Connexion
E-mail
Mot de passe
Retenir
Mot de passe oublié ?
Devenir membre gratuitement
Inscription
Inscription
Devenir membre
Inscription gratuite
Devenir client
Découvrez nos services
Paramètres
Paramètres
Cotations dynamiques 
OFFON

Accueil Zonebourse  >  Actualités  >  Taux

Actualités : Taux
Toute l'infoSociétésIndices / MarchésEconomie / ForexMat. PremièresTauxBarons de la boursePro. de la financeAgendaSecteurs 

La BCE sort le grand jeu pour stimuler l'économie en zone euro

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
1
12/09/2019 | 14:19

Francfort (awp/afp) - La Banque centrale européenne (BCE) a décidé jeudi comme attendu de sortir le grand jeu monétaire, en baissant l'un de ses taux et en relançant ses rachats nets de dette, pour stimuler une économie au ralenti en zone euro.

La mesure phare - et sans doute la plus controversée - porte sur la réactivation des rachats de dette publique et privée, à raison de 20 milliards d'euros par mois à compter de 1er novembre pour une période indéterminée, financés par de la création de monnaie.

Cette puissante arme anti-crise, baptisée "QE" pour "Quantitative Easing", a déjà été déployée entre mars 2015 et fin 2018. Au total, 2.600 milliards d'euros ont ainsi été déversés sur les marchés.

La BCE a aussi annoncé l'abaissement du taux de dépôt frappant les liquidités excédentaires des banques, déjà négatif depuis 2014, pour le porter de -0,40% à -0,50%. La mesure était attendue et largement plus consensuelle.

L'idée est de dissuader plus fortement les banques de laisser leur excès de trésorerie au guichet de la BCE, pour les encourager plutôt à les prêter aux ménages et aux entreprises.

Le taux "de refinancement", qui permet aux banques de se financer sur une semaine, a lui été maintenu à 0%, son niveau le plus bas où il campe depuis trois ans.

Toutefois, "une partie des liquidités" ne seront pas soumises aux taux négatifs afin de compenser leurs effets négatifs sur les banques.

Par ce biais, elle cherchera à réduire la facture estimée à environ 7,5 milliards d'euros en 2018 et principalement supportée par les banques allemandes et françaises.

Elle anticipe par ailleurs de nouvelles baisses des taux, abandonnant également dans son communiqué toute échéance pour les relever.

L'institution présidée par Mario Draghi s'était montrée déterminée lors de sa dernière réunion de juillet à redoubler d'efforts pour stimuler l'activité et les prix, alors que l'inflation demeure éloignée de son objectif "proche mais en dessous de 2%" en zone euro.

Les modalités de la nouvelle série de prêts géants aux banques (TLTRO III) seront par ailleurs "modifiées" afin de préserver des conditions de crédit favorables, a précisé l'institution.

afp/rp

share with twitter share with LinkedIn share with facebook
share via e-mail
1
Réagir à cet article
Réagir le premier
Publier
loader
Dernières actualités "Taux"
20/09La Fed de New York examine le rôle des banques dans les tensions du marché
AW
20/09La Fed doit jouer au pompier sur le marché interbancaire
AW
20/09TAUX : détente sur les T-Bonds, malgré 4 interventions du FED
CF
20/09Le patron de la Fed en butte à un Comité monétaire divisé
AW
20/09BONDS EUROPE : le marché atone, les messages de politique monétaire digérés
AW
20/09La Fed annonce des opérations de repo quotidiennes jusqu'au 10 octobre
AW
20/09USA : l'économie n'a "pas besoin d'un stimulus monétaire" supplémentaire
AW
20/09La Fed injecte 75 milliards de dollars sur les marchés interbancaires
AW
19/09TAUX : Powell à fait du FOMC un non-événement... qui plait
CF
19/09BONDS EUROPE : stabilisation des taux sur fond de tensions géopolitiques
AW
Dernières actualités "Taux"