Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Gallien
Girardot

Analyste

19
Abonnés
Du même auteur
Plus d'articles

LA MINUTE MACRO : Économie, dette et plan de sortie

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
07/04/2020 | 09:53

La publication des immatriculations de voitures neuves au Royaume-Uni témoigne de la pression qui règne sur le secteur automobile. La SMMT a ainsi fait état d'une baisse de 44,4% pour le mois de mars. L'Argentine est toujours dans une situation aussi inconfortable, qui la pousse à retarder le paiement de sa dette. En parallèle, l'Autriche semble se remettre de la crise sanitaire et propose un plan de sortie du confinement. Enfin, côté statistique, c'est le Sentix qui fait défaut en ressortant sur des niveaux semblables à ceux de 2009.

Coup de frein pour le marché auto britannique. Alors que le marché automobile n'avait pas le vent en poupe, la crise sanitaire n'a rien fait pour arranger son état. Hier, la SMMT (Society of Motor Manufacturers and Traders) a publié ses chiffres, soulignant une baisse record de 44,4% des immatriculations de voitures neuves pour le mois de mars. La Chine, qui a subi le même sort, a décidé d'assouplir son quota de véhicules électriques. En Europe, les associations du secteur souhaitent qu'une mesure semblable soit prise. Une demande devrait également être déposée afin de suspendre la mesure CAFE entrée en application le 1er janvier 2020 et qui sanctionne les constructeurs, si la moyenne des émissions de leur parc est supérieure à 95g de CO2/km. Les experts interrogés par le Financial Times estiment que la crise sanitaire devrait coûter plus de 100 MdsUSD à l'industrie automobile en Europe et en Amérique du Nord.

Source : SMMT

Un petit retard de paiement. L'Argentine fait de nouveau face à des soucis de remboursement de sa dette. Après Eliott Management, c'est au tour du coronavirus de venir mettre le pays à l'épreuve. Le confinement en place depuis le 20 mars n'arrange pas l'état des finances publiques. L'Argentine, dont la dette est détenue pour près de 40% par des créanciers privés, avait proposé une restructuration portant sur 68,8 MdsUSD. Elle a finalement opté pour un report du paiement de ses échéances à 2021 (pour 9,8 MdsUSD).  Face à cette décision, les obligations locales, qui devaient arriver à échéance en 2024, ont chuté de 10% hier. En parallèle, le gouvernement tente toujours de négocier une décote avec ses créanciers, forcément réticents.

L'Autriche dévoile son plan de sortie. Le pays est le premier en Europe à initier des mesures afin de sortir du confinement. Le gouvernement a annoncé hier son planning de sortie. Les petits magasins devraient rouvrir le 14 avril, les autres magasins, centres commerciaux, coiffeurs, etc. y seront autorisés le 1er mai. Concernant les restaurants et hôtels, leurs ouvertures ne devraient pas avoir lieu avant mi-mai. Le couvre-feu est quant à lui maintenu jusqu’à fin avril et les évènements et rassemblements ne seront pas possibles avant fin juin. Le pays, qui a été un des premiers à fixer des mesures restrictives, est aussi l'un des premiers à en sortir. Cette stratégie s'est révélée payante, puisque le nombre de nouveaux cas s'est très fortement réduit depuis le pic du 26 mars.

Source : Université Johns Hopkins

Les marchés européens semblent avoir perdu la confiance des investisseurs. Le Sentix investor Confidence est ressorti à -42.9 hier. Un niveau semblable à celui de mars 2009, lorsque le CAC 40 enregistrait sa dernière bougie de baisse avant un rebond de plus de 50%.

Sources : Yahoo Finance, Forex Factory et Sentix.de


Gallien Girardot
© Zonebourse.com 2020
share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader