Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

L'OMS attend une décision sur l'"urgence" de la variole du singe, l'Afrique estime qu'elle aurait dû être prise depuis longtemps.

23/06/2022 | 13:12
FILE PHOTO: Illustration shows test tubes labelled

L'Organisation mondiale de la santé décidera jeudi s'il convient de déclarer la variole du singe comme une urgence sanitaire mondiale, suscitant les critiques d'éminents scientifiques africains qui affirment que cette maladie constitue une crise dans leur région depuis des années.

Les délibérations et l'examen minutieux de la réponse de l'OMS à l'épidémie font suite aux préoccupations concernant la façon dont l'agence des Nations Unies et les gouvernements du monde entier ont géré le COVID-19 au début de 2020.

Une "urgence de santé publique de portée internationale" est le niveau d'alerte le plus élevé de l'OMS. L'agence ne déclare pas les pandémies, mais elle a commencé à utiliser ce terme pour décrire COVID-19 en mars 2020.

Pour de nombreux gouvernements, c'est à ce moment-là - plutôt qu'à celui de la déclaration d'urgence en janvier - qu'ils ont commencé à prendre des mesures concrètes pour tenter de contenir la maladie, ce qui s'est avéré trop tard pour faire la différence.

Le monkeypox ne se propage pas aussi facilement que le COVID et il existe des vaccins et des traitements, contrairement à ce qui s'est passé pour le coronavirus lors de son apparition. Mais elle n'en a pas moins suscité l'inquiétude.

Le nombre de cas de l'épidémie actuelle en dehors de l'Afrique a dépassé les 3 000 dans plus de 40 pays, selon un décompte de Reuters - principalement parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes - depuis qu'elle a été signalée pour la première fois en mai. Aucun décès n'a été signalé.

La maladie virale, qui provoque des symptômes semblables à ceux de la grippe et des lésions cutanées, est endémique dans certaines parties de l'Afrique. Le continent a enregistré un peu plus de 1 500 cas suspects depuis le début de l'année 2022, dont 66 ont été mortels, selon les données officielles.

"Quand une maladie touche les pays en développement, ce n'est pas une urgence. Elle ne devient une urgence que lorsque les pays développés sont touchés", a déclaré le professeur Emmanuel Nakoune, directeur par intérim de l'Institut Pasteur de Bangui, en République centrafricaine, qui mène un essai d'un traitement contre la variole du singe.

Toutefois, Nakoune a déclaré que si l'OMS déclarait une urgence, ce serait tout de même une étape importante.

"S'il existe une volonté politique de partager équitablement les moyens de réponse entre les pays développés et les pays en développement [...], chaque pays pourra en bénéficier", a-t-il déclaré.

L'OMS convoquera une réunion d'experts à huis clos à 12 heures (1000 GMT) à Genève. On ne sait pas encore quand la décision sera annoncée.

La réunion du comité d'urgence de jeudi comprend des experts des régions les plus touchées, qui ont également consulté des scientifiques, dont Nakoune. Ils feront une recommandation au directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui prend la décision ultime de déclencher ou non l'urgence.

Cette étape sert principalement à tirer la sonnette d'alarme, et peut susciter des orientations supplémentaires de la part de l'OMS, ainsi qu'attirer l'attention des États membres. L'OMS a déjà fourni des orientations détaillées sur l'épidémie et a déclaré qu'elle travaillait sur un mécanisme de partage des traitements et des vaccins.

La plupart des experts s'accordent à dire que la variole du singe répond techniquement aux critères de la définition d'une urgence de l'OMS. Il s'agit d'un événement soudain et inhabituel qui se propage à l'échelle internationale et qui nécessite une coopération entre les pays.

Mais l'OMS est dans une position précaire après le COVID, selon Clare Wenham, professeur adjoint en santé mondiale à la London School of Economics.

Si l'OMS déclare une urgence et que les pays n'agissent pas, cela pourrait compromettre le rôle de l'agence dans le contrôle des maladies mondiales, a-t-elle déclaré. "Ils sont condamnés s'ils le font, et condamnés s'ils ne le font pas", a-t-elle ajouté.


© Zonebourse avec Reuters 2022
Dernières actualités "Economie & Forex"
14:33France-notre système de santé est à bout de souffle-braun…
RE
14:25La mission des Nations Unies pour les droits de l'homme découvre des fosses communes "probables" en Libye.
ZR
14:24Le Kenya conclut un accord pour mettre en place la première bourse de compensation du carbone d'Afrique de l'Est
ZR
14:24COVID EN CHINE : 1,7 million d'habitants confinés dans l'est du pays
AW
14:23Des États-Unis polarisés célèbrent le jour de l'indépendance
RE
14:23Le Rwandais Kagame n'a aucun problème à être exclu de la force militaire régionale du Congo
ZR
13:55La Chine affirme ne pas vouloir s'emparer de la Lune après un avertissement de la Nasa
RE
13:50Point marchés-Les Bourses européennes en hausse prudente en l'absence de Wall Street
RE
13:49Forte accélération de l'inflation en juin
AW
13:37Nagel de la Bundesbank s'est opposé au nouvel instrument de soutien de la BCE aux pays endettés, selon des sources
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"