Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Sociétés

Actualités : Toute l'info
Toute l'infoSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs

L'Oréal, Lindt et Nestlé dans les petits papiers de Bernstein

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
13/10/2020 | 12:20

L'Oréal, Lindt, Nestlé et Beiersdorf sont – dans l'ordre - les quatre dossiers favoris de Bernstein dans l'univers des biens de consommation alimentaires, pour la personne et la maison. L'analyste Bruno Monteyne, transfuge du secteur grande distribution, est en revanche négatif sur Unilever, Reckitt Benckiser, Henkel et Danone. Et neutre sur Orkla.

Pourquoi miser sur le secteur ?

Le segment est un "sanctuaire de qualité", explique Monteyne, qui offre à la fois de la création de valeur, une croissance réelle et des canaux de bénéfices solides. Mais ce qui a changé depuis la décennie précédente, c'est une croissance organique qui se tasse. Cinq choses ont changé ces dernières années : la croissance mondiale est plus faible, report des dépenses des consommateurs vers les services et les "expériences", hausses des marges aux dépens des parts de marché, e-commerce à l'origine de la croissance du marché et e-commerce comme vecteur de développement des petites marques ou des marques locales.

Dans ce contexte, la capacité à fixer ses prix, le "pricing power", est la clef de la rentabilité, les réductions de coûts arrivant au second rang. Le "pricing power" a d'autant plus d'importance que les marques ont tiré sur la corde pour améliorer leurs marges récemment. Or sur le long terme, l'érosion des marques menace la pérennité des résultats. Bernstein a donc passé en revue le secteur en misant sur les acteurs affichant les meilleurs fondamentaux à l'aune de la nouvelle réalité.

 

Le parcours des 8 titres du secteur sur 8 ans

Le parcours des 8 titres du secteur sur 8 ans

L'Oréal oui, Danone non

Les deux titres français, L'Oréal (surperformance, objectif 340 EUR) et Danone (sousperformance, objectif 53 EUR), se retrouvent aux deux extrémités. Voyons pourquoi.

  • Pour Bruno Monteyne, L'Oréal a "tout ce dont on peut demander à une entreprise qui produits des biens de consommation sous emballage". Croissance organique, capacité d'acquisition, innovation, solide exécution… Plus sa présence sur le triptyque "premium, beauté, Asie" et des standards financiers (ROIC, dividende, conversion du cash-flow) élevés.
  • Bernstein aime Danone pour ses engagements environnementaux et pour avoir pris très tôt la mesure de ses responsabilités. Mais le bureau d'études reste préoccupé par les performances de la société sur ses marchés principaux. Et par le fait que le groupe est exposé à des thématiques en perte de vitesse ("on mange moins de yaourts parce qu'on fait plus attention à sa santé et on fait moins d'enfants"). Les eaux minérales gardent le vent en poupe mais pour combien de temps, compte tenu de la problématique du plastique ? L'analyste voit une différence entre "être une entreprise citoyenne et devenir une B-Corporation qui va au-delà de la responsabilité et implique un transfert de richesse entre les différentes parties prenantes en se rapprochant d'une institution caritative". Le "monde d'après" ne convainc pas tout le monde.

Lindt encore meilleur que Nestlé ?

Côté Suisse, Lindt (surperformance, objectif 95 000 CHF) et Nestlé (surperformance, objectif 120 CHF) sont plébiscités par Bernstein.

  • Lindt n'est pas particulièrement puissant dans un pays et le marché global du chocolat est en perte de vitesse. Mais le chocolat haut de gamme est une spécialité dynamique, qui constitue un "luxe accessible". "C'est un marché créé par Lindt", souligne Monteyne, qui n'est au final pas si différent de celui créé par Nespresso avec ses capsules. "De toutes les entreprises du secteur, c'est celle qui est la moins touchée par les tendances structurelles : les marques concurrentes semblent avoir du mal à fabriquer un produit alternatif crédible et abordable et à s'imposer", écrit l'analyste, qui concède avoir du mal à écrire un commentaire pareil… puisqu'il est belge. Il ne peut d'ailleurs s'empêcher d'écrire que ses chocolats nationaux sont les meilleurs (alors que tout le monde sait que ce sont les chocolats français). Lindt est le second choix sectoriel de Bernstein après L'Oréal. A condition évidemment d'avoir 84 900 CHF (le prix actuel d'une action) ou de se rabattre sur le bon de participation (7985 CHF tout de même).
  • Enfin l'incontournable Nestlé, qui affiche "toutes les forces et toutes les faiblesses du secteur" tant le groupe est massif. Bruno Monteyne souligne toutefois que plus que toute autre entreprise, l'entreprise vaudoise possède des pépites comme Nespresso, la coentreprise Starbucks ou la nutrition animale. Elle est aussi capable de se débarrasser des actifs encombrants comme les glaces ou la division dermatologique. Nestlé est presque une obligation, le rendement intéressant en plus, plaide le bureau d'études. Le marché l'a bien compris bien sûr, si bien que le potentiel de l'action est modeste. Mais cela reste un bel investissement à 3/5 ans, estime Bernstein.


Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
DANONE -2.80%50.6 Cours en temps réel.-31.53%
L'ORÉAL -1.31%286.8 Cours en temps réel.8.64%
LINDT & SPRUENGLI -1.57%81700 Cours en différé.-2.92%
NESTLÉ S.A. -0.82%106.54 Cours en différé.2.52%
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Sociétés"
03:05Tokyo part en repli, la hausse du yen pèse
AW
02:09SIDETRADE S A : Chiffre d'Affaires du 3ème trimestre 2020
PU
21/10MOODY : achète Acquire Media, améliorant ainsi son leadership dans le domaine des solutions de surveillance et de dépistage du risque de contrepartie
BU
21/10CONTINENTAL AG : RBC est neutre
ZD
21/10HANNOVER RUECKVERSICHERUNG AG : RBC confirme sa recommandation neutre
ZD
21/10NESTLE : Credit Suisse est neutre sur le titre
ZD
21/10TRATON : Jefferies à l'achat
ZD
21/10LE CHÂTEAU : Chateau reporte son assembe annuel et extraordinaire des actionnaires
PU
21/10IGEA : Mark De Simone démissionne du conseil d'administration
AW
21/10La pandémie et la récession ne freinent pas l'élan de Tesla
AW
Dernières actualités "Sociétés"