Actualités : Toute l'info
Toute l'infoNos articlesSociétésMarchésEconomie & ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 
Toute l'actualitéEconomieDevises & ForexCryptomonnaiesCybersécuritéCommuniqués

La BCE fixe le cap pour les hausses de taux de l'été

23/05/2022 | 18:44
G7 Summit in Koenigswinter
La Banque centrale européenne est susceptible de relever son taux d'intérêt directeur pour le sortir du territoire négatif d'ici la fin du mois de septembre et pourrait même le relever davantage, a déclaré lundi la présidente de la BCE, Christine Lagarde, après que les responsables politiques aient plaidé en faveur d'un relèvement pendant des semaines.

Alors que l'inflation dans la zone euro atteint un niveau record et s'étend, les commentaires de Mme Lagarde accélèrent un revirement de politique qui l'a fait passer de l'exclusion quasi-totale d'une hausse des taux cette année à la prévision de plusieurs hausses.

"Sur la base des perspectives actuelles, nous sommes susceptibles d'être en mesure de sortir des taux d'intérêt négatifs d'ici la fin du troisième trimestre", a déclaré Mme Lagarde dans un billet de blog publié sur le site Web de la BCE.

Le gouverneur de la banque centrale française, François Villeroy de Galhau, un proche allié de Mme Lagarde et considéré comme un centriste au sein du conseil des gouverneurs de la BCE chargé de fixer les taux, a semblé soutenir l'appel, cimentant les attentes du marché.

"Si vous regardez la déclaration du président Lagarde ce matin, l'accord est probablement conclu car il y a un consensus croissant", a déclaré M. Villeroy lors d'un panel au Forum économique mondial de Davos.

"Le principal problème, du moins à court terme, est l'inflation, sans aucun doute."

Le taux de dépôt de la BCE, actuellement son principal instrument de taux, est désormais fixé à -0,5 %, ce qui signifie que les banques doivent payer pour parquer leurs liquidités à la banque centrale, et il est inférieur à zéro depuis 2014, la banque centrale luttant contre une inflation trop faible.

Mais les prix se sont envolés ces derniers mois, les coûts du carburant ayant bondi en raison de facteurs tels que l'invasion de l'Ukraine par la Russie et s'étant répercutés sur d'autres marchandises.

L'inflation globale dans la zone euro a atteint un niveau record de 7,4 % en avril, et même les mesures qui excluent les prix volatils de l'alimentation et de l'énergie dépassent largement l'objectif de 2 % de la BCE.

Les marchés voient maintenant 110 points de base de hausses de taux cette année, ou des mouvements de plus d'un quart de point de pourcentage à chacune des réunions de politique de la BCE à partir de juillet.

Certains craignent qu'une hausse des taux ne ralentisse davantage la croissance et ne pousse la zone euro de 19 pays en récession, un argument que M. Villeroy a rejeté, qualifiant le bloc de résilient.

"Je minimiserais l'idée d'un compromis à court terme entre l'inflation et la croissance. À court terme, notre priorité est clairement ... la lutte contre l'inflation."

Le chef de la Bundesbank, Joachim Nagel, un partisan de longue date des taux plus élevés, a entre-temps fait valoir qu'une croissance relativement rapide des salaires, une condition préalable à une inflation durable, est probablement à venir, un autre argument en faveur d'une politique monétaire plus stricte.

"Je pense qu'au second semestre ... nous verrons des chiffres élevés provenant des négociations salariales", a déclaré le chef de la banque centrale allemande.

Mme Lagarde a ouvert la porte à de nouvelles hausses de taux vers ce que les économistes appellent le niveau neutre - un taux inobservable qui permet d'aligner la production économique sur son potentiel - ou même au-dessus.

"Si nous voyons l'inflation se stabiliser à 2 % à moyen terme, une nouvelle normalisation progressive des taux d'intérêt vers le taux neutre sera appropriée", a ajouté Mme Lagarde.

"Si l'économie de la zone euro était en surchauffe à la suite d'un choc de demande positif, il serait logique que les taux directeurs soient relevés séquentiellement au-dessus du taux neutre", a-t-elle ajouté.

Mais elle a averti que le rythme et l'ampleur de ces hausses de taux ne pouvaient pas être déterminés d'emblée, car l'économie est confrontée à des chocs d'approvisionnement tels que les restrictions COVID-19 de la Chine et les perturbations liées à la guerre en Ukraine. (Reportages de Balazs Koranyi et Francesco Canepa ; Montage de Jon Boyle et Catherine Evans)


© Zonebourse avec Reuters 2022
Dernières actualités "Economie & Forex"
26/06Otan-Erdogan va rencontrer les dirigeants suédois et finlandais
RE
26/06G7-Débats sur le besoin d'investir dans les énergies fossiles-sources
RE
26/06Six policiers tués dans une fusillade dans le nord du Mexique
RE
26/06Premiers voyages de Poutine à l'étranger depuis le début de la guerre
RE
26/06Diana Ross répand l'amour à Glastonbury
ZR
26/06Le G7 veut lever $600 mds pour répondre aux projets chinois
RE
26/06AFGHANISTAN : Après le séisme, les taliban demandent le dégel de fonds
RE
26/06Le G7 réfléchit aux moyens de plafonner les prix du pétrole russe, dit un responsable allemand
RE
26/06FRANCE : Le bouclier tarifaire gaz prolongé jusqu'à la fin de l'année
RE
26/06France-Les revalorisations sociales anticipées coûteront €8 mds-Les Echos
RE
Dernières actualités "Economie & Forex"