Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Economie / Forex  >  Toute l'info

Actualités : Economie / Forex
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'infoEconomieDevises / forexStatistiques MacroéconomiquesCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

L'ESSENTIEL DE L'ACTUALITE A 22H00 GMT (20/09)

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
21/09/2019 | 00:01

TROIS MOIS DE PRISON AVEC SURSIS REQUIS CONTRE MÉLENCHON

PARIS - Le ministère public a requis vendredi trois mois de prison avec sursis contre Jean-Luc Mélenchon, jugé ces deux derniers jours à Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour les incidents qui ont émaillé les perquisitions de l'an dernier dans les locaux de La France insoumise et au domicile de certains de ses dirigeants.

Les procureurs ont également réclamé une amende de 8.000 euros à l'encontre du député de Marseille, poursuivi pour rébellion, rébellion en réunion, provocation à la rébellion et actes d'intimidation envers un magistrat et des policiers.

Le parquet s'est montré plus indulgent avec les cinq autres prévenus, dont le député Alexis Corbière et l'eurodéputé Manuel Bompard, contre qui sont requises des amendes de 2.000 à 10.000 euros, sans emprisonnement.

Les juges rendront leur décision le 9 décembre.

Les réquisitions sont très inférieures aux peines encourues, notamment dans le cas de Jean-Luc Mélenchon, qui risque théoriquement dix ans de prison ferme et 150.000 euros d'amende.

VOIR AUSSI

Mélenchon défend la thèse du "procès politique"

---

NOUVELLE JOURNÉE MONDIALE D'ACTION POUR LE CLIMAT

SYDNEY - Des millions de jeunes étaient dans les rues du monde entier vendredi pour demander aux dirigeants politiques de prendre des mesures pour lutter contre le changement climatique, à trois jour du Sommet des Nations unies sur l'action pour le climat.

Des manifestations similaires, , sont prévues vendredi dans quelque 150 pays. Cette journée mondiale de mobilisation pour le climat s'achèvera à New York, par un rassemblement devant le siège des Nations unies en présence de la jeune Suédoise, dont le nom a été avancée pour le prix Nobel de la paix.

Greta Thunberg, la lycéenne âgée de 16 ans à l'origine des "Fridays for Future", s'est félicitée sur Twitter de l'ampleur de la mobilisation.

"Aujourd'hui, nous sommes ceux qui faisons la différence. Si personne d'autre ne veut agir, alors nous le ferons", a-t-elle lancé aux manifestants à New York. "Nous exigeons un avenir sûr. Est-ce vraiment trop demander?".

Le Sommet Action Climat 2019, qui a pour but de concrétiser et d'accélérer la mise en œuvre l'accord de Paris sur le changement climatique, s'ouvrira lundi à New York.

---

BREXIT: JUNCKER DIT PENSER QU'UN ACCORD EST POSSIBLE

LONDRES - Un accord entre Londres et Bruxelles sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne est possible et la clause du "backstop" pourrait être remisée à condition que ses objectifs soient atteints, a déclaré jeudi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

"Je pense que nous pouvons avoir un accord", a déclaré le chef de l'exécutif européen sur Sky News.

Jean-Claude Juncker a réaffirmé qu'il n'avait aucun attachement particulier au "backstop", la clause censée éviter le rétablissement des contrôles à la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord, dont Londres ne veut pas.

"En ce qui concerne les dispositifs alternatifs, s'ils nous permettent, à nous et à la Grande-Bretagne, d'atteindre nos objectifs, si les résultats sont là, je n'ai que faire de cet outil (le 'backstop'-NDLR)."

"Si les objectifs sont atteints, tous, alors nous n'aurons pas besoin du 'backstop'", a-t-il ajouté.

Le négociateur européen, Michel Barnier, et le ministre britannique chargé du Brexit, Stephen Barclay, se sont retrouvés vendredi à Bruxelles.

---

DONALD TRUMP RENCONTRERA LE PRÉSIDENT UKRAINIEN À NEW YORK

WASHINGTON - Donald Trump s'entretiendra avec le nouveau président ukrainien Volodimir Zelenski mercredi prochain en marge de la 74e Assemblée générale des Nations unies, a-t-on appris vendredi auprès de l'administration américaine.

Cette rencontre, une première entre les deux hommes, intervient alors que selon le Washington Post et le New York Times, un membre des services de renseignement américains a alerté sa hiérarchie sur une communication du chef de la Maison blanche avec un dirigeant étranger jugée "dérangeante".

Selon le Post, ce signalement impliquerait l'Ukraine. Donald Trump devait également s'entretenir à New York avec les dirigeants, notamment, du Pakistan, d'Inde, du Japon, de Corée du Sud, d'Egypte, d'Irak, de Pologne. Un entretien avec le président français Emmanuel Macron est également prévu, a fait savoir l'Elysée.

Selon l'édition de vendredi du Wall Street Journal, qui cite des sources au fait du dossier, le président américain aurait pressé Volodimir Zelenski, à quelque huit reprises au cours d'un entretien téléphonique en juillet, de coopérer avec son avocat personnel, Rudolph Giuliani, pour ouvrir une enquête sur le fils de Joe Biden, favori du Parti démocrate pour l'élection présidentielle de 2020.

---

YÉMEN-LES HOUTHIS PROPOSENT UNE INITIATIVE DE PAIX À L'ARABIE SAOUDITE

LE CAIRE - La rébellion yéménite des Houthis s'engage à cesser les attaques de drones et de missiles contre l'Arabie saoudite si la coalition militaire dirigée par Ryad au Yémen fait de même, a annoncé vendredi l'un de ses responsables sur sa chaîne de télévision Al-Massirah.

Les Houthis, rebelles chiites appuyés par l'Iran, ont revendiqué l'attaque de drones du 14 septembre dernier contre des infrastructures pétrolières saoudiennes. Washington et Ryad accusent l'Iran d'avoir commandité l'attaque, qui a affecté la production de pétrole.

"J'appelle toutes les parties en conflit à s'engager sérieusement dans des négociations véritables pour parvenir à une réconciliation nationale globale qui n'exclut personne", a déclaré Mahdi al-Mashat, qui préside le conseil politique des Houthis.

Si cet appel était ignoré par la coalition, les Houthis, a-t-il poursuivi, "n'hésiteraient pas à ouvrir une période de grande souffrance".

---

SOCGEN VA SUPPRIMER 530 EMPLOIS EN FRANCE D'ICI 2023, DIT LA CGT

PARIS - Société générale va supprimer 530 emplois en France d'ici 2023, a déclaré vendredi la CGT. La banque n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire.

"De ces échanges (entre les syndicats et Marie-Christine Ducholet, directrice de la banque de détail en France-NDLR) découlerait ensuite un projet plus ou moins aménagé et des conditions d'accompagnement social nécessaire aux 530 suppressions de postes envisagées à l'horizon 2023", écrit la CGT dans un communiqué.

Ces suppressions de postes concerneront le siège et les activités de back-office, selon Le Figaro, qui cite des sources syndicales.

---

FRANCE-LE PARQUET DEMANDE LE RENVOI DE BALLADUR ET LÉOTARD DEVANT LA CJR

PARIS - Le procureur général près la Cour de cassation, François Molins, a requis le renvoi devant la Cour de justice de la République (CJR) de l'ancien Premier ministre Edouard Balladur et de son ex-ministre François Léotard dans le volet financier de l'affaire Karachi, a-t-on appris de source judiciaire, confirmant une information de l'Express.

La commission de l'instruction de la Cour de cassation doit désormais décider de juger ou non les deux hommes.

Edouard Balladur et son ancien ministre de la Défense ont été mis en examen en 2017 pour "complicité d'abus de biens sociaux", notamment, dans ce dossier relatif à des soupçons de financement occulte de la campagne présidentielle de 1995.

La campagne aurait été financée via des rétrocommissions révélées à la faveur de l'enquête sur l'attentat qui avait fait 14 morts, dont 11 employés de la Direction des constructions navales (DCN), le 8 mai 2002 à Karachi, au Pakistan.

Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
EURO / BRITISH POUND (EUR/GBP) -0.46%0.862 Cours en différé.-3.84%
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 0.00%26.03 Cours en temps réel.-6.43%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
0
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Economie / Forex"
16:26ELECTIONS EN SUISSE : L'UDC reste en tête, progression des écologistes
RE
15:51Trois morts dans des émeutes dans la capitale chilienne
RE
15:09L'Inde et le Pakistan se renvoient la balle après un bombardement
RE
14:14France-La SNCF annonce une "reprise progressive" du trafic
RE
14:04Le chef du Pentagone en visite surprise en Afghanistan
RE
14:01Au musée du Louvre, un nouveau regard sur Léonard de Vinci
RE
13:36Quatrième jour de mobilisation contre le pouvoir au Liban
RE
12:48KURODA (BOJ) : Abaisser les taux d'intérêt à court terme est envisagé
RE
12:03Le taux de change du yuan à un niveau "approprié", selon le gouverneur de la BPC
RE
11:13Heurts entre forces de l'ordre et manifestants à Hong Kong
RE
Dernières actualités "Economie / Forex"