre des mesures actives, un délai pour que l'entreprise maintienne les salariés qui ont bénéficié de ces mesures actives aussi pour les journaliers. Nous savons très clairement qu'il existe un réel besoin pour les agriculteurs roumains d'être employés sous la forme de contrats de travail de jour et pour cette catégorie de citoyens, nous adopterons également un acte normatif, dans lequel nous appliquerons une mesure active pour soutenir les journaliers.

Le deuxième sujet que j'aborderai est la vigilance. Aujourd'hui, avec l'adoption par le Parlement de la décision portant approbation de l'état d'alerte, la procédure établie par la Loi 55 est achevée et l'on peut dire que nous sommes pleinement entrés dans l'état d'alerte maximale, comme nous l'avons appelé lors de la séance du gouvernement. Bien sûr, j'ai beaucoup à dire sur la façon dont le Parlement a traité notre projet de loi et les changements qu'il a apportés qui nous ont limité autant que possible les possibilités réelles d'action. Je considère également que le Parlement n'avait pas la qualité constitutionnelle et juridique de modifier l`arrêté du gouvernement et le plan de mesures lié à l`Arrêté du gouvernement, par lesquels le Gouvernement de la Roumanie a déclaré l'état d'alerte. Il s'agit d'une ingérence flagrante du forum législatif dans l'activité de l'exécutif et d'une violation flagrante du principe de séparation des pouvoirs dans l'État. Nous ne pouvons pas être d'accord avec une telle attitude, mais nous n'aurons pas de réaction pour le moment, car le plus important est que les Roumains comprennent que nous n'avons pas encore échappé à l'épidémie, qu`ils comprennent la nécessité de cet état d'alerte et particulièrement la nécessité de se conformer à toutes les règles qui seront établies dans le plan de mesures, qui font partie des annexes de l`Arrêté du gouvernement sur la mise en place de l'état d'alerte. Au cours de la journée de demain, jusqu'à la fin de la journée, tous les ministères adopteront des ordres ministériels conjoints, ordre du ministre de la Santé avec l'ordre du ministre des Transports sur les règles de protection de la santé et de la sécurité au travail dans les moyens de transport. Le ministre de l'Economie et le ministre de la Santé adopteront toutes les règles relatives au développement des activités commerciales et autres mesures liées au domaine économique. En outre, le ministre du Travail et le ministre de la Santé adopteront l'ordre conjoint sur les règles de protection de la santé au travail et de la sécurité au travail. De plus, dans le domaine de l'éducation, l'ordre commun a déjà été émis et publié au Journal officiel - et je fais cette déclaration, car elle est nécessaire: il sera obligatoire de porter un masque. Et je fais cette déclaration car il sera obligatoire de porter un masque dans tous les espaces clos. Bien sûr, le port d'un masque crée un certain inconfort, bien sûr, cela peut déranger certains d'entre nous porter un masque, mais cette décision que nous avons prise - et nous avons le consentement du Parlement pour cette décision - et ici je fais une parenthèse: à partir de l'heure actuelle, y compris les dirigeants du PSD et d'autres partis auront l'obligation de respecter cette mesure. Le port d'un masque nous protège du risque de transmettre le virus à nos semblables ou d'être infectés par le virus. Toutes les autres règles de la distance sanitaire physique - nous avons vu que beaucoup de gens sont dérangés par le fait que leur température est prise.

Cette mesure est une mesure nécessaire pour réduire le risque qu'une personne qui a une température supérieure à 37,3 degrés et qui peut avoir le virus en question puisse transmettre le virus à d'autres personnes. En entrant dans des espaces clos, ce triage est nécessaire, je le répète, pour protéger tous ceux qui vont travailler, qui entrent dans les espaces commerciaux, qui sont dans une situation où s'ils sont infectés, ils peuvent transmettre le virus. Permettez-moi également de faire référence à un sujet, appelons-le politiquement. J'ai été étonné par la décision prise aujourd'hui par le soi-disant Conseil national de lutte contre la discrimination. Une majorité PSD-UDMR a pris une décision qui n'a rien à voir avec la loi et le régime de sanction de la discrimination. Le président de la Roumanie est victime d'une décision purement politique qui montre clairement que toutes les institutions, envahies par le PSD, prennent des décisions contraires à la Constitution et à la loi. Le président de la Roumanie a été sanctionné non pas parce qu'il avait discriminé, mais parce qu'il avait agi dans l'esprit de la Constitution, défendant un principe constitutionnel, le principe d'intégrité, et parce qu'il a démasqué une politique constante de complicité du PSD, qui, afin d'attirer le soutien de l'UDMR, a fait une série de compromis inacceptables, votant à plusieurs reprises des actes normatifs, tels que les actes normatifs qui, dans la pratique, on instituait l'obligation d'utiliser les langues minoritaires partout, permettant, par l'adoption tacite, un projet de loi sur la déclaration de l'autonomie de la soi-disant Terre de Sécules. Toutes ces actions du PSD ont montré, au cours des trois dernières années, que le PSD ne défend pas l'intérêt de la Roumanie, que le PSD, pour rester au pouvoir, a pu faire un compromis contre l'intérêt de la Roumanie. Sinon, comment pourrait-on qualifier l`action de céder à une pression qui a été exercée dans la procédure d'adhésion à l'OCDE, dans laquelle on a accepté des conditions fixées par un État, qui n'ont rien à voir avec la diplomatie et qui violent la souveraineté de la Roumanie, invoquant ce prétexte, qu'ils cherchent à éviter un éventuel exercice du droit de veto pendant le processus d'adhésion de la Roumanie à l'OCDE. Je ne parle pas d'autres accords loin des yeux du public qui ont été constatés dans les déclarations de certains responsables hongrois, comme la déclaration selon laquelle tout le gaz qui sera extrait de la Mer Noire sera acheté par un État voisin, comme si ce gaz aurait été une ressource à la disposition d`un autre État que la Roumanie. Je condamne fermement ce comportement inconstitutionnel, illégal et contraire à l'intérêt national de certains représentants du PSD qui détiennent la majorité et qui ont enfreint la loi et transformé une institution de l'État roumain qui doit défendre les droits des citoyens en une institution à la merci du PSD et qui prend des décisions en fonction de la couleur politique des membres de la structure dirigeante de l'institution. Je vous remercie!

La Sté Government of Romania a publié ce contenu, le 20 mai 2020, et est seule responsable des informations qui y sont renfermées.
Les contenus ont été diffusés par Public non remaniés et non révisés, le21 mai 2020 16:34:05 UTC.

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
06:00Agenda FRANCE & INTERNATIONAL À 7 JOURS
RE
05:50Hong Kong-La nouvelle loi de sécurité est plutôt modérée, dit Lam
RE
05:18Coronavirus-390 cas supplémentaires recensés en Allemagne
RE
03:33Coronavirus/Brésil-Nouveau test de dépistage pour Bolsonaro
RE
03:07Coronavirus-Huit cas supplémentaires recensés en Chine
RE
02:31Japon-Plus forte chute historique des dépenses des ménages
RE
02:16La Corée du Nord dit ne pas vouloir discuter avec les Etats-Unis
RE
02:02La Chine signe à l'Onu le traité mondial sur le commerce des armes
RE
01:25Coronavirus/Brésil-Nouveau test de dépistage pour Bolsonaro
RE
01:14L'assassinat de Soleimani par les USA "illégal"-rapporteure de l'Onu
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"