Connexion
Connexion
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Inscription
Ou se connecter avec
GoogleGoogle
Twitter Twitter
Facebook Facebook
Apple Apple     
Actualités
Toute l'actualitéSociétésIndicesDevises / ForexMatières PremièresCryptomonnaiesETFTauxÉconomieThématiquesSecteurs 

L'hiver arrive mais l'Allemand Scholz quitte le Canada sans promesse pour le GNL

25/08/2022 | 20:56
German Chancellor Olaf Scholz visit of the training program for Ukrainian soldiers on the Gepard anti-aircraft tank in Putlos near Oldenburg

Le chancelier allemand Olaf Scholz a visité le Canada cette semaine, espérant qu'un allié démocratique du G7 expédiera un jour à son pays du gaz naturel liquéfié pour remplacer les importations de gaz russe, mais la réponse qu'il a obtenue du cinquième producteur mondial était de ne pas y compter.

Les obstacles environnementaux et réglementaires à la construction de gazoducs sont une pierre d'achoppement pour les nouveaux terminaux GNL sur la côte atlantique du Canada, et le soutien à l'idée à Ottawa s'est refroidi. Pas plus tard qu'en mai, le Canada a déclaré qu'il était en pourparlers avec deux entreprises pour éventuellement accélérer les projets de GNL dans ce pays, qui pourraient expédier du gaz vers l'Europe d'ici quelques années.

Ces projets impliquaient Repsol, qui pourrait éventuellement réoutiller une installation de prise de GNL au Nouveau-Brunswick, et Pieridae Energy, qui avait proposé l'installation de GNL de Goldboro en Nouvelle-Écosse.

Le gouvernement libéral du Premier ministre Justin Trudeau se demande maintenant publiquement si ces terminaux peuvent être rentables et construits assez rapidement pour faire une différence dans les difficultés d'approvisionnement à long terme de l'Europe.

Quelques jours avant l'arrivée de Scholz, le ministre canadien des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, a déclaré à Reuters que le gouvernement pensait désormais que la meilleure solution était d'exporter de l'hydrogène, et non du GNL.

M. Trudeau a renforcé ce message lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Scholz lundi, affirmant qu'"il n'y a jamais eu d'arguments commerciaux solides" en faveur de terminaux GNL sur la côte est.

L'Allemagne veut se sevrer du gaz russe d'ici 2024. Il faudrait au moins autant de temps pour que de nouveaux terminaux GNL canadiens soient mis en service, en grande partie à cause de la nécessité d'augmenter la capacité des gazoducs pour acheminer le gaz de l'Ouest canadien vers la côte Est.

La construction de nouveaux pipelines au Canada et aux États-Unis s'est avérée difficile en raison d'une farouche opposition environnementale et d'obstacles réglementaires élevés. Les projets d'oléoducs Energy East et Keystone XL de TC Energy ont tous deux été annulés après des années de retard.

Le réseau de gazoducs, exploité par TC Energy et Enbridge Inc, traverse le nord-est des États-Unis pour atteindre la côte est du Canada, le tronçon de TC Energy fonctionnant déjà à pleine capacité. "Il faudrait étendre les pipelines à l'extérieur du Canada en Nouvelle-Angleterre, et ce n'est pas la région la plus favorable au développement des pipelines", a déclaré Dulles Wang, analyste chez Wood Mackenzie.

Dans un communiqué, TC Energy a déclaré que tout projet nécessiterait un large soutien, notamment de la part des groupes et des communautés autochtones. Enbridge a déclaré qu'elle se concentrait sur les projets de GNL en cours sur la côte américaine du Golfe du Mexique et la côte ouest canadienne. Lors d'une conférence téléphonique sur les résultats de juillet, le directeur général de Repsol, Josu Jon Imaz, a déclaré que la société aurait besoin d'un acheteur qui s'engagerait à conclure un accord d'écoulement de 15 à 20 ans pour le gaz, ainsi qu'une nouvelle infrastructure pipelinière et des accords de péage pour acheminer le gaz de l'ouest du Canada à la côte atlantique.

La lutte contre le changement climatique est un autre problème : l'Allemagne vise à atteindre des émissions nettes de carbone nulles d'ici 2045, de sorte que certains analystes préviennent que les nouveaux terminaux GNL pourraient devenir des actifs échoués. Ottawa veut également s'assurer que tout nouveau projet s'inscrit dans l'objectif du Canada d'atteindre des émissions nettes nulles d'ici 2050, a noté Keean Nembhard, attaché de presse de M. Wilkinson.

"Ce n'est pas un jeu facile ; il y a beaucoup de difficultés pour arriver à ce scénario", a déclaré M. Imaz.

UN INTÉRÊT HONNÊTE

M. Trudeau a tout de même laissé la porte légèrement ouverte à de nouveaux terminaux en plus des deux situés sur la côte Pacifique de la Colombie-Britannique qui doivent commencer à fonctionner en 2025 et 2027, en disant que c'était "faisable" s'il y a "une analyse de rentabilité valable".

Le Canada est "désireux" d'aider l'Europe en matière d'énergie, a déclaré Nembhard, porte-parole de Wilkinson, mais "la charge d'établir une analyse de rentabilité pour aller de l'avant avec les projets proposés incombe à l'entreprise".

La lutte contre le changement climatique était une pierre angulaire de la campagne électorale de Trudeau l'année dernière, mais le pétrole et le gaz représentent environ 5 % du PIB canadien et le pays possède certaines des plus grandes réserves de combustibles fossiles au monde.

"Le gouvernement lui-même est très partagé entre se concentrer sur la décarbonisation et soutenir un autre projet de combustible fossile, et c'est là le problème", a déclaré une source de l'industrie ayant connaissance des discussions sur le développement du GNL de la côte est.

Le Canada soutient en privé le développement du GNL de l'Atlantique dans les pourparlers en cours, a déclaré une deuxième source industrielle ayant connaissance des discussions. Certains services publics allemands ont montré un intérêt très préliminaire pour des contrats d'enlèvement, a ajouté la source.

"Il y a un intérêt honnête" de la part du gouvernement canadien, qui "essaie d'aider", a déclaré la source.


© Zonebourse avec Reuters 2022
Valeurs citées dans l'article
Varia.DernierVar. 1janv
BRENT OIL -0.30%79.48 Cours en différé.6.41%
CANADIAN NATURAL RESOURCES LIMITED -2.73%75.59 Cours en différé.45.39%
ENBRIDGE INC. -0.87%53.79 Cours en différé.9.82%
PIERIDAE ENERGY LIMITED -6.67%1.26 Cours en différé.335.48%
REPSOL S.A. -0.65%14.52 Cours en différé.39.13%
S&P GSCI NATURAL GAS INDEX 0.86%258.3388 Cours en temps réel.68.39%
TC ENERGY CORPORATION 0.61%58.09 Cours en différé.-1.85%
WTI -0.28%74.293 Cours en différé.7.66%
XL HOLDINGS -4.32%0.775 Cours en clôture.6.16%
Dernières actualités "Économie"
04:31La Chine optimisera la prévention et le contrôle des épidémies l'année prochaine - médias d'État
ZR
04:29Les exportations et les importations de Nov de la Chine se contractent encore, plus que prévu
ZR
04:25L'or se négocie dans une fourchette étroite alors que les investisseurs attendent de nouvelles indications de la Fed.
ZR
04:24Les Etats-Unis vont renforcer l'armée de l'air étirée de Taiwan avec 428 millions de dollars de pièces détachées
ZR
03:34Les actions indiennes ouvrent en baisse avant la décision de politique de la RBI
ZR
03:30Le rallye boursier s'essouffle alors que les craintes liées à la croissance refont surface
ZR
03:18Les parlementaires américains autorisent 800 millions de dollars supplémentaires pour l'Ukraine dans le projet de loi sur la défense
ZR
03:14La roupie indienne restera faible en raison de la balance courante et du différentiel de taux.
ZR
03:10Le dollar va rebondir et accumuler les valeurs refuges en 2023
ZR
03:06Un milliardaire australien rachète CWP Renewables pour plus de 2,7 milliards de dollars.
ZR
Dernières actualités "Économie"